• Non classé

Poko, le Makélélé bordelais

 

 

André Biyogo Poko trouve sa place dans l’effectif girondin au fil des semaines. Gernot Rohr, qui l’avait proposé aux Girondins de Bordeaux alors qu’il était encore le sélectionneur national du Gabon, s’est exprimé, pour le magazine But! , sur la progression de son ancien protégé depuis son arrivée en Gironde.

 

 

« Gernot, comment jugez-vous l’évolution de Poko ?

 

Ce qu’il faut savoir avant tout, c’est que parler de Poko est pour moi un vrai plaisir. C’est un joueur en qui j’ai cru très tôt. Il évoluait à l’US Bitam dans la province nord du Gabon (un pays dont Gernot Rohr a été sélectionneur national de 2010 à 2012, ndlr). J’ai vu ce joueur évoluer dans son équipe, une bonne équipe qui a obtenu le titre de champion du Gabon il y a deux saisons. Après son titre de champion national, il a confirmé au niveau international avec la sélection. Il a grandi dans un contexte idéal. Sa maman est professeur de français. Il a une bonne éducation et il est intelligent. Il a vite compris les progrès qu’il devait faire pour progresser et augmenter son temps de jeu.

 

C’est vous qui l’avez fait venir en Europe. Est-ce une fierté de le voir ainsi évoluer à Bordeaux ?

 

Oui, c’est une fierté de le voir exploser en Europe. Je l’avais emmené aux Girondins de manière très amicale, sans le moindre agent, pour lui permettre de faire un essai. Il est resté durant trois semaines. Les Girondins l’ont observé à différentes occasions, à l’entraînement et dans les matches internationaux et le test a été positif. Francis Gillot et son staff ont voulu le garder. Voilà l’histoire de Poko avec Bordeaux.

 

Vous continuez donc à le suivre avec Bordeaux. Comment évaluez-vous ses performances ?

 

Je le suis avec beaucoup d’intérêt car je me sens concerné par son avenir et sa carrière. J’ai emmené un bon jeune joueur dans le club de mon cœur les Girondins de Bordeaux. Je ne voulais pas qu’il déçoive le club. On échange régulièrement. Il travaille bien avec le staff. Je trouve que ces performances sont conformes à ce que j’attendais. Il a été handicapé un grand moment par une blessure. Il a été opéré du genou, ce qui l’a considérablement freiné. Mais aujourd’hui son éclosion est complètement normale.

 

Si vous deviez présenter ces qualités, que diriez-vous le concernant ?

 

Sa principale qualité réside dans son exceptionnel volume de jeu. Il a une endurance sans limite et je n’exagère pas quand je dis ça. Une autre de ses qualités vient de sa capacité à presser l’adversaire pour aller chercher le ballon dans les pieds de l’adversaire. Il est très fort pour ça.

 

Si vous deviez le comparer à un autre joueur plus connu, a qui penseriez-vous tout de suite ?

 

(Un cri du cœur). Makélélé. Il me fait penser à Claude Makélélé pour son volume de jeu, sa mobilité et sa technique. Il possède une bonne technique. Il a une belle frappe. Je l’ai vu marquer sur des reprises de volée, mais aussi le premier penalty avec beaucoup de sang froid contre le Mali alors qu’il n’avait que 18 ans. C’est un garçon très fort. Il ne se pose pas de question. Il est très fort mentalement.

 

Il a joué sept matches cette saison. Que eut-il espérer pour la fin de saison ?

 

Pour la fin de saison, j’espère qu’il va continuer à jouer et qu’il pourra progresser. Il est entre les mains d’un staff qui sait travailler avec des jeunes. C’est une bonne chose et c’est pour cela que j’ai voulu l’emmener à Bordeaux. C’est une histoire comme il devrait en exister d’autres entre des éducateurs qui se font confiance et un joueur sans la présence d’un agent au milieu. C’était très simple et très direct, et grâce aux Girondins, il peut peut-être devenir un bon joueur professionnel.

 

Sans brûler les étapes, comment voyez-vous son avenir à court terme ?

 

Je le vois encore à Bordeaux avec bien évidemment des progrès à faire. Cela lui permettra de devenir un titulaire indiscutable aux Girondins, ce qui doit être une étape importante dans sa carrière. Je pense qu’il est capable de cela, car il peut évoluer à tous les postes au milieu du terrain. C’est un jeune joueur intelligent, ce qui va lui donner la possibilité de s’améliorer. Je pense qu’il peut jouer partout. Il est tellement généreux, accrocheur.

 

Il peut évoluer dans tous les championnats mais il doit être patient et d’abord devenir un titulaire avec son club. C’est un conseil qui vaut ce qu’il vaut. Il sait ce que je pense de lui. On échange souvent. Il connaît mes conseils. Il doit faire ses armes encore pour obtenir une plus grande expérience de titulaire. Je suis sûr qu’il travaille. Il le fait avec discipline. Il lui manquait cet aspect dans son jeu, car il n’a pas été formé en Europe. Son arrivée à Bordeaux pour sa post-formation va être bénéfique pour combler certains de ses manques.

 

Quel est selon vous son principal manque justement pour devenir un titulaire indiscutable ?

 

Il lui manque un peu de discipline tactique, de la régularité et il doit apprendre à canaliser son tempérament. Il est en train de le faire. Il s’éparpille moins qu’auparavant sur le terrain. Mais tout ça va venir petit à petit au fil des matches et des rencontres. »