Carrasso en sauveur

 

Le résumé :

 

Seulement la deuxième journée, et Bordeaux est déjà dans l’obligation de prendre les trois points. Après sa défaite à domicile face à Monaco, Bordeaux devra se refaire la cerise dans le fameux Derby de la Garonne, au Stadium de Toulouse. Et l’excuse ne sera pas l’absence de supporters bordelais puisque le parcage a fait le plein depuis plusieurs jours. Bordeaux, qui plus est, est au complet et a toutes ses forces vives. A l’exception de Sané et Jussiê bien évidemment, Sertic encore un peu court, et de plusieurs joueurs allant en CFA pour retrouver du rythme (Jug, Faubert, Savic, Orban, Traoré, Bellion et Rolan). Un match déjà « Capitole » donc, avec pour ambition de remporter un derby – même lointain – et de ne pas se prendre six points dans la tronche dès deux journées.
La composition bordelaise :

 

 

 

 

Le match démarre à la 6ème minute sur un centre-tir d’Obraniak que Ahamada capte en deux temps, en reculant. Au fil des minutes, le match se durcit et les tacles des bordelais sont imprécis. 12ème minute, des suites d’un mauvais tacle de Poundjé, Toulouse a un coup franc. C’est une tête remisée pour Ben Basat qui la pousse au fond mais il est signalé hors-jeu. 22ème minute, corner pour Toulouse. Aurier prend le dessus sur Plasil au second poteau et première parade de Carrasso ! 28ème minute, et le tournant du match. Planus est contré au milieu de terrain et Ben Basat contre-attaque. Alors qu’il a trois mètres de retard, on le voit tacler comme on pouvait s’y attendre… Manque de bol, il tacle en position de dernier défenseur et prend la jambe d’appui de l’attaquant toulousain. Chapron se fait plaisir, et sort le carton rouge… Bordeaux jouera le reste du match à dix. Bordeaux ne se désarme pas et continue d’attaquer. Saivet, excentré, frappe sur Ahamada (31ème). Puis des suites d’une belle combinaison avec au départ Mariano qui lance Obraniak, ce dernier met en retrait pour Saivet qui reprend instantanément de l’intérieur du pied au point de pénalty : sur Ahamada. Il y avait mieux à faire… Toulouse répondra par une combinaison qui se soldera par une frappe de Sirieix au-dessus (39ème). 43ème minute et coup de théâtre ! Saivet aux 20 mètres, temporise et sert Diabaté parti à la limite du hors-jeu… L’attaquant bordelais ne se fait pas prier et trompe le portier toulousain de l’intérieur du pied ! But pour les Girondins ! La réponse toulousaine interviendra deux minutes plus tard. Sur un beau centre d’Aurier, Bréchet entré en jeu à la place de NMB, dévie le ballon sur son propre gardien qui est à la parade… Mais Ben Basat a suivi et s’empresse de propulser le ballon dans les filets ! Égalisation toulousaine seulement deux minutes après l’ouverture du score bordelaise ! Pire encore, il faudra un bon Carrasso une fois encore sur un coup franc direct de Regattin pour dégager des deux poings…

 

Retour au vestiaire sur le score logique de 1-1. Bordeaux s’est cela dit mis dans de beaux draps avec cette expulsion stupide de Planus. Toulouse a effectué un très bon pressing sur le porteur du ballon bordelais et a rapidement anéanti toute forme de construction. Rien de grave car Bordeaux sait jouer en contre, mais les occasions fleuriront de moins en moins avec un joueur de moins.

 

 

 

 

C’est Toulouse qui s’illustre en premier à la 47ème minute par Ben Yeder, lancé par Aurier, qui frappe pour une nouvelle parade de Carrasso. S’en suivra une période assez soporifique de 20 minutes, avant de revoir l’une des deux équipes. Et ce sera Toulouse, à la 68ème minute. Avec une nouvelle combinaison sur coup de pied arrêté, Sylla se retrouve en deux passes devant Carrasso et fera encore briller le portier bordelais ! Bordeaux répondra par un gros travail de Poundjé côté gauche, qui résiste à son vis-à-vis et fait la différence pour un contre… et le retourné de Diabaté au point de pénalty : au-dessus ! 78ème, Obraniak s’infiltre dans l’axe et donne à Diabaté dans la surface. Avec trois joueurs sur le dos, il réussit à conserver le ballon puis finalement à frapper en taclant : sur Ahamada ! Toulouse revient sur le devant de la scène avec Regattin sur la droite qui centre au point de pénalty… Sirieix arrive lancé au point de pénalty et met sa tête : sur la barre (80ème) ! Regattin s’illustrera une nouvelle et dernière fois à la 88ème minute des suites d’un jeu en triangle… Sa frappe trouve une fois encore la superbe parade de Carrasso qui dévie le ballon en corner au ras de son poteau !

 

Gillot solidifiera son équipe en fin de match et Bordeaux cette fois ci ne lâchera pas et prendra le point du match nul, le premier de sa saison. Un moindre mal…

 

 

 

 

Les joueurs :

 



Cédric Carrasso est l’homme du match. Auteur de quatre parades décisives, il fera une nouvelle fois taire ceux qui le disent surcoté. Il n’y a pas grand-chose à dire si ce n’est qu’il reprend un pion rapidement… Bref, ce point, on lui doit. Et on lui doit aussi un nouveau contrat, au fait.

