• Non classé

[AJ] Duverne s’en prend à Gourcuff

Yoann Gourcuff entrainement Girondins de Bordeaux (2)

 

 

Non conservé par l’Olympique Lyonnais lorsque le nouvel entraîneur Hubert Fournier a pris ses fonctions, l’ancien préparateur physique lyonnais Robert Duverne dresse un portrait de Jean-Michel Aulas, mais aussi et surtout d’un ancien joueur bordelais, Yoann Gourcuff, dans les colonnes de l’hebdomadaire France Football. Il trouve d’ailleurs un point commun aux deux personnages dans leur capacité d’écoute de leur entourage, et ne manque pas d’égratigner le meneur de jeu concernant ses méthodes de travail.

 

« Yoann Gourcuff et Jean-Michel Aulas ont un point commun : ils écoutent les gens qui disent ce qu’ils ont envie d’entendre […] Depuis que j’étais revenu au club, Yoann, qui est un mec très, très respectueux et plutôt sympathique, m’a fait une première saison en ne se déplaçant qu’en pas chassés et pas latéraux. Je ne sais pas ce que lui avaient dit ses conseillers ou ses préparateurs physiques. La deuxième saison, il me faisait toujours la rétroversion du bassin et ses étirements. Et il a fait une troisième saison avec des respirations, des inspirations forcées. Il a toujours eu des conseils qu’il appliquait. Mais j’aurais aimé que ce soit un peu plus les miens ».

 

 

Il appuie d’ailleurs son argumentation en rappelant les critiques faites par Paolo Maldini, son ancien coéquipier au Milan AC, mais conclut tout de même sur une note positive et un compliment :

 

« On est dans un sport collectif […] Un footballeur qui manque des matches, ça pénalise toute une équipe, un staff, un club. Maldini en avait parlé. C’est quand même Monsieur Maldini, merde ! Je n’ai pas besoin d’en rajouter. Duverne, c’est rien, un bon à rien. Mais Maldini, c’est la grande classe, l’un des plus grands footballeurs de l’histoire du foot italien. Maldini ne dézingue pas un mec gratuitement. Ce qu’il a dit, ça me va. Je suis entièrement d’accord avec lui. Mais ce n’est pas irréversible. Parce que Gourcuff reste un joueur exceptionnel. Faut qu’il accepte plus de s’entraîner comme les autres s’entraînent, de redevenir un joueur au milieu des joueurs ».