Les Girondins s’ocTROYES la victoire difficilement


 

L’état de crise déclaré, les Girondins n’avaient plus le droit à l’erreur en ce dimanche après-midi face au promu troyen à domicile. Un match ultra important pour se donner un peu d’air au classement et surtout stopper l’hémorragie des ces derniers matchs catastrophiques.

 

 

Le fil du du match

 

20ème minute : Sur une récupération assez haute de Chantôme, jeu en une touche de balle avec Plasil et Khazri qui remet directement à Rolan pour une frappe sans contrôle en demi volée juste au-dessus.

68ème minute : Erreur de la défense troyenne qui profite à Crivelli. Remise intelligente pour Rolan qui bute sur Bernardoni.

78ème minute : BUT ! Coup-franc mal dégagé par la défense, Ounas contrôle et frappe directement. Enchaînement parfait qui termine sa course dans le filet adverse. 1-0

84ème minute : Ounas, encore lui, récupère un centre trop long de Saivet. Il percute et frappe au premier poteau obligeant Bernardoni à se détendre.

86ème minute : Grosse occasion troyenne avec cette frappe juste au-dessus après une incursion dans la surface.

89ème minute : Sur un centre venant de la droite, Nivet (tout seul) reprend de la tête mais ne trouve pas le cadre.

92ème minute : Troyes pousse et enchaîne les temps forts, et c’est Martins Pereira qui frappe juste au-dessus des buts gardés par Carrasso.

 

Bordeaux peut s’estimer heureux de gagner ce match car avant les changements ce n’était pas couru d’avance . Et encore plus après le but d’Ounas… Beaucoup trop de situations encaissées et de fébrilité offensive laissent un goût assez amer à cette victoire. Bien entendu, on ne crachera pas sur ces 3 points, en espérant qu’ils nous relancent un minimum.

 

 

Jaroslav Plasil isonsport

 

 

Les joueurs

 

Pour commencer, saluons la bonne performance de Cédric Carrasso, qui a réussi à garder sa cage inviolée pendant 90 minutes. Et Dieu sait qu’il y a du mouvement devant ses cages ! Pourtant, il n’a eu que deux parades à réaliser : d’abord, un arrêt facile en deux temps (27′) puis un frappe lointaine très compliquée à aller chercher (56′).

 

Pas de but encaissé, c’est aussi grâce à une solidité défensive (à peu près retrouvée). Elle était composée à droite de Frédéric Guilbert pendant 30 minutes avant de sortir sur blessure (bon centre 18′ et apport offensif intéressant). Remplacé par Milan Gajic, qui lui a eu le temps de bien s’exprimer avec de bonnes phases défensives tout en puissance (54′ 71′ 74′) et des montées intéressantes (28′ 62′). Une bonne entrée pour le jeune serbe qui peine à s’imposer dans l’équipe de Willy Sagnol ces derniers temps. De l’autre coté, Maxime Poundjé réalise une performance solide sur le flanc gauche. Auteur de bonnes interventions défensives (8′ 14′ 45′) et d’un sauvetage miraculeux (64′). Il a nettement progressé dans le domaine de la percussion où il a subi des fautes importantes (le but) grâce à ces débordements (76′ 78′).

En charnière centrale, Lamine Sané était reconduit en gardant le capitanat. Une performance sans fausses notes mais sans vraiment briller non plus. De bonnes anticipations surtout aériennes (15′ 19′ 58′). Il écope d’un carton jaune pour anti-jeu (57′). Son acolyte du soir était le brésilien Pablo Castro, qui a très clairement été meilleur à tous les niveaux. Que ce soit dans les anticipations (27′ 33′ 35′) et dans la solidité défensive (9′ 79′). Il rassure enfin derrière depuis quelques rencontres, et ce n’est pas une telle chose qui va nous déplaire.

 

L’un des hommes forts au milieu de terrain sur ce match, aura été Clément Chantôme. Impérial dans la récupération tout au long du match avec 17 ballons gagnés (9′ 14′ 20′ 89′), il a aussi très bien orienté le jeu avec des relances précises et portées vers l’avant. Un rôle qui lui convient bien et que l’on attend plus souvent chez l’ancien parisien. Autre acteur important dans la récupération bordelaise et les premières relances (surtout en début de match) : Jaroslav Plasil. Très en jambes dès le début de la rencontre, on l’a senti concerné et combatif. Il a malheureusement perdu en régime au fil du match. En revanche, Henri Saivet traverse une mauvaise passes ces derniers temps. Encore trop passif aujourd’hui, il a perdu 21 ballons (plus gros total de l’équipe) sur des passes imprécises ou des mauvais choix. Donnons lui un point positif tout de même, il a tenté sa chance plus que les autres, notamment sur coup franc et à la retombée d’un centre. Un constat qui se répète pour le sénégalais, que l’on espère plus flamboyant pour les matchs à venir.

