• Non classé

Penalty contre Sainté, l’avis du CFC

cfc

 

 

Pour débuter son émission, le Canal Football Club présentait un sujet concernant l’arbitrage vidéo dans le football, l’illustrant par un fait de jeu qui concerne les Girondins de Bordeaux. En déplacement cette semaine à Saint-Etienne, Bordeaux aurait pu obtenir un penalty en fin de rencontre pour une faute de Stéphane Ruffier sur Nicolas Maurice-Belay dans la surface de réparation. Au coup de sifflet final, Willy Sagnol s’était empressé d’aller le signaler aux arbitres, rejoint ensuite par le gardien stéphanois. L’émission de Canal + a enregistré les propos tenus par les deux protagonistes :

 

 

Willy Sagnol qui s’adresse à l’arbitre: « Ça fait deux matches ! Vous avez tous été influencés. Et ça, je ne suis pas d’accord ! »

 

 

Stéphane Ruffier qui intervient : « Tu regarderas. Il n’y a rien. Je ne le touche pas du tout. Tu verras. Pas du tout. Pas du tout. Tu peux aller voir. »

 

 

A la fin de la séquence vidéo, les consultants ont réagi à leur tour à ce fait de jeu, se positionnant unanimement en faveur de Willy Sagnol et d’une erreur d’arbitrage au cours de cette rencontre. Ils justifient tour à tour leur position sur ce fait de jeu.

 
Mickael Landreau : « Pour moi, c’est dans la sensation du direct et pour moi dans la sensation du direct, tout de suite, je siffle pénalty […] Il ne touche pas du tout le ballon, ce n’est pas une sortie avec les mains donc c’est toujours particulier. »

 

Pierre Ménès : « Moi aussi (je siffle pénalty). »

 
Christophe Dugarry : « En plus c’est un tacle en avant, il y a faute ! Si un joueur fait ça… Ce n’est pas parce que c’est un gardien de but…  Si un joueur tacle comme ça, je suis désolé, même si il ne touche pas le ballon, il y a faute. Il n’y a rien à dire. Il dit qu’il ne touche pas le ballon, mais ça n’a rien a voir. Dans le jeu il y a faute, là il y a faute pareil. Le gardien, il y a les mêmes règles pour tout le monde. »

 

Invité sur le plateau du CFC, l’attaquant du Toulouse FC, Wissam Ben Yedder confirme les précédents propos : « Je pense que si il y a contact, il y a pénalty. »