• Non classé

Triaud : « Ça se fait au feeling »

palmares bilan entraîneur Bordeaux FF
(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

 

 

Pour étayer son argumentation concernant les entraîneurs dans cette interview accordée à l’hebdomadaire France Football, Jean-Louis Triaud a évoqué plus particulièrement les différentes expériences de chacun d’entre eux sur le banc des Girondins de Bordeaux depuis qu’il est en poste. Se succèdent donc tour à tour Rolland Courbis, Elie Baup, Ricardo, Laurent Blanc, Jean Tigana et Francis Gillot, mais aussi le dossier épineux de Zinédine Zidane, qui avait finalement refusé de rejoindre les Girondins cet été.

 

 

  • Rolland Courbis : « Je n’ai pas eu à m’en plaindre, c’est lui qui nous a fait faire les plus grandes plus-values sur les transferts. »

 

  • Elie Baup : « C’est moi qui l’ai choisi et je l’ai même imposé. Je lui ai demandé de prendre la relève de Stephan en cours de saison et pour la suivante. Au conseil d’administration, les idées étaient variées avant l’arrivée d’M6. Pour Elie, tout le monde n’était pas d’accord… […] Elie c’est le seul cas où j’ai dû trancher à regret. On avait beaucoup d’affinités mais il arrive un moment où tu ne sens plus l’adhésion dans le vestiaire. Et là, ça devient grave pour le groupe, pour le coach ».

 

  • Ricardo : « Ce nom m’avait été suggéré. J’ai tout de suite été séduit. Par l’homme et par le sportif. C’était la classe, on avait d’excellents rapports. »

 

  • Laurent Blanc : « Je n’y avais pas pensé spontanément. A Sagnol non plus et du reste, c’est l’agent Stéphane Courbis qui m’a suggéré sa candidature. Mais ces noms auxquels je n’avais pas songé ont raisonné chez nous tout de suite. Reste que Laurent, Willy ou Francis Gillot ont eu à chaque fois le tact de ne pas être ‘puschy’, de donner du temps au temps de la réflexion. En fait, ça se fait au feeling. Après, la forme importe peu : un dîner, un déjeuner ou même une tasse de thé. »

 

  • Francis Gillot : « On savait qu’il arrêtait à Sochaux, qu’il y avait été bon, à Lens aussi. C’était une personnalité de caractère. Il était carré, direct. Mais personne n’était intervenu pour nous le proposer. Ses expériences passées plaidaient en sa faveur. […] Je n’ai aucun regret. Je n’ai jamais eu à me dire ‘On s’est gourés, vivement qu’il s’en aille’ »

 

  • Jean Tigana : « On l’aurait gardé s’il avait voulu rester. »

 

  • Zinédine Zidane : « C’était le premier entraîneur auquel j’avais spontanément pensé pour succéder à Gillot. On a tout de suite entamé des contacts. On a beaucoup échangé. C’aurait pu se faire. C’est après le début des discussions avec Zinedine qu’est arrivée l’idée Sagnol qui, à mes yeux avec un profil différent, était tout aussi séduisante. […] Zidane avait envie de réussir et qu’on ne mettait peut-être pas assez de moyens pour qu’il s’investisse à fond ? On est cependant allé au bout des négociations avec lui. Quand on a réalisé que ça ne pouvait pas se faire, j’avais non pas un plan B mais un plan A’ »

 

 

Retranscription par Girondins4ever