 

Au niveau de l’attaque des girondins, même système que jeudi avec deux changements. En premier, la titularisation attendue de Wahbi Khazri. Après sa perte de sang froid 3 jours auparavant, le tunisien n’a pas franchement brillé en ce dimanche après-midi. Mis à par quelques bons centres (53′ 58′) et une technique toujours au rendez-vous (18′), le meneur des girondins a beaucoup déçu. Forcément qu’il doit mieux faire pour se rattraper de ces dernières sorties après sa suspension (dont on connaîtra la durée incessamment sous peu). Remplacé par Ounas (68′). Un joueur différent mais une performance assez semblable pour Diego Rolan qui a une nouvelle fois été très invisible tout au long de la partie. Il a toutefois eu l’opportunité d’être décisif après une belle remise de Crivelli mais sa tentative finit détournée par le gardien troyen. Une remise en question rapide est nécessaire pour le jeune buteur uruguayen qui se cherche encore en ce début (plus trop maintenant) de saison. Remplacé par Touré (86′). A la pointe de l’attaque, la confiance était donnée au jeune Enzo Crivelli. Grâce à sa conservation de balle et son physique imposant, il fut un très bon appui pour les offensives bordelaises. Il a cependant manqué d’occasions à part sa demi volée lointaine (72′). A noter, sa très belle remise pour la frappe de Rolan, qui prouve son altruisme aguerri.

 

Finissons avec les remplacements de ce match. Milan Gajic étant analysé plus haut, c’est Adam Ounas qui entre en jeu le second. Comme lors de ces trois précédents matchs en Ligue 1 et en Europa League, il a encore une fois apporté tout son panache et sa fraîcheur dans le jeu bordelais. C’est même lui, du haut de ces 19 ans (dans quelques jours) qui vient débloquer la situation et tout un stade avec ce très bel enchaînement contrôle-frappe enchaîné du gauche (78′). Une jolie preuve de toute l’entendue de son talent, que l’on n’a pas fini d’apercevoir cette saison sous le maillot au scapulaire. Il ne s’arrêtera pas en si bon chemin, puisqu’ il se créa une nouvelle occasion dans la foulée, bien détournée par le jeune portier troyen cette fois-ci (81′). Très clairement l’élément déclencheur d’un match bien mal embarqué pour les girondins. Enfin, Thomas Touré est entré quelques minutes avant la fin du temps réglementaire amenant sa vitesse de percussion et sa fougue à l’image de sa belle frappe enroulée (91′).

 

 

Diego Rolan iconsport

 

 

La feuille de match

Dimanche 25 octobre 2015 à 17 heures

11ème journée de Ligue 1 2015-2016

Stade Matmut Atlantique, Bordeaux

Affluence : 21082 spectateurs

Arbitre : M. Saïd Enjimi

Bordeaux 1-0 Troyes

Buts : Ounas (77ème)

Cartons jaunes : Sané (58′) – Ayasse (23′), Mavinga (35′), Darbion (75′), Martins Pereira (77′)

Cartons rouges : aucun

Bordeaux : Carrasso – Guilbert (Gajic 31′) , Sané (c), Pablo, Poundjé – Plasil, Saivet, Chantôme – Rolan (Touré 84′), Crivelli, Khazri (Ounas 67′).

Troyes : Bernardoni – Martins-Pereira, Veskovac, Mavinga, Dabo (Ngongca 70′) – Ayasse, Pi, Darbion (Karaboué 79′), Camus (Perea 73′), Nivet (c) – Jean.

 

 

CSL51eGWEAUeuRb

 

 

Les notes Girondins4Ever

Carrasso : 7
Guilbert : non noté (puis Gajic : 6)
Sané : 5
Pablo : 6
Poundjé : 5
Chantome : 7
Saivet : 3
Plasil: 5
Khazri : 3
Rolan : 2
Crivelli : 5

 

 

12182321_10208393161249218_58412481_n

 

 

Les stats d’après match

Bordeaux-Troyes

Possession : 54%-46%

Tirs : 16-11

Tirs cadrés : 4-2

Passes réussies : 76%-69%

Hors-jeux : 2-0

Corners : 5-4

Fautes : 9-16

 

 

Vous aimerez peut être aussi...