Avant que ça se corse…

 

 

 

Willy Sagnol devra encore composer son équipe en tenant compte de nouveaux forfaits … l’entraîneur bordelais sera privé de Faubert et Ilori qui lui, n’en finit pas ! Des absences qui s’ajoutent à celles de Diabaté, Jussiê, Sala, Pellenard, Saivet, Sané, Poko, Traoré et Khazri…

 

 

 

 

Mais la bonne nouvelle de la semaine c’est l’arrivée du Suédois Thelin … Jean-Louis Triaud a tenu parole quand il annonçait sur le ton d’une boutade que le club attendait un  »messi » … et bien c’est fait et bien fait comme à la bonne époque…

 

En effet, ce n’est pas sans rappeler le recrutement d’un certain Pauleta qui, fraîchement débarqué dans le port de la lune, fût le héros quarante huit heures après, d’une soirée mémorable au Stade de la Beaujoire grâce à son triplé face aux Canaris et surtout une victoire sans appel des Bordelais (5-0)…

 

En attendant que l’histoire puisse se reproduire avec Thelin, les hommes de Sagnol auront tout intérêt à prendre cette fois-ci le match par le bon bout et non pas regarder leur adversaire comme ils savent si souvent le faire, évitant ainsi une nouvelle grosse désillusion face à une équipe Bastiaise qui, elle aussi, voudra se rassurer…

 

Il est vrai que rien n’est simple pour cette équipe bordelaise surtout depuis cette grosse « bûche » de Noël offerte par les Lyonnais…. une bûche plus indigeste qu’il n’y paraît, dont les conséquences sont encore présentes et dévastatrices…

 

Comment expliquer autrement cette peur de mal faire, cette peur à prendre les initiatives nécessaires à l’équilibre des lignes, cette peur d’aller à fond dans les duels afin de gagner les premiers ballons ou tout au moins les seconds… tous les ingrédients pour produire du jeu et ainsi aller de l’avant … comme en ce début de saison qui était devenu référence … grâce à un état d’esprit irréprochable voulu par leur entraîneur…

 

 

 

 

Aujourd’hui, toutes ces bonnes dispositions ont disparues … ce ne sont pas les faux semblants qui manquent pour justifier les carences de cette équipe … que n’a t-on pas lu ou entendu …. : c’est la faute de la CAN … c’est à cause de la blessure de Diabaté (il nous manque ! disent les supporters alors que ce pauvre Cheick était la risée de pas mal de monde il y a encore quelques mois! comme quoi un seul être vous manque et tout est dépeuplé)… jusqu’à relever certaines critiques sur la formation bordelaise du genre : nos jeunes sont trop tendres ou encore ils n’ont pas le niveau … bref un inventaire des plus farfelus afin de défendre l’indéfendable …

 

Willy Sagnol savait, avant de s’engager, que la situation économique en équilibre était la priorité de l’actionnaire du club et qu’il fallait faire avec l’héritage de Francis Gillot… cela ne semblait pas être une contrainte insurmontable pour Willy, d’autant plus qu’il disposait d’un effectif de qualité et d’un centre de formation performant … ce qui lui a permis de lancer tout de suite Thomas Touré qui sera la surprise du chef de ce début de saison …

 

La Sagnolmania

 

 

 

 

L’effet Sagnol était donc sur les rails produisant ses effets … les résultats étaient au rendez-vous pour le plus grand plaisir du public allant même au delà chez les médias… même Ménès et Riolo (le rigolo parisien) y allaient de leur partition en louant les qualités du technicien bordelais…

 

Il se disait alors dans toute la ville, que le syndrome bordelais avait enfin disparu, que plus jamais ce vilain microbe allait resurgir… et bien non l’antibiotique « Willy » n’aura pas suffit !…. même le « toubib » en est parti, c’est dire !

 

Et pourtant, comme un volcan, tout allait par petites secousses se réveiller … la braise allait réapparaître … tout d’abord les propos de Willy Sagnol sur les joueurs Africains étaient mal interprétés et allaient déclencher une véritable tempête dans un verre d’eau ! Le mal était ainsi créé et ses détracteurs pouvaient alors s’y engouffrer pendant plusieurs semaines … même Pape Diouf en parle encore !

