• Non classé

Chalmé a toujours envie de jouer

 

 

Matthieu Chalmé est contraint, depuis de nombreux mois, de se contenter des rares occasions qui se présentent à lui pour trouver du temps de jeu. Ces dernières semaines, le latéral droit bordelais a notamment profité du turn-over imposé par Francis Gillot pour participer à deux rencontres. Le natif de Bruges est d’ailleurs revenu sur cette situation dans une interview accordée au quotidien 20 minutes, et a également évoqué son avenir, qu’il se trouve à Bordeaux ou ailleurs

 

 

 

 » Vous avez joué deux matchs en dix jours (Newcastle et Montpellier), cela doit faire du bien au moral…

 

J’ai eu l’occasion de jouer, c’était une belle soirée, on a pris beaucoup de plaisir car on a fait un très bon match à tous les niveaux. J’avais été déçu de ne pas être pris contre Sochaux donc ça m’a fait le plus grand bien de jouer. Il y a des choix d’entraîneur, on les respecte même si on est toujours déçu de ne pas être pris, de ne pas jouer. On reste concerné et on essaie de faire du mieux possible à l’entraînement.

 

Quand Francis Gillot dit qu’il n’y a pas d’équipe A et d’équipe B mais seulement un groupe, comment réagissez-vous alors que vous êtes cantonnés à un rôle de doublure ?

 

J’ai du recul sur tout ça. Je donne le meilleur de moi-même à l’entraînement et quand on fait appel à moi. Après, il y a des choix qui sont faits. Je suis content d’avoir joué ce match de Newcastle, ça fait du bien pour la confiance car ce n’est pas évident tous les jours mais j’espère qu’il y en aura d’autres à jouer d’ici à la fin de l’année. Puis, on fera un point au mois de janvier. Il y a de bonnes choses à jouer avec Bordeaux jusqu’à la trêve hivernale donc il faut d’abord se concentrer sur ça.

 

Comment vivez-vous le fait de n’être qu’un remplaçant ? C’est facile de se motiver ?

 

C’est facile car j’aime ce métier et j’aime le football tout court. Il y a des jours c’est vrai que c’est plus dur car on s’entraîne toute la semaine et parfois on ne joue jamais. Mais je me bats tous les jours à l’entraînement, j’essaie de donner le maximum et je réponds présent quand on fait appel à moi, même si ce n’est pas souvent.

 

Avez-vous le sentiment que les dés sont pipés ? Que Mariano jouera forcément, quoi qu’il arrive…

 

Les dés ne sont pas pipés. J’ai vécu de supers années a Bordeaux, j’étais à un niveau que, même moi, je ne pensais jamais atteindre et puis après, j’étais moins performant. C’est normal, on est dans un grand club, il y a de la concurrence, un joueur a été recruté et est performant, donc aujourd’hui, on fait appel à moi de temps en temps pour le suppléer. J’essaie de donner le maximum, et si un jour on fait appel un peu plus souvent à moi, je répondrai présent. C’est une concurrence, ce sont des choix de la part de l’entraîneur, il faut les respecter, même si je suis déçu de ne pas débuter un match car j’ai toujours cette envie.

 

Le mercato hivernal se profile. Vous voulez quitter le club ?

 

Pour l’instant je me concentre sur la fin de l’année et après on verra à la trêve. Si des propositions arrivent je les étudierai à ce moment-là et j’en discuterai avec les personnes concernées. Pour l’instant, je suis vraiment concentré sur la saison de Bordeaux et on verra ce qui se passera. Je n’exclus rien du tout. On aura tout le temps de réfléchir jusqu’au mois de janvier.

 

Rester à Bordeaux, votre région, juste pour privilégier le cadre de vie tout en sachant que vous n’aurez pas plus de temps de jeu, c’est une possibilité ?

 

Le cadre de vie… je sais que je reviendrai vivre ici. Il y a mes amis, ma famille, je sais que je reviendrai. Si j’avais vraiment envie de ce cadre de vie, je n’hésiterai même pas, je dirais que je reste, point. Aujourd’hui, j’ai toujours cette envie de jouer. J’aspire à jouer plus de matchs que je joue à Bordeaux donc si j’ai une bonne proposition, je demanderai à partir à ce moment-là. Ce n’est pas pour le cadre de vie, pour la famille… J’ai toujours cette envie de jouer et elle prime sur tout. Si je dois bouger de Bordeaux, je bougerai de Bordeaux. J’ai eu une discussion en début de saison avec le président et l’entraîneur donc si on doit rediscuter à Noël, on rediscutera à Noël. Pour l’instant, il n’y a rien de figé sur mon cas et le plus important c’est l’équipe, pas mon cas personnel. »