• Non classé

[AJ] Barbet : « Faire la meilleure carrière »

barbet onzeo

 

 

Vous le savez depuis cet été, Yoann Barbet a rejoint les Chamois Niortais pour signer son premier contrat professionnel. Il est revenu, pour Onzeo, sur ce choix de rejoindre Niort après avoir passé sa formation aux Girondins de Bordeaux : « Je suis arrivé de Bordeaux, lui est revenu du prêt (Sala) et donc moi j’ai eu la chance de signer mon premier contrat professionnel ici et j’en suis très heureux […] Aux Girondins, ça s’est très bien passé. J’ai fait sept ans au club où c’est vrai que j’ai à peu près tout appris. Après, j’avais la confiance de mes coachs en CFA mais Francis Gillot, au-dessus, ne comptait pas sur moi. Je ne pouvais pas passer professionnel à Bordeaux. Il fallait que je trouve un autre club et Karim Fradin m’a appelé pour me dire qu’il était intéressé par mon profil. Je suis venu à l’essai à Niort pendant deux semaines, j’ai fait le stage de préparation à Chateauroux avec eux. A la fin du stage, on a fait un dernier match amical contre Tours et c’est là qu’ils ont décidé de me proposer ce contrat. »

 

Yoann n’était pas forcément inquiet avant d’effectuer cet essai. Il explique également la différence de niveau entre la CFA et la Ligue 2 : « Oui et non. Oui parce que j’avais un peu peur parce que je me disais ‘je vais rester là-bas trois semaines, si ça ne marche pas ça va être compliqué de trouver autre chose’. J’essayais de ne pas y penser, de jouer comme je sais le faire, de m’enlever la pression tous les jours. Ça s’est plutôt bien passé. […] Ça va beaucoup plus vite, surtout dans les 30 derniers mètres. Il faut vraiment être attentif. Ce qui a changé pour moi c’est que je suis beaucoup plus concentré et concerné par le match. La moindre erreur d’inattention en Ligue 2 ça se paye cash. Ça va plus vite, il faut être attentif. Il faut être costaud dans les duels, ce n’est même pas les même gabarits. C’est un autre niveau, c’est un niveau intéressant. J’essaye de tirer mon épingle du jeu comme je peux, pour l’instant ça se passe plutôt bien. »

 

Enfin pour terminer, l’ancien bordelais explique que pour passer professionnel « il faut toujours y croire, il faut avoir une part de chance. Ce n’est pas facile de devenir professionnel. On peut être tout proche, passer à côté et finalement se perdre. J’ai eu cette opportunité, à moi de la saisir pour faire la meilleure carrière possible. » En tout cas, il garde un oeil sur son club formateur et il a régulièrement des nouvelles de Patrick Battiston : « Oui je l’ai eu au téléphone plusieurs fois, je suis allé voir la CFA à Fontenay vu que ce n’est pas trop loin de Niort. Je garde de bons contacts avec lui. »

 

Retranscription Girondins4ever