L’après-match. Paris était une nouvelle fois trop fort au Matmut


Seconde confrontation en un peu plus de deux semaines entre Bordeaux et Paris, cette fois-ci en championnat. Invaincus face à cette équipe parisienne en terre girondine depuis septembre 2013, les bordelais reçoivent le champion en titre avec une confiance revigorée après le match face à Caen (0-4). Entre la préparation du match face à Barcelone ou encore les derniers accrocs en championnat face à Dijon ou Lille, est-ce le meilleur moment pour affronter Paris ? Ou est-ce juste une illusion de supporter bordelais et un énorme faux espoir ? Réponse tout de suite dans notre après-match.

 

La composition bordelaise :

 

Le fil de la rencontre

 

6ème minute : BUT ! Long ballon de Marquinhos et mauvaise relance de Jovanovic dans l’axe. Le ballon revient sur Cavani qui reprend de volée à l’entrée de la surface. 0-1.

15ème minute : Centre de Lucas, remise de Kurzawa, frappe de Di Maria. C’est fluide mais Carrasso s’impose pour repousser cette tentative.

17ème minute : Sur un coup franc lointain, Di Maria récupère et met à contribution Carrasso.

18ème minute : Réaction bordelaise. Centre de Gajic pour Sankharé qui place à tête mais Trapp capte le ballon.

20ème minute : Frappe lointaine et très audacieuse de Pallois que dégage Trapp en corner.

22ème minute : Sankharé, Malcom et Rolan combinent à l’entrée de la surface. Ce dernier tente une frappe beaucoup trop molle.

39ème minute : BUT ! Contre rapide du côté parisien. Verratti lance Di Maria à la limite du hors jeu. L’argentin remporte par la suite son duel face à Carrasso. 0-2.

43ème minute : Centre de Kurzawa sur le côté gauche en direction de Thiago Motta au second poteau. L’italien remet en retrait pour Di Maria qui voit sa reprise s’envoler.

47ème minute : BUT ! Nouveau contre parisien, avec Di Maria au centre cette fois-ci. Il cherche Cavani au second poteau, qui claque se reprise dans le petit filet opposé. 0-3.

65ème minute : Kamano percute et glisse à Vada dans la surface. Le nouvel entrant s’immisce dans la surface et tire du bout du pied mais Trapp détourne du pied.

69ème minute : Débordement de Gajic sur le côté, qui trouve la tête de Sankhare au point de penalty. Sa tentative est au-dessus.

75ème minute : Sur un centre de Toulalan, Rolan presse sur la défense parisienne. Son contre passe juste à côté des buts de Trapp.

76me minute : Grand pont de Lucas pour la madjer de Draxler, à coté et de toute façon hors-jeu.

78ème minute : Nkunku est à la conclusion d’une offensive parisienne. Il s’arrête et tente un extérieur, qui flirte avec l’équerre bordelaise.

 

Les matches se suivent et ne se ressemblent pas. Mais alors pas du tout. Bordeaux a une nouvelle fois été battu à domicile, et une seconde fois d’affilée par le Paris Saint-Germain. Ils ont eu droit à une démonstration de réalisme offensif et de sérénité défensive irréprochable. Côté bordelais, la marche était beaucoup trop haute. Mais peut-on vraiment leur en vouloir ? Analysons plutôt leurs performances, en ressortant les points forts et les points faibles des acteurs girondins de ce match.

 

 

Site du PSG

 

Les joueurs

 

Abandonné par sa défense, Cédric Carrasso s’est fait fusiller à trois reprises. Tout d’abord, sur la volée de Cavani où il est masqué dès le départ de l’action (6’). Puis en face à face devant Di Maria sur le second (39’). Et enfin, de nouveau Cavani qui re-claque une reprise (47’). A côté de ces buts, il a repoussé une tentative de Di Maria au quart d’heure de jeu. Pas vraiment un match de rêve pour le portier bordelais, qui a plus souvent touché le ballon au fond des filets qu’entre ses gants.

 

Devant lui, on retrouve Milan Gajic sur l’aile droite. Intéressant dans son activité et ses allers-retours, il s’est montré volontaire et concerné sur son côté. Mis à part un centre dangereux (35’), ses montées ont souvent été sans grand danger pour la défense parisienne. De l’autre coté, c’est un constat assez similaire. Engagé et percutant, Youssouf Sabaly a bien combiné sur son aile mais sans vraiment percer la défense parisienne, certes bien en place. Il a adressé de bons centres (24’ 36’) sans trouver preneur. Il repiqua très souvent dans l’axe et fut pris par ses anciens coéquipiers parisiens, qui l’attendaient. Dans l’axe, Vukasin Jovanovic enchaîne une deuxième titularisation d’affilée. Dès la sixième minute, il offre le premier but à Cavani à cause d’une très mauvaise relance plein centre. Il s’est ensuite pas mal rattrapé, en gagnant de nombreux duels (20, plus haut total de son équipe) et en défendant de manière très sérieuse et appliquée. Pour l’épauler, Nicolas Pallois a lui aussi été titularisé en défense centrale. Moins de récupérations à mettre à son actif (seulement sept, deux de plus que Lucas Moura…), mais une qualité de relance supérieure à sa moyenne habituelle (93% de passes réussies). Faut pas trop en demander non plus, espérons qu’il arrivera un jour à assimiler les deux domaines.

