• Non classé

Diarra a «peut-être pris un risque en restant»

 

Le capitaine des Girondins, Alou Diarra sur l’antenne d’RMC se confie sur la fin de saison de son club … Il évoque notamment le mécontentement de Nicolas De Tavernost.

 

Alou Diarra, Nicolas de Tavernost a récemment remis en doute votre motivation (ndlr : le représentant de l’actionnaire a notamment déclaré : « Souhaitons-lui la même motivation avec Bordeaux qu’avec l’équipe de France. »). Qu’avez-vous à répondre ?

(Très agacé) C’est une fausse polémique. Nous sommes tous des professionnels, des compétiteurs. Qu’on soit en club ou en sélection, la victoire a la même saveur. La confiance se cultive dans la victoire. Je ne crois pas qu’un joueur soit là pour faire des calculs. Surtout pas moi. J’ai peut-être pris plus de risque en restant à Bordeaux sachant que je n’avais pas beaucoup de visibilité sans Coupe d’Europe. J’étais conscient de cela. Tavernost a exprimé son mécontentement. C’est normal. C’est l’actionnaire principal. Maintenant, il ne peut pas juger des situations individuelles. Il est trop loin pour voir cela.

 

Avez-vous des regrets personnels ?

Je m’attendais à une saison difficile. La transition s’est faite cette saison. Le départ de joueurs important, un nouveau coach, un nouveau de staff, une nouvelle façon de jouer, ça prend du temps. Beaucoup de gens ont sous-estimé cette période. Je ne suis pas surpris par ce manque de régularité, car il faut s’adapter à toutes ces nouveautés. Maintenant, je ne regrette pas. Je m’attendais à une saison difficile, car on sortait d’une dernière saison difficile et qu’il fallait remobiliser tout le monde et faire face aux difficultés.

 

Où vous voyez-vous la saison prochaine ?

(Ferme) Je ne parle pas de mon avenir. La saison n’est pas terminée. On aura le temps de reparler de mon avenir. Il reste huit matchs. Il faut donner le maximum. Nous avons encore un objectif accessible (ndlr : l’Europe). On doit jouer cette chance à fond. C’est à nous de rester mobiliser, de travailler et de garder le positif. Par exemple, le contenu de notre match à Lille.

 

Lors des premiers mois du championnat, vous aviez plusieurs fois répété que vous ne vous voyiez pas disputer deux saisons consécutives sans participer à la Ligue des champions…

(Il coupe) Sans Coupe d’Europe ! Pour être visible en sélection, je dois avoir le maximum de garanties. La Coupe d’Europe en est une. Cette compétition m’a manqué cette année. L’objectif est de la retrouver. Nous avons un petit espoir, mais il faut agir et gagner car les matchs nuls ne font plus avancer.

 

On parle souvent du PSG vous concernant, pensez-vous que la Ligue des champions soit un plus pour cette équipe ?

On connaît le potentiel de ce club. Ils ont un stade magnifique, des supporters, une équipe de plus en plus compétitive. La Ligue des champions leur ferait du bien. L’environnement n’est pas toujours évident. Il y a une forte pression de la part de la presse locale qui est très virulente. Très active. Compte tenu de ses ambitions, le PSG doit faire partie des grandes équipes françaises qui représentent la France en Ligue des champions.