• Non classé

Gérald Cid, DT des Coqs Rouges

 

Après son aventure avec l’OGC Nice, Gérald Cid, formé aux Girondins de Bordeaux, avait brusquement arrêté sa carrière professionnelle. Le joueur expliquait à l’époque qu’il ne se retrouvait plus dans le monde du football actuel. Ce monde n’était en effet pas le sien. C’est aussi pour cela qu’il se retrouve aujourd’hui au plus prêt de vraies valeurs, en étant le Directeur Technique du club de son enfance, les Coqs Rouges.

 

 

Interview par Foot33.fr

 

Après avoir arrêté votre carrière en juillet 2010, est-ce parce que c’est aux Coqs Rouges que vous avez commencé à jouer au football que vous avez décidé de vous y investir ?

C’est tout à fait cela, même si ce n’était pas prévu au début. Il se trouve que peu de temps après mon retour en Gironde, Jérôme Brive, l’entraîneur de l’équipe-première m’a appelé. On se connaissait car on était ensemble dans les équipes de jeunes des Coqs Rouges, même si on n’est pas tout à fait de la même génération. Il a pris contact pour savoir si je pouvais lui donner un petit coup de main au niveau des entraînements au niveau de ce qui est technico-tactique.

 

Et vous avez accepté…

Oui parce que je le connaissais, que c’était pour les Coqs Rouges mon premier club et que j’ai retrouvé des joueurs et des dirigeants que j’avais connus. En mars dernier, François Gaujiran le responsable technique du club qui était en place m’a proposé de prendre la suite car il arrêtait.

 

Quelle est votre conception de ce rôle de directeur technique des Coqs Rouges ?

Je suis responsable de tout ce qui concerne le domaine sportif au club, des U6 jusqu’aux seniors, en travaillant sur le long terme, mais aussi sur le court terme. Je suis aussi responsable de tous les éducateurs et je dois veiller à la nomination de ceux qui sont appelés à remplacer ceux qui sont amenés à partir pour des raisons professionnelles ou autres. Je les accompagne dans leur quotidien durant la saison. Il y a une organisation à continuer à mettre en place. C’est aussi, par rapport à mon vécu de joueur, d’essayer de leur apporter un plus au niveau technico-tactique comme j’ai pu le faire la saison dernière auprès de l’équipe-première, en espérant répondre à leurs questions car je n’ai pas été formé pour cela. L’important est que le club avance en continuant à se structurer.

 

Quelle sera l’objectif de l’équipe qui monte en PH ?

Nous voulons rejoindre le haut niveau régional et nous devons franchir un nouveau palier. On constate que les équipes qui montent sont sur une dynamique et une émulation qui leur permettent de poursuivre leur progression sur deux-trois années consécutives. On va donc chercher à enchaîner une deuxième montée. C’est possible par rapport à la qualité de l’effectif et à la qualité du club.

 

Avez-vous des fourmis dans les jambes quand vous voyez les Coqs Rouges sur le terrain ?

Non car je m’investis dans ce nouveau rôle et je n’éprouve pas le besoin de remettre les crampons. Sans que je le recherche, ce projet m’est tombé dessus et cela me convient tout à fait. Tout se passe bien !