Un « nul » qui leur va bien

 

Le résumé :

 

 

Quelques jours après l’Allemagne, les Girondins ont fait le voyage jusqu’en Bretagne pour y affronter l’équipe de Christian Gourcuff. Un groupe quelque peu amoindri par les absences notamment d’Henrique, simple précaution compte-tenu de la pelouse synthétique du Moustoir et des genoux fragiles du brésilien, mais aussi de Julien Faubert, sorti sur blessure à Francfort. Un match européen et les os de verre de Jussiê refont surface et l’envoient également à l’infirmerie ce week-end, tout comme Matthieu Chalmé, tandis que Vujadin Savic, Fahid Ben Khalfallah, et David Bellion ne sont pas retenus par leur entraîneur. Finalement, Francis Gillot compose son équipe titulaire avec les retours de joueurs laissés au repos cette semaine, et peut ainsi compter entre autres sur Lamine Sané, Mariano, Henri Saivet et Cheick Diabaté. Petite surprise tout de même avec l’absence de Gregory Sertic au coup d’envoi de cette rencontre. Mais les traditionnels débats qui entourent l’avant-match ne se recentre pas cette fois sur les joueurs qui sont alignés cette après-midi à Lorient. Peu importe les hommes, les supporters attendent une réaction …

 

 

 

 

Sous le soleil breton (non non, on vous assure, ce n’est pas une blague), la rencontre démarre sur un rythme plutôt contenu, où les deux équipes essayent avant tout de fermer la totalité des espaces. Cheick Diabaté obtient un coup-franc plein axe dès la cinquième minute. Ludovic Obraniak s’en charge et tente une combinaison avec Lamine Sané au premier poteau. Cela passe finalement au dessus du défenseur sénégalais. Deux minutes plus tard, Henri Saivet récupère un ballon dans le couloir, et lance Obraniak dans la surface. L’international polonais frappe instantanémment mais est contré en corner, qui est finalement repoussé par Audard. Dans la foulée, Mariano se retrouve à l’entrée de la surface, et voit son centre contré de la main par Aboubakar. Penalty on ne peut plus logique. Cheick Diabaté se place au point de penalty, et le transforme avec une feinte et prend Fabien Audard à contre-pied. 1-0 pour les Girondins.

 

 

Le match est désormais lancé, sur un petit rythme, qui n’est toutefois pas déplaisant. Petite réaction lorientaise, mais la tête d’Aboubakar à la 10ème minute ne met pas en danger Cédric Carrasso. Au terme de ce premier quart d’heure de jeu, les deux entraîneurs ont été contraints d’effectuer un premier changement pour cause de blessure, tout d’abord de Gilles Sunu, touché aux ischios, puis d’André Biyogo Poko, qui a reçu un coup sur la cheville. Gregory Sertic fait donc son entrée. Vincent Aboubakar et Sadio Diallo vont faire vivre un véritable cauchemar à l’arrière garde girondine, en identifiant la faille de cette dernière. Les deux lorientais profitent des largesses de la défense centrale en jouant dans son dos, et trouvent ainsi l’espace nécessaire. Cédric Carrasso est obligé d’intervenir une première fois à la 16ème minute. Dans la minute qui suit, le camerounais est de nouveau lancé dans la profondeur, se met en excellente position après un contrôle de la poitrine et une feinte de frappe, mais voit sa tentative filer devant le but bordelais. Enfin, Carrasso doit de nouveau s’employer à la 20ème minute, en réalisant une double parade pour contrecarrer les offensives bretonnes, menées par Diallo et Kevin Monnet-Paquet. Deux minutes plus tard, ce dernier se retrouve en excellent position de centre dans le couloir gauche bordelais, trouve instantanément Aboubakar, qui prend le dessus sur Mariano et fusille Carrasso. 1-1.

