Bordeaux le premier…

151106091649768147


 

 

 

Surtout que ce match en Europa Ligue contre Sion a suscité des commentaires élogieux, pour un peu, les hommes de Willy Sagnol vont nous sortir qu’il vont le retenir comme match référence… analyses réconfortantes de certains spécialistes mais également de tout un groupe ressuscité, leur entraîneur en tête qui déclarait après ce match : « Dans le vestiaire, il y avait de l’abattement et de la colère après l’égalisation de Sion, mais j’ai dit aux joueurs qu’ils pouvaient être fiers de leur match. On espère un résultat dimanche, et clore un certain débat, disant que les joueurs avaient lâché, qu’il y avait une cassure ».

 

 

 

 

La fameuse Cassure…

 

… Quelle cassure ? On voudrait nous faire croire qu’elle n’a jamais existé, que c’est une invention… En fait, ce sont les médias ou encore les supporters qui sont des oiseaux de mauvais augure, Granjou journaliste de RTL malgré tout insiste : « Je continue d’être pessimiste, on va prendre l’eau à Sion, et je pense que ce sera très compliqué contre Monaco. Je continue d’être un peu oiseau de mauvais augure ».

 

Alain Bauderon réagit lui aussi : « J’en ai marre du Bordeaux bashing. Suivre la meute où on tire sur Bordeaux à boulets rouges, que ce soit des consultants ou des pseudos spécialistes du football, moi ça me gêne il y en a trop, trop c’est trop ».

 

 

 

 

Alors mon analyse toute personnelle sur la situation girondine sera la suivante :

 

On dit toujours : il n’y a que la vérité qui vexe ! Le terme bashing n’est-il pas de trop sur le sujet qui nous préoccupe ? C’est aussi une mode venant des politiques ou plus récemment le Bordeaux bashing dans le monde du vin… chacun est là pour se faire une opinion sur l’actualité footballistique des Girondins… bien sûr qu’il peut y avoir des dérapages dans les analyses jusqu’au dénigrement quelques fois, mais la majorité des observateurs se rejoignent sur le même constat : les Girondins de Bordeaux sont méconnaissables, il n’y a pas de jeu, on se fait chier, ils vont mal et ce depuis maintenant plusieurs années…

 

Alain Bauderon juge l’arsenal utilisé par les consultants un peu trop lourd et réducteur à son goût des paroles de ses confrères trop sévères… mais cher Alain, on devrait on contraire s’en réjouir, cela prouve une chose et c’est en cela que je rejoins Granjou : ce club historique ne laisse pas indifférent, car les médias, les anciens acteurs devenus consultants, tous les observateurs de ce sport, les fidèles supporters sont tristes d’assister à la décadence, sont tristes de constater que notre club manque d’idées novatrices menant à l’ambition…

 

 

Car l’équipe sur le terrain est une chose mais la gouvernance en est une autre… On peut comprendre en effet que le groupe peut avoir un creux mais depuis combien de temps les dirigeants le creusent -ils ? Pratiquement à chaque saison ce genre de perdition nous empoisonne… à chaque fois depuis quatre à cinq saisons l’entraîneur en fonction possède, par on ne sait quel miracle, l’antidote… malgré ce trou noir permanent !

 

L’équipe finit par se requinquer en terminant entre la 5ème et 7ème place… toujours sur le fil, c’est artificiel, pourquoi jouer les funambules en prenant le risque de tomber ? Là effectivement on peut mourir ! Car si défaillance il y a, on nous rabâchera encore et toujours que le trou n’est pas résorbé, que l’actionnaire est là pour le faire et en contrepartie ne pourra pas recruter… Se poser les bonnes questions, est-ce si dur à entendre ?

 

Sans mettre en avant certaines des lacunes les plus criardes, il n’est pas interdit de penser que les responsabilités sont partagées entre le sportif et les dirigeants… La ligne de conduite qui devrait-être claire à chaque début d’exercice n’existe pas, ou alors elle est faite de prétention sur des objectifs qui ne peuvent-être tenus… car l’orgueil règne dans ce club, un comble au pays de Montaigne (plus haut que l’on soit placé on est assis que sur son cul écrivait-il) ces gouvernants qui nous disent avant chaque exercice : nous possédons une belle équipe en conséquence nous visons les places européennes… Alors n’ayons pas peur des mots c’est du leurre, car le talent est très peu représenté dans cette équipe, ce grand club avec son histoire est maintenant candidat au suicide…

 

C’est pourquoi toutes les idées sont désormais les bienvenues, on peut éviter la corde, en sauvant ce qui peut encore l’être Il n’est nullement question dans les propos de chacun de remettre en cause le travail et l’énergie… dont ont fait preuve les gens qui sont aux responsabilités depuis la reprise par l’actionnaire principal M6, en amplifiant de façon brillante le palmarès…

 

 

 

 

Mais le pouvoir use, le palmarès acquis, il reste à le bonifier encore davantage, il serait bon, pour tous ceux qui aiment ce club, de modifier et changer les habitudes, le cours des choses, la façon de penser, l’approche des marchés (transferts) car ce qui était vrai hier (il y a 20 ans) ne l’est plus forcément aujourd’hui… Le monde sportif a changé en même temps que notre société, l’argent étant le nerf de la guerre… et justement quand on n’en possède peu ou pas, il faut avoir des idées comme a déclaré entres autres, Christophe Dugarry… en reprenant ces propos, un joueur qu’on aime, justement on le drague on lui donne envie de venir, on monte des projets avec lui…

 

Le dernier exemple reste rêveur… Fernando Cavenaghi a parait-il écrit à Jean-Louis Triaud, il était libre, pas le prix d’une rondelle de saucisson à débourser… Et bien rien, aucune nouvelle… ce pauvre Fernando aurait mieux fait d’écrire au Père Noël à Libourne, sûr qu’il avait la réponse !