 

Au milieu de terrain, Jérémy Toulalan occupait son rôle habituel de sentinelle. Complètement dépassé par la justesse technique et l’intensité des parisiens, il n’a pas existé dans ce match. Que ce soit en vitesse, en physique ou en technique, il a été en-dessous de ses standards et de ses adversaires. Il a tenté de s’investir en attaque, avec des centres (72’ 75’), mais sans réussite. Pas vraiment de mieux chez l’autre expérimenté du milieu de terrain bordelais, Jaroslav Plasil. Un tout petit total de 40 ballons touchés, et une influence trop faible sur le jeu bordelais. Sa saison est en dents de scie, à l’image de ses performances à Caen et face à Paris, aux opposées en termes de rendement. Younousse Sankharé a montré un peu plus d’impact sur l’ensemble de la rencontre. Il s’est pleinement livré à la lutte au milieu et a plus souvent remporté des duels dans l’entre-jeu (9’ 21’). Offensivement, il a su se projeter et apporter un semblant de surnombre. A l’image de ses deux têtes offensives captées par Trapp (18’ 70’).

 

Dans le secteur offensif, les trois joueurs n’ont pas vraiment existé non plus plus. L’exemple le plus significatif reste Jérémy Ménez. 34 ballons touchés, la moitié étant destinée vers l’arrière et aucune tentative de percussion. Sorti sur blessure et remplacé par Kamano (57’). Malcom n’a pas non plus brillé sur son coté. Quelques pointes de vitesse, deux-trois centres et c’est terminé. Sorti sur blessure et remplacé par Laborde (78’). Le plus dangereux pour la fin bien sur, Diego Rolan. Et encore, « dangereux » est un bien grand mot. Deux tentatives facilement captées par Trapp (21’ 79’), un contre qui effleure le poteau (75’) et un pressing permanent sur la défense. Correct mais pas suffisant.

 

Au niveau des remplaçants, François Kamano est entré et a apporté de la vitesse et des percées dans la défense parisienne (ce que n’a pas fait Ménez). Dommage qu’il ne soit pas rentré plus tôt, ou même titularisé d’entrée, celui-ci restant sur un doublé face à Caen. Valentin Vada et Gaëtan Laborde sont rentrés après la guerre, et ont juste participé au simple jeu de balle de fin de match.

 

Site PSG

 

La feuille de match

Bordeaux-Paris
Vendredi 10 février 2017 à 20h45
Matmut Atlantique, Bordeaux
25ème journée de Ligue1 2016-2017
37 823 spectateurs
Arbitre : RAINVILLE Nicolas
Buts : Bordeaux: et Paris : Cavani (6’ 46’), Di Maria (39’)
Cartons jaunes : Bordeaux :et Paris : Thiago Motta (20’)
Cartons rouges : aucun
Bordeaux : Carrasso – Gajic, Jovanovic, Pallois, Sabaly – Plasil (Vada 65’), Toulalan, Sankharé – Malcom (Laborde 78’), Rolan, Ménez (Kamano 57’).
Les remplaçants : Prior, Contento, Pellenard, Arambarri, Vada, Kamano, Laborde.

Paris : Trapp, Meunier, Kimpembe, Marquinhos, Kurzawa – Verratti (Nkunku 59’), Thiago Motta, Rabiot – Lucas, Cavani (Ben Arfa 71’), Di Maria (Draxler 62’).
Les remplaçants : Aréola, Maxwell, Aurier, Matuidi, Nkunku, Ben Arfa, Draxler.

 

Les notes Girondins4Ever

Carrasso : 5
Gajic : 5
Pallois : 4
Jovanovic : 6
Sabaly : 6
Toulalan : 2
Sankharé : 4
Plasil : 3
Rolan : 5
Malcom : 5
Ménez : 2

 

Bordelais du match G4E : Sabaly

 

 

Les stats d’après match

Bordeaux-Paris
Possession : 44%-56%
Tirs : 9-13
Tirs cadrés : 3-5
Passes réussies : 89%-91%
Hors-jeux : 1-3
Corners : 3-2
Centres : 27-14
Fautes : 8-7

 

Stats LFP, screens G4E, image en Une AFP, et photos du site officiel du PSG

Vous aimerez peut être aussi...