 

 

 

 

La réaction girondine ne se fait pas attendre, puisque Gregory Sertic, entré en jeu dix minutes plus tôt, prend sa chance de loin, et décoche une frappe flottante qui pousse Fabien Audard à la faute. Le gardien de but lorientais se troue et encaisse un second but à la 25ème minute de jeu. Bordeaux reprend l’avantage dans cette rencontre (2-1). Contrairement à leurs habitudes, les bordelais poursuivent leur pressing, et tentent d’inscrire un nouveau but. Nicolas Maurice-Belay combine parfaitement avec Ludovic Obraniak, mais son centre est contré par les joueurs de Christian Gourcuff. Mais les approximations sont toujours de rigueur, et dans la facilité, Henri Saivet ne profite pas de l’espace qui s’est ouvert à lui et manque une passe qui semblait pourtant simple. Mais le jeune attaquant sénégalais se rattrape à la demie heure de jeu. Dans l’axe du terrain, il crochète son vis-à-vis pour se mettre en position et décoche une superbe frappe pleine lucarne qui ne laisse aucune chance à Fabien Audard. Trois buts à un. On pense alors naïvement que le plus dur est fait …

 

 

 

 

Les attaquants lorientais auraient tort de se priver des faiblesses de l’arrière-garde girondine, et continuent de jouer dans son dos. Vincent Aboubakar, de nouveau en excellente position à la 34ème minute, manque totalement sa frappe qui file dans les tribunes du Moustoir. A la 39ème minute, les bordelais se retrouvent dans la surface bretonne, mais ne parviennent pas à frapper malgré les cafouillages. En retrait, Marc Planus récupère le ballon, et réalise une transversale vers Ludovic Obraniak, qui contrôle parfaitement, mais tarde dans son couloir en attendant le dédoublement de Maxime Poundjé. Le latéral gauche est finalement l’homme de cette fin de première période. Il manque tout d’abord une frappe plein axe en manquant son contrôle et poussant trop le ballon. Enfin, le jeune bordelais se retrouve en mauvaise posture dans son couloir à la 44ème minute, et fait alors le mauvais choix. Plutôt que la simplicité d’un dégagement en touche, Maxime se complique la tache et tente une passe en retrait avec son pied droit. Sans réussite. Kévin Monnet Paquet, alors placé dans son dos, en profite, et file tromper Cédric Carrasso. 3-2. Les lorientais réduisent l’écart à quelques seconde de la mi-temps.

 

 

 

 

Cette seconde période recommence sur les mêmes bases, avec un Vincent Aboubakar qui prend un malin plaisir à faire des misères à la défense girondine. Mariano est obligé d’intervenir à la 48ème minute pour stopper l’attaquant lorientais, qui éliminait un à un les bordelais, dont Lamine Sané. La réaction girondine est bien timide, avec une passe manquée, encore, d’Henri Saivet, qui tentait de trouver Cheick Diabaté en première intention dans la surface. Fautif sur le second but breton, Maxime Poundjé semble accuser le coup, et être sorti mentalement de cette rencontre. Ses interventions sont brouillonnes, quand elles ne sont pas inexistantes. Un détail qui n’échappe pas aux joueurs de Christian Gourcuff, qui insistent donc sur le couloir gauche des marines et blancs. A la 51ème, Fabien Robert ne peut cadrer sa frappe, que Cédric Carrasso accompagne tranquillement en sortie de but. Ne parvenant pas à reprendre le dessus, Maxime Poundjé poursuit les erreurs, et après un contrôle totalement manqué, fait faute sur Fabien Robert. Il est logiquement averti par Benoit Bastien à la 53ème minute. Il n’est toutefois pas aidé par ses coéquipiers, à l’image de Landry Nguemo trois minutes plus tard, qui manque totalement sa passe vers l’international espoir, et le met en mauvaise posture.

 

 

Après une première tentative de Sadio Diallo repoussée des deux poings par Carrasso, les lorientais sont récompensés pour leur activité, et parviennent une nouvelle fois à prendre à défaut cet axe bordelais, grâce à une subtile passe lobée dans la surface à destination du guinéen à la 58ème minute. Ce dernier contrôle, et parvient à trouver le chemin des filets de Cédric Carrasso pour égaliser. Trois buts partout. La réaction bordelaise, si on peut l’appeler ainsi, se résume à une frappe lointaine totalement manquée de Cheick Diabaté à la 59ème. Ce n’est pas mieux pour Gregory Sertic deux minutes plus tard. Un constat qui va à l’encontre de la réussite de la première période dans cet exercice.

