• Non classé

Plasil: « Je ne suis pas quelqu’un qui lâche »

Jaroslav Plasil se retrouve au coeur de l’actualité. Le tchèque a livré aujourd’hui ses impressions après la rencontre à Nancy, ne cachant pas sa frustration devant le manque d’efficacité de son équipe sur la pelouse du Stade Marcel Picot.

 

 

Qu’avez-vous retiré du match nul (0-0) obtenu à Nancy, samedi dernier ?
Pas grand-chose, parce qu’on n’a pas trop existé offensivement. Ce n’est pas nouveau. A certains moments, on a créé des décalages sur le côté, mais il n’y avait personne devant le but, donc c’est compliqué de marquer.

 

Ce manque d’efficacité n’est-il pas frustrant pour un créateur comme vous ?
C’est sûr, c’est frustrant, mais c’est aussi à nous d’essayer, de frapper de loin ou de faire un petit exploit. Ce n’est pas qu’aux attaquants de marquer. Moi-même, je voudrais marquer plus, je voudrais être encore plus décisif.

 

Ne ressentez-vous pas d’usure ?
Je ne suis pas quelqu’un qui lâche, mais il y a des matchs où c’est difficile. A Nancy, j’avais les jambes un peu dures. En plus, leur synthétique, c’est du béton. J’en ai encore mal aux genoux. Et puis, il y a la sélection, les voyages, tout ça…

 

Ces matchs internationaux ne vous offrent-ils des parenthèses bienvenues ?
Si, c’est vrai. Je ne dirais pas que ce sont des bouffées d’oxygène, mais on change d’endroit, on essaye de penser à autre chose. Jouer contre l’Espagne (2-1), il y a dix jours, ce n’était pas super parce qu’on courait après le ballon, mais ça m’a fait du bien ! Malgré tout, je garde toujours en tête qu’on est en train de faire une mauvaise saison, et qu’on pourrait faire plus

 

 

Source: 20 minutes