• Non classé

« Du jamais-vu »

 

 

Lawrence LEENHARDT a recueilli les propos du Président Triaud suite au match face à Troyes. Il revient sur le match, l’envie des joueurs, le cas Gillot et le cas Gouffran.

 

 

 

« Jean-Louis Triaud, quel est votre sentiment après ce nouveau match nul ?
Ce match a été à l’image de beaucoup d’autres ces derniers temps. C’est encore un match nul, ça fait le onzième. C’est un record, du jamais-vu ! Au-delà de ce 0-0, peut-être faut-il y voir un signe, à savoir un manque d’envie, de grinta, d’agressivité tout simplement… Car je veux bien croire qu’il y a des nuls honorables, contre des équipes supérieures à nous. Mais sans faire offense à Sochaux, Ajaccio, Troyes et d’autres encore, je pense qu’à domicile, contre eux, on est en droit de gagner. Mais nous, on joue toujours sur le même rythme, il manque ce plus qui doit permettre de faire la différence.

Avez-vous parlé aux joueurs ?
A la reprise, d’habitude, vous me demandez les objectifs du club. Je crois que cette fois, c’est moi qui vais parler aux joueurs pour leur demander leurs objectifs, ce qu’ils veulent, ce qu’ils attendent des dix-neuf matches qui restent. Trop de matches nous ont laissé des regrets. Pour être positif, on peut remarquer que l’on a six points de plus que la saison passée à la même époque. Mais je pense qu’on aurait pu faire beaucoup mieux. Je trouve qu’on manque de caractère, de prise de risque collective, d’engagement, de courage, de sacrifice. Les joueurs ont besoin d’une prise de conscience et de se prendre en charge eux-mêmes.

 

Envisagez-vous de recruter ?
On en rêve, mais il faut avoir les moyens et ce n’est pas notre cas. Regardez Malaga… Il y a des règles à respecter aujourd’hui et retrouver un équilibre financier est l’objectif majeur. En plus, j’attends plus une réaction collective. Quand une équipe est à notre portée comme ce soir, pas besoin de Messi pour la battre.

 
Qu’en est-il de Francis Gillot, va-t-il prolonger ?
Il a fixé la date de sa réponse à après la trêve, on attend. Il a en main une proposition chaleureuse et ferme, qui manifeste notre souhait ardent de le voir poursuivre à Bordeaux. Pourquoi hésite-t-il ? Moi, je n’hésiterai pas ! Vous lui poserez la question quand il donnera sa réponse.

 

Et Yoan Gouffran, libre en juin ?
Il a aussi en main une offre dans la durée. Là encore, on ne peut pas forcer les gens à répondre plus vite qu’il ne le souhaitent. Il n’a pas dit non. Il n’a pas dit oui non plus. Comme l’entraîneur.

 

 

Source : Lequipe.fr