 

 

 

 

Les minutes suivantes sont alors à placer dans le domaine du burlesque, de part et d’autre. Dans un premier temps, Marc Planus ne va pas échapper à sa boulette, et n’assure pas sa passe en retrait à destination de Carrasso. Trop juste, le portier bordelais ne peut que contrer le ballon devant Aboubakar, mais navigue toujours devant son but. Diallo pourtant en position parfaite, va réussir l’exploit de ne pas cadrer sa tête dans le but vide. Francis Gillot procède alors à un léger replacement tactique en plaçant Henri Saivet dans le couloir droit, tandis qu’Obraniak navigue entre l’axe du terrain et le couloir gauche. Mais les deux joueurs ne seront pas en réussite pour autant sur leurs centres, d’abord trop long pour le sénégalais, et sur le gardien breton pour le franco-polonais. Nicolas Maurice-Belay, actif cette après-midi, provoque une nouvelle fois la défense lorientaise. Ne parvenant pas à prendre le dessus sur son adversaire à cause d’un tirage de maillot, le bordelais s’écroule dans la surface après avoir marché sur le ballon. L’arbitre du match n’hésite pas une seconde et l’avertit d’un carton jaune qui semble très sévère.

 

 

 

Maurice-Belay se retrouve encore en position de centre dans le couloir gauche à la 73ème minute. Ce dernier s’exécute, à destination d’Henri Saivet dans la surface, au duel avec Bruno Ecuele Manga. Le gabonais dévie ce ballon, vraisemblablement du bras. Mais l’arbitre ne bronche pas. Intenable aujourd’hui, Aboubakar est encore à la réception d’une passe en profondeur à la 75ème. Se déchirant pour empêcher la sortie de but, le camerounais élimine Marc Planus avec une extrême facilité. Il faut le retour de son compatriote, Landry Nguemo, pour mettre un terme à cette action en dégageant en corner. Sur la contre-attaque qui suit, Fabien Robert est obligé d’avoir recours à une faute pour empêcher Saivet de poursuivre sa remontée du terrain. La faible intensité finit par retomber totalement au fil des minutes. Pour preuve, les joueurs bordelais ne prennent même plus la peine de courir, mais parviennent tout de même à se porter vers l’avant, grâce à une succession de passes réalisées en première intention. Cheick Diabaté, à la réception d’un centre de Sertic, tarde lui aussi à prendre une décision et finit par perdre la possession du ballon.

 

 

Nouvelle frayeur sur le but bordelais à cinq minutes du terme de cette rencontre. Vincent Aboubakar, omniprésent, s’empale finalement dans la défense girondine. Mais Fabien Robert hérite du ballon, et ne se fait pas prier pour prendre sa chance d’une frappe de l’extérieur du pied gauche. Bien captée toutefois par Carrasso, qui veillait. Le gardien de but bordelais s’impose encore à la 87ème minute devant Aboubakar. Raphaël Guerreiro et Kevin Monnet Paquet apporteront également le danger dans les derniers instants de cette rencontre, mais ne parviennent toujours pas à inscrire le but de la victoire. M. Bastien Benoit siffle finalement la fin de cette rencontre sur une dernière intervention de Mariano.

 

 

 

Les joueurs :

 

 

Le rouleau compresseur aura une nouvelle fois eu raison de Cédric Carrasso, en encaissant trois nouveaux buts cette après-midi, sans être véritablement fautif. On ne peut pas dire que le portier bordelais n’ait pas fait son travail, en étant présent à ce nombreuses reprises pour couper les offensives lorientaises, ou tout simplement réaliser des parades décisives.

 

 

 

 

Mais qu’arrive t-il à cette défense girondine ? On ne peut décemment pas expliquer cette nouvelle déroute de la défense centrale aujourd’hui par le changement des deux titulaires, Marc Planus et Lamine Sané, qui se connaissent parfaitement depuis plusieurs années. Lente, avec un placement approximatif et une absence aux duels, la charnière centrale a vécu un vrai calvaire cette après-midi devant l’opposition offerte par Vincent Aboubakar notamment, prenant constamment les deux bordelais dans le dos. Aimaient-ils çà pour en redemander avec indécence ? Le constat n’est pas meilleur dans les deux couloirs. Mariano, omniprésent et sûr défensivement par le passé, n’aurait-il pas troqué sa place avec un clone pour filer à l’anglaise … en Italie cet été ? Le latéral brésilien semble perdu, et ne retrouve pas l’impact qui avait fait de lui l’un des meilleurs bordelais de la saison dernière. De l’autre côté, Maxime Poundjé accuse le coup en ce début de saison. La pression de remplacer Benoit Tremoulinas ? Peut être … Après un début de match plutôt prometteur, le latéral gauche a fini par sombrer, et être totalement responsable du second but breton en choisissant la difficulté. Il n’a jamais été en mesure de relever la tête en seconde période, peu aidé, il est vrai, par ses coéquipiers. Francis Gillot aurait-il du prendre la décision de le sortir ?

