Alors, on se rince ?

140213091302346068

 

 

En cette mi-février, ce ne sera ni champagne ni bordeaux pour arroser la fête des amoureux du… ballon rond, mais tout simplement la… flotte !

 

Donc si on doit se rincer, ce ne sera sûrement pas le gosier ou la dalle …. même si ….

 

 

 

« Eau! eau ! marchand d´eau!

Qui veut de l´eau?

De la belle eau

De la bonne eau

De mon tonneau ! »

 

 

 

Une histoire d’O …. en ce week-end de la St Valentin ?

 

Chat échaudé craint l’eau froide diront les hommes de Francis Gillot, qui ne voudront sûrement pas renouveler les dernières prestations à l’extérieur comme à Bastia ou à Paris, même si le terrain d’Auguste Delaune est promis lui aussi à un engorgement au dessus de la moyenne difficilement absorbable…

 

Pourtant, à en croire l’entraîneur Bordelais, plus question de faire des ronds dans l’eau… à chaque match seule la victoire devra être désormais l’unique objectif, même un match nul ne saurait le satisfaire… c’est dire le changement de cap dans son discours…

 

Afin d’apporter de l’eau à son moulin, il se dit réconforté par le retour de Diabaté qu’il va pouvoir enfin associer à Hoarau, ce qui pourrait permettre à l’équipe de retrouver de l’efficacité offensive, atout non négligeable quand on connaît l’impact physique du Malien… une attaque prenant incontestablement de la …hauteur …oui mais… il ne suffit pas d’être grand, qui plus est sur un terrain détrempé et boueux …. comme disait un célèbre personnage de notre belle histoire de France : « nous sommes dans la merde jusqu’au cou mais comme je suis plus grand que vous, je n’en ai que jusqu’aux….. genoux ! »

 

Cette grandeur devant ne sera bénéfique que si des centres venus des côtés arrivent à destination… un Trémoulinas (sans remuer le couteau dans l’eau) aurait été en la circonstance un élément non négligeable.. .mais faute de grives on mange des merlos… aussi les hommes de couloir pour ce soir devront aller vite et délivrer des armes à nos deux attaquants tout ceci pourquoi pas sous la baguette d’un Grégory Sertic reconverti en maître d’œuvre….

 

Francis Gillot ne dit pas autre chose, il en a l’Ô à la bouche… il faut désormais changer de mentalité… chaque match sera pour la gagne, mettre tous les atouts qui nous restent dans la performance que ce soit à la « maison » comme à l’extérieur en commençant par cette rencontre contre le Stade de Reims !

 

Ce vendredi 14 février sera donc l’occasion de préparatifs, de fignoler la tactique à adopter, un huis clos qui prend aujourd’hui toute son importance et ce soir pour chacun des joueurs, un petit câlin et couché tôt malgré la fête de la Saint Valentin afin de préserver ses forces pour le lendemain jour de rattrapage, car pour les spécialistes, il faudra tout lâcher en ce jour de la Saint Claude ! ….

 

La priorité pour cette équipe girondine sera de retrouver au plus vite le rythme et ceci dès l’entame de la rencontre en investissant le camp adverse par un pressing de tous les instants sur des joueurs rémois pas très à l’aise dans leur enceinte du stade Auguste Delaune… en effet, cette équipe ne compte que quatre victoires à domicile pour quatre défaites et 3 nuls… avec 16 buts pour et possédant une des plus mauvaises défense à « la maison » avec 17 buts encaissés…

 

C’est dire la fébrilité des hommes de Fournier devant leur public et un Bordeaux reposé et affûté pourrait profiter de ce manque d’assurance afin de reprendre des couleurs au classement et dépasser ainsi son adversaire du jour…

 

Seulement le Stade de Reims voudra confirmer la victoire obtenue à Guingamp la semaine dernière, victoire dans la douleur certes, mais qui a eu pour mérite de retrouver la confiance qui avait été quelque peu ébranlée lors de la visite et défaite du Montpellier de Roland Courbis (2-4)…

 

Pour les Bordelais, l’inactivité semble la préoccupation principale de nombreux observateurs… rien ne peut en effet remplacer la compétition… Francis Gillot en est conscient et n’aime pas le report des matches… ce qui peut-être compréhensible car les supputations servent à chaque fois d’argument pour se rassurer, que ce soit après une victoire comme après une défaite … la rengaine étant : « oui mais nous avons un match de plus à disputer »…

 

Souvenons-nous de cette fameuse saison 2009-2010 fatale à notre équipe et à Laurent Blanc… nous étions en tête du championnat après 25 journées puis le match contre Auxerre remis, un second avec Nancy également remis jusqu’à 3 matches de retard… et tout s’effondre, une, deux défaites et on se rassure en se disant que nous avons 3 matches en retard que nous perdons en fait un par un pour se retrouver à la sixième place au classement….

