• Non classé

Huard : « 2 ou 3 saisons à souffrir »

Gaëtan Huard est revenu sur le non-recrutement des Girondins pour « But ! Football Club » . Interview

 

 

 

 

Gaëtan, voir Bordeaux ne recruter personne durant l’été, ça vous a surpris ?

Pour bien connaître le club, ils sont dans une stratégie d’équilibre. Cela fait deux ans qu’ils étaient déficitaires. Il y a une DNCG qui ne laisse rien passer et il faut assurer la pérennité. Dans un club, il y a le sportif et l’administratif. Derrière tout ça, il y a des gens qui ont des familles, qui travaillent, ont des enfants à nourrir… Il ne faut pas faire n’importe quoi et mettre en péril les salariés du club. Parfois les gens pensent qu’il n’y a que le terrain mais ce n’est pas le cas ! Le gros de la masse salariale, c’est les joueurs et quand il y a des précautions à prendre pour préserver des emplois, il faut parfois savoir faire l’impasse sur le recrutement. Aujourd’hui, Bordeaux n’a pas recruté mais – au même titre que Marseille et Lyon – ils ne s’en sortent pas trop mal. Je comprends complètement le cheminement des Girondins. Quand on n’a pas les sous, on n’achète pas !

 

 

Mais l’effectif de Francis Gillot est peut-être un peu court pour concourir sur quatre tableaux …

Oui mais il y a aussi un Mercato d’hiver ! Pour l’instant, ils sont sur ce tableau-là et commencent la saison avec cet effectif. Je pense que les résultats suivent et que le public s’y retrouve. Comme on l’a vu contre Nice, il y a un peu plus de personnes au stade. Petit à petit et grâce à des prestations comme celle face à l’Etoile Rouge de Belgrade, Bordeaux se rachète une image auprès de son public. Il faut être patient. Le nouveau stade fera beaucoup de choses. En attendant, il faut que Bordeaux garde une équipe en Ligue 1, tant sportivement que financièrement.

 

 

Auprès du public girondin, Bordeaux se rachète une image mais sur la scène nationale le club a beaucoup perdu ces dernières saisons …

Bordeaux a connu un vrai mal-être à compter de la deuxième partie de saison de la dernière année Laurent Blanc. Il y a eu une explosion totale. Le doute et la défaite se sont installés. Cette mauvaise passe a duré deux ans mais je constate que Francis Gillot a réussi à amener un autre état d’esprit, rééquilibré l’équipe dans un système plus rassurant pour tout le monde. Ce n’est pas un hasard si depuis avril 2012 Bordeaux est invaincu. Je trouve que c’est encourageant ! Le club doit continuer à grandir sur ce genre de spirale. S’il y a une retouche à faire et que les revenus de l’Europa Ligue le permettent, le club le fera cet hiver comme cela avait été le cas l’an passé avec les arrivées d’Obraniak et Mariano.

 

 

Cette rigueur peut-elle durer ?

Il y a encore deux ou trois saisons à souffrir pour que nous ayons des enceintes dignes de ce nom en Ligue 1. Aujourd’hui, les capacités d’accueil dans les stades sont archaïques. Venir au stade et être assis sur du béton, avoir froid, ne pas avoir de toiture qui vous protège de la pluie comme c’est le cas à Chaban pour les premiers rangs, les loges ne sont pas suffisantes, les espaces VIP ne sont pas assez grands … Toutes ces choses-là font que vous avez moins de recettes au stade.

 

 

Que peut viser Bordeaux pour la saison 2012-2013 ?

Si je pouvais me projeter aussi loin, je serais content … Je souhaite voir Bordeaux le plus haut possible ! En étant optimiste, pourquoi pas dans les places en Ligue des Champions ? Si on attribue la première place à Paris, il reste encore deux tickets. A mon sens, il y aura une lutte entre Bordeaux, Lyon, Lille et Marseille. Je ne pense pas qu’il y aura de grandes surprises.