• Non classé

Diabaté : « Très bien à Bordeaux »

 

Aujourd’hui, dans But! National, Cheick Diabaté revient sur sa saison avec Bordeaux, son rendement, mais aussi son avenir qu’il ne voir qu’à Bordeaux. Propos.

 

Nicolas De Tavernost a tenu des propos élogieux à votre sujet après le match contre Benfica (« La bonne nouvelle, c’est que Bordeaux a un grand attaquant, efficace, un vrai combattant »). Comment avez-vous pris cette marque d’affection ?

Ça fait vraiment plaisir d’entendre des propos comme ça à mon sujet. Surtout venant de sa part, après une défaite (3-2). Ça va me permettre de continuer à travailler, me mettre en confiance pour la suite, tout simplement. C’est important.

 

Votre rendement s’élève à huit buts toutes compétitions confondues aujourd’hui. « Seulement » trois en championnat. Comment expliquez-vous ce faible rendement en Ligue 1?

C’est dur à expliquer. Je pense qu’il y a une question de chance là-dedans. Un attaquant en a besoin pour marquer des buts. Mais avant tout, j’ai besoin de jouer. C’est ce que je fais en ce moment donc je suis content. J’ai manqué un peu de temps de jeu en début de saison. Si on ajoute à ça mon départ pour la CAN avec le Mali où je suis resté presque deux mois, ça ne m’a pas aidé. Mais je ne veux pas me chercher d’excuses. La saison n’est pas finie, il reste plein de matches à jouer. J’aurais la possibilité de marquer plus de buts et améliorer cette statistique. Pour le moment je n’ai que trois buts en championnat mais j’ai des matches à faire et je vais travailler plus. Si j’ai la réussite avec moi, je pourrais peut-être mettre autant de buts que l’année dernière (8). J’ai neuf matches pour m’améliorer et aider l’équipe.

 

 

Vous avez déclaré vouloir « être la fierté de l’Afrique, comme Samuel Eto’o, Didier Drogba, Emmanuel Adebayor et Frédéric Kanouté. Je pense que je peux arriver à leur niveau. » C’est un projet ambitieux. Vous vous sentez capable de porter le Mali dans les années à venir ?

Oui, bien sûr ! J’en suis capable. Chaque match que j’ai joué avec le Mali, j’ai essayé d’apporter quelque chose individuellement. Je fais toujours le maximum, c’est essentiel quand tu joues pour ton pays. Mais ma progression avec la sélection du Mali passe d’abord par celle avec Bordeaux.

 

Qui considérez-vous comme vos rivaux pour la suprématie sur le continent ?

Je n’ai pas de rival. Je ne me permets même pas d’y penser. Je ne me concentre que sur le Mali. Je fais mon travail du mieux que je peux pour avancer. Je ne pense qu’à prendre du plaisir quand je suis sur le terrain, c’est tout ce que j’ai dans la tête. Nous nous respectons tous. Il y a beaucoup de joueurs avec qui je pourrais être en concurrence mais nous ne sommes pas rivaux. Aubameyang de Saint-Etienne, marche très fort. Je m’entends très bien avec lui, je l’adore !

 

Vous êtes en contrat avec Bordeaux jusqu’en 2015. Comment voyez-vous l’avenir ? Vous comptez vous imposer à Bordeaux ou plus tenter votre chance à l’étranger ?

Aujourd’hui je me sens très bien à Bordeaux. C’est un très bon club qui a ses repères, qui est bien organisé. Je suis très bien ici pour le moment. Et puis, je n’ai aucune raison de partir de Bordeaux. À moins que vous vouliez que j’aille en Angleterre (rires) ? Je sais qu’on en a parlé, mais je vous le dis, je n’ai jamais été en contact avec les dirigeants de clubs anglais, jamais !

 

Retrouvez l’interview complète dans But! National.