 
Filho Mariano a été moins en vue que lors de ses premières sorties. Moins d’impact devant et certainement aussi moins d’assurance derrière, avec des pertes de balle. Il faut dire qu’en face de lui, ça courrait de partout et ça provoquait sans cesse ; de quoi être débordé. Pareil pour Maxime Poundjé qui a été de nombreuses fois sollicité. Il nous fait encore un peu peur : peut-être le manque d’habitude de notre part, et au contraire l’habitude de voir Tremoulinas. Peut-être aussi parce qu’il se complique la tâche parfois en essayant de relancer proprement plutôt que de dégager. Quoi qu’il en soit, il se bat. Marc Planus… Que dire. Bien en jambes pourtant en ce début de saison, en deux matches, il vient de tout briser. A Monaco le contre défavorable peut tout expliquer. Mais ce soir, c’était tout vu qu’il tacle avec trois mètres de retard après un ballon perdu. Stupide, il n’y a pas d’autres mots. Déjà qu’il y a dix ans, il n’arrivait pas à récupérer ce genre de ballons. Alors maintenant… Carlos Henrique, pour son premier match, a été solide. Même s’il a lui aussi commis des tacles à la limite. Il a souffert à l’image de notre défense, mais il a tenu.

 

 

 

 

 

 

Landry Nguemo était plutôt invisible lors de cette rencontre. Pas de réel impact à la récupération, et des suites du pressing adverse, des pertes de balle évitables. Ce n’est pas tant le nombre de pertes de balle, mais surtout les pertes dangereuses, dans l’axe, qui nous condamnent à une occasion. Jaroslav Plasil était lui aussi très transparent dans ce poste de relayeur. Moins d’impact que dans ce rôle de numéro dix et c’est bien dommage. Nicolas Maurice-Belay était dans la continuité de ses précédentes sorties, mais fera rapidement les frais de l’expulsion de Planus. Dommage car il était celui qui pouvait faire la différence en un contre un, mais il était logique qu’il sorte au vu du schéma tactique. De l’autre côté, Ludovic Obraniak donne toujours l’impression de jouer avec le frein à main. C’est certainement fini pour lui les longues chevauchées… Mais il arrive tout de même à donner de bons ballons pour ses coéquipiers. Il sortira après un coup de genou aérien d’Abdennour.

 

 
Devant, Henri Saivet a donné un très bon ballon à Diabaté pour le but bordelais. Il est aussi l’auteur d’une volée intérieur du pied qui aurait peut-être méritée d’être reprise de l’extérieur. Pas grand-chose d’autre à noter : il est temps que sa situation contractuelle se règle. Cheick Diabaté était titulaire, et a encore marqué. On se demande vraiment sur certaines actions comment il fait pour tenir debout, ou conserver le ballon. Il arrive aussi à contrôler des ballons du gros orteil, ou tenter des retournés acrobatiques au point de pénalty. Il est ce genre de joueur, oui, qui nous aide aussi grandement au niveau aérien. Peu importe, ce soir, son but est plein d’assurance, et il s’aligne même sur le dernier défenseur. Notre attaquant, c’est lui.

 

 

Jérémie Bréchet dévie le ballon pour le but toulousain. Décisif, donc, en quelque sorte. Une entrée en matière difficile, par dans les meilleures conditions, et il ne s’est pas posé de questions en dégageant loin dès que le danger était dans la surface bordelaise. Fahid Ben Khalfallah a fait une très bonne entrée et a même souvent pris ses responsabilités. Malheureusement, il n’était que très peu suivi, ses partenaires étaient déjà dans la phase défensive des dernières minutes. Enfin, Poko est entré dans les arrêts de jeu pour consolider le tout.

 

 

Les statistiques du match :

 


Toulouse – Bordeaux

Possession : 52% – 48%

Tirs : 14 – 9

Tirs cadrés : 9 – 5

Passes réussies : 83% – 75%

Hors-jeu : 7 – 0

Corners : 6 – 2

Centres : 27 – 15

Fautes : 16 – 16

Cartons jaunes : 3 – 1

Cartons rouges : 0 – 1

 

 

 

La feuille de match :
Samedi 17 août 2013 à 20 heures
2ème journée de Ligue 1
Stadium de Toulouse
Arbitre : M. Tony Chapron
Toulouse 1 – 1 Bordeaux
Buts : Ben Basat (45ème) – Diabaté (43ème)
Cartons jaunes : Ben Basat (8ème), Abdennour (58ème), Aurier (86ème) – Poundjé (11ème)
Cartons rouges : Planus (27ème)
Toulouse : Ahamada – Mbengue (Sylla, 60ème), Spajic, Aurier, Abdennour – Akpa-Akpro (Ninkov, 71ème), Didot ©, Sirieix, Regatton – Ben Basat (Trejo, 79ème), Ben Yedder.
Bordeaux : Carrasso – Mariano, Poundjé, Planus, Henrique – Nguemo, Plasil, Obraniak (Poko, 91ème), Maurice-Belay (Bréchet, 35ème) – Saivet (Ben Khalfallah, 83ème), Diabaté.

 

 

Les notes Girondins4’ever :


Carrasso : 10
Poundjé : 5
Mariano : 5
Planus : 0
Henrique : 5
Nguemo : 4
Plasil : 4
Maurice-Belay : Non noté.
Obraniak : 5
Saivet : 5
Diabaté : 7

 

 

 

Crédits photos : TFC.info, Le Figaro, Foot01

Vous aimerez peut être aussi...