 

Mais cette histoire aura eue le mérite de souder un peu plus le groupe bordelais solidaire avec leur entraîneur, symbolisé par le geste de Diabaté au cours du match contre Lens …on était toujours sur la même dynamique et rien ne pouvait ébranler l’état d’esprit de cette équipe …

 

La Sagnolmania en a pris une bonne claque, car depuis, les médias sont de nouveau revenus avec beaucoup plus de méfiance vis-à-vis du club et d’un entraîneur quand l’occasion leur en est donnée… aussi les critiques sont beaucoup plus désagréables parfois même dures…

 

Les mois de Novembre et Décembre apportaient malheureusement de l’eau au moulin aux « critiques » puisque le spectacle offert était moins bon, moins existant, on semblait revenir en arrière à une époque où les supporters chantaient « on se fait chier ! », bref un spectacle décevant devant lequel le public ne reconnaissait plus ses joueurs… seule la rencontre Bordeaux Lorient aura produit du jeu, c’est quand même peu …

 

Puis ce début d’année plutôt catastrophique… c’était prévu diront certains … mais on ne s’inscrit pas dans la fatalité, elle n’existe pas diront d’autres … tout le monde savait que la CAN devait passer par là : les absences n’excusent pas tout, ne pas se réfugier derrière ce faux débat, car ceux qui sont restés sont, eux, de véritables absences … sur le terrain ! Ont-ils conscience que ce sport reste exigeant et que les moindres écarts sur et hors du pré provoquent les désillusions…

 

Alors on ressort les vieilles recettes, les réunions dans les vestiaires avec les coups de gueule du président… les séances supplémentaires d’entraînement sans ballon – la punition suprême parait-il du footballeur comme pour le coureur cycliste sans bicyclette – ….

 

 

Un Chant tome 1 dans les vestiaires ce samedi ?

 

 

 

 

Alors maintenant c’est l’heure de se réveiller … Thelin ! Thelin ! Thelin ! La mère cato a sonné la fin de la récréation : comme un seul homme, tous réunis pour la bonne cause : gagner en beauté sur l’île serait un magnifique cadeau fait au suédois !… avec en attendant l’hymne « girondins » d’Obispo un « chant » tome 1 dans les vestiaires par toute l’équipe ?

 

Le groupe retenu par Sagnol :

 

Carrasso, Prior – Contento, Mariano, Pallois, Planus, Poundjé, Yambéré, Guilbert (36) – Kaabouni, Plasil, Sertic, D’Almeida (34), Soni (35) – Djigla, Maurice-Belay, Rolan, Thelin, Touré, Crivelli (33).

A noter la présence de Guilbert, un excellent joueur de la réserve et la confirmation de Soni…

 

 

Ghislain Printant, l’entraîneur du SC Bastia, sera privé lui aussi de dix joueurs pour la réception des Girondins !

Des deux côtés, l’effectif pose de vrais soucis.

 

Six joueurs, dont l’ancien bordelais Floyd Ayité, sont blessés. Trois joueurs sont en sélection. Enfin, Brandão est suspendu.

Bordeaux retrouvera néanmoins un homme formé au Haillan. Il s’agit de Florian Marange. Ce sera la première fois cette saison puisqu’il ne jouait pas en Corse lors du match aller.

 

 

 

 

Le groupe :
Vincensini, Leca – Cioni, Squillaci, Modesto, Palmieri, Marange, Peybernes – Keita, Djiku, Gillet, Cahuzac, Boudebouz, Benhaim, Vincent, Ongenda, Cissé, Koné.

 

Les blessés :
Maboulou, Ayité, Achilli, Romaric, Areola, Ba, Brandao.

En sélection :
Diakité, Kamano, Tallo.

 

Bon match à toutes et à tous

Allez Bordeaux, Allez !

Francis dit Napeso

Vous aimerez peut être aussi...