 

Les messages passés depuis plusieurs jours par d’anciens joueurs, enfants du club la plupart, vont dans ce sens, avec le même actionnaire, les mêmes sponsors même sans trop d’argent, il suffit d’avoir des idées… et surtout des personnes qui les possèdent et les mettront en œuvre…

 

Lors d’un reportage, une revue, sur les vins de Bordeaux, Jean-Louis Triaud se vantait d’être plus libre de son temps car heureux de penser à passer le relais à ses enfants pour la suite à donner à ses affaires professionnelles… c’est le paradoxe non ? Alors pourquoi n’en fait-il pas de même avec la présidence des Girondins ?

 

Pour conclure, Alain Bauderon s’insurge, c’est normal cela fait fonctionner le débat, il est lui même près du club dont il représente la radio officielle, mais il doit bien comprendre que les plus virulents sont ceux, que nous supporters, nous dénonçons à longueur de chaque saison (les Ménès, Riolo et sa suite, Praud…). Il est quand même maladroit de mettre tout le monde dans le même panier de linge… sale !

 

Alors, quoi de plus réconfortant et on voudrait bien encore une fois le croire, à la fin du match de jeudi soir, d’entendre le capitaine Sané : « L’équipe a fait un gros match, tout le monde a fait le boulot, c’est de bonne augure pour Monaco et la suite… On a retrouvé nos têtes, elles sont à l’endroit… On a confiance les uns dans les autres, on se l’était promis, on a tenu parole… ».

 

 

 

 

Thomas Touré le buteur se veut également rassurant : « C’est un état d’esprit retrouvé, un collectif retrouvé, une envie retrouvé ».

 

En somme, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, aux dires du vestiaire bordelais, vu de leur bulle, on ne pouvait prétendre à mieux dans les dispositions morales d’une équipe retrouvée à la veille de recevoir cette équipe « hérisson » de Monaco qui elle (les pieds sur terre), a su revenir de son déplacement de Karabagh avec un point du match nul préservant ainsi ses grandes chances de qualification (invaincue dans sa poule) pour les 16èmes de finale de cette coupe Europa Ligue…

 

Cette équipe de Monaco justement, qui, sans que personne s’en aperçoive monte en puissance, se retrouve aux portes du podium, avec des résultats assez surprenants (Jardim à la manière de Ricardo) depuis le début de la saison… quand on décortique le détail de ses performances, on notera leur premier succès à domicile le week-end dernier face à Angers (1-0) le surprenant promu qui était avant ce match le dauphin du PSG !

 

 

 

 

Désormais les coéquipiers de Toulalan enregistrent à ce jour sur 12 matches disputés : 5 victoires, 5 nuls et seulement deux défaites (de plus sur leur terrain du stade Louis II) ! Par contre à l’extérieur ils sont à ce jour toujours invaincus, en gagnant 4 fois et réalisant 2 matches nuls ! Monaco c’est la 3ème attaque à l’extérieur derrière le PSG et Nice, avec 11 buts contre 7 encaissés…

 

C’est dire que cette formation n’est pas facile à manœuvrer… plus performante à l’extérieur qu’à domicile. Son déplacement au Matmut Atlantique sera donc encore une occasion d’asseoir un peu plus cette réputation d’équipe qui endort son adversaire, pour ensuite mieux l’assommer, porter des coups fatals comme le démontre les statistiques et ce, le plus souvent, dans la dernière demi-heure de la rencontre…

 

 

Le groupe de Monaco :

Subasic, Nardi, Sy – Carvalho, Echiejile, Fabinho, Raggi, A.Touré, Wallace – Andzouana, Boschilia, H.Costa, Silva, Lopes, Moutinho, Pasalic, Toulalan – Carrillo, El Shaarawy

 

 

Les hommes de Willy Sagnol ont donc retrouvé le sourire avec ce match à Sion… Tous sont unanimes « L’envie est revenue, on a bien joué et Bordeaux n’est pas mort… nous voulons continuer à prouver que nous avons une bonne équipe… ».

 

« Travailler sur la confiance et la cohésion. Nous commençons à revoir quelques sourires et quelques visages plus ouverts. Ce sont des signes qui laissent entrevoir quelques embellies » ajoute l’entraîneur Bordelais…

 

Le groupe des Girondins retenu

Carrasso, Prior, Chantôme, Contento, Crivelli, Diabaté, Guilbert, Jussiê, Khazri, Maurice-Belay, Ounas, Pablo, Pallois, Plasil, Poko, Saivet, Sané, Traoré, Yambéré.
Avant cette nouvelle mini-trêve, ce match représente assurément un tournant… une victoire est naturellement attendue ne serait-ce au regard des résultats de la soirée …le Gazélec d’Ajaccio est allé prendre les trois de la victoire à Reims (2-1) , Montpellier a fait de même face à Nantes (2-1)Bastia obtient un match nul à Lille (1-1) seul Toulouse prend l’eau et surtout le carton (5-0) au PSG ! Nous sommes donc toujours à la quatorzième place sans avoir joué certes, mais avec seulement deux point d’avance sur le premier relégable…

 

Bon match à toutes et à tous
Allez Bordeaux, Allez

 

Francis dit Napeso