 

 

 

 

 

André Poko n’a finalement pas eu le temps d’entrer dans cette rencontre, puisqu’il est sorti dès le quart d’heure de jeu suite à un coup reçu à la cheville. Il a été remplacé par Gregory Sertic. Ce dernier retrouvant sa place devant la défense en Ligue 1, n’a attendu que dix petites minutes pour enfin trouver de la réussite sur ses frappes lointaines, bien aidé il est vrai par l’intervention manquée de Fabien Audard. Rien à signaler toutefois sur la suite de sa rencontre, rendant une prestation sobre, sans éclats. A ses côtés prenait place Landry Nguemo, qui rend une copie convenable, contrairement à ses précédentes prestations. Loin d’être suffisant toutefois, le camerounais est l’un des joueurs bordelais ayant joué et récupéré le plus de ballons cette après-midi.

 

 

Pour sa part, Nicolas Maurice-Belay a une nouvelle fois fait preuve d’une grosse activité dans son couloir gauche, provoquant sans cesse par ses contrôles orientés et ses sprints déroutants. Mais le milieu offensif n’est toujours pas décisif aujourd’hui, malheureusement. Placé dans un premier temps dans le couloir droit avant d’être replacé dans l’axe, Ludovic Obraniak reste l’une des plaques tournantes du jeu bordelais, en touchant le plus de ballon du côté des marines et blancs. Se montrant volontaire, principalement au cours de la première période, le franco-polonais est cependant resté inoffensif face à ces lorientais. Henri Saivet fut placé dans un premier temps en soutien de Cheick Diabaté. Il profite d’ailleurs de cette position aujourd’hui pour se placer idéalement et inscrire ce superbe troisième but bordelais. Il a ensuite pris place en milieu de seconde période dans le couloir droit. Nous conclurons avec Cheick Diabaté, jouant dans un rôle quasi exclusif de point d’appui au Moustoir, en profitant de ses qualités de conservation de balle. Son association avec Henri Saivet fut complémentaire, mais le malien peine alors à se retrouver en position favorable devant le but adverse.

 

 

 

 

 

La fiche de match :


Dimanche 22 Septembre 2013 à 14 heures

6ème journée de Ligue 1

Stade Yves Allainmat

14038 spectateurs

Arbitre : M. Benoit Bastien

Lorient 3 – 3 Bordeaux

Buts : Diabaté (sp, 8ème), Aboubakar (22ème), Sertic (25ème), Saivet (29ème), Monnet-Paquet (44ème), Diallo (59ème)

Cartons jaunes : Poundjé (53ème), Jouffre (60ème), Maurice-Belay (72ème)

Cartons rouges : néant

Lorient : Audard – Baca, Ecuele Manga © , Bourillon, Guerreiro – Diallo, Jouffre, Lautoa (Adbullah 79ème), Barthelme (Robert, 45ème) – Sunu (Monnet-Paquet, 13ème), Aboubakar

Bordeaux : Carrasso © – Mariano, Planus, Sané, Poundjé – Nguemo, Poko (Sertic, 16ème), Obraniak, Maurice-Belay, Saivet – Diabaté

 

 

 

Les statistiques :

 

Lorient – Bordeaux

Possession (%) : 50 – 50

Tirs : 15 – 11

Tirs cadrés : 9 – 3

Passes réussies (%) : 79 – 78

Corners : 3 – 4

Hors-jeu : 3 – 1

Centres : 20 – 19

Cartons jaunes : 1 – 2

Cartons rouges : 0 – 0

Fautes : 12 – 14

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 5

Mariano : 2

Sané : 2

Planus : 2

Poundjé : 2

Poko : non noté

Nguemo : 5

Sertic : 6

Maurice-Belay : 6

Saivet : 7

Obraniak : 5

Diabaté : 5

 

 

 

Crédits photos : Sport24, Eurosport, France Info, Sofoot, Girondins.com, et Ouest France

Vous aimerez peut être aussi...