 

En conclusion c’est loin d’être rassurant de prendre du retard dans les matches à disputer… ce match contre Lorient sera certainement déterminent pour la suite et la ligue a tranché pour le jouer plus vite que prévu (le 25 février à …..18h30!!) horaire prévu pour ne gêner en rien la retransmission suivante de BeIN Sport Olympiakos-Manchester United à 20h45…

 

Ce match contre le Stade de Reims aura été préparé avec sérieux par les Girondins malgré des conditions climatiques assez difficiles… l’association Diabaté-Hoarau à défaut d’être encore au point, semble déboucher sur la volonté des deux « géants » de réussir le pari de la complémentarité…

 

Francis Gillot a également fait travaillé Nguemo devant la défense… l’excellent Théo Pellenard en CFA occupait lui, le poste de latéral gauche… est-ce une indication ? si c’était le cas, malgré le talent de ce jeune défenseur, ce serait un coup dur pour Maxime Poundjé qui ne mérite absolument pas une telle sortie malgré tous ses déboires… en fait une manière pas très élégante qui entamerait à coup sûr une partie de sa confiance en lui !.. .mais Maxime est un battant il saura se rebeller dans le bon sens du terme par son travail mais également faire preuve d’ abnégation…

 

 

 

Le groupe retenu par Gillot :

Carrasso, Olimpa – Chalmé, Henrique, Mariano, Planus, Poundjé, Sané, Pellenard – Faubert, Maurice-Belay, Nguemo, Poko, Sertic , Traoré – Diabaté, Hoarau, Saivet.

 

 

L’entraîneur girondin craint tout de même que ce soit un match compliqué, il se méfie de cette équipe qui réussit un parcours plus que satisfaisant jusqu’à maintenant dans notre championnat, et ce ne sont pas les deux défaites consécutives au Stade Auguste Delaune contre Lyon et Montpellier qui peuvent prédire d’un dénouement de même nature pour sa formation…

 

De plus, des garçons comme Krychowiak ou encore l’attaquant Flyod Ayité ne manqueront pas de motivation face à leur club formateur…

 

 

 

 

 

Le groupe retenu par Fournier :

Placide, Gassama – Weber, Turan, Tacalfred, Signorino, Mandi – Krychowiak, Albaek, Devaux, Oniangue, Fortes, Ayite, Ghisolfi – Atar, Courtet, Charbonnier, De Preville

 

 

Mais Reims reste un club mythique, la nostalgie envahit les plus anciens supporters, les Kopa, Piantoni, Akesbi, Fontaine, Vincent sont toujours dans les mémoires… rencontrer Reims hier c’était rencontrer le PSG aujourd’hui…

 

 

 

 

 

 

 

Une pensée pour Alain

 

 

 

A la veille de jouer ce match contre le Stade de Reims (son équipe préférée étant « gosse »), une grosse pensée pour Alain Giresse, dont le père Jacques vient de décéder ce mercredi 12 février…

 

Jacques était non seulement son papa mais également un lien, un guide, qui aura compté dans sa carrière sportive…

 

Jacques Giresse était un personnage dans son village de Langoiran, un footballeur de talent (Bastidienne) qui aura su l’imprégner de sa passion et surtout lui inculquer ses valeurs de la vie en général… car avant de penser à un parcours sportif, Alain était devenu charpentier comme lui !

 

Le diplôme en poche Alain a pu partir à la conquête du ballon rond….

 

C’est donc Jacques qui inscrivit le « drôle » à une détection des Girondins… et après on connaît la suite….

 

 

Nous pensons fortement à Alain à ses proches à sa maman Théodora

Merci Jacques de nous avoir envoyé un des plus beau messager du football Français !

 

Francis dit Napeso