Vraiment, pas Briand

Le résumé

Classement, politiques de jeunes, grand stade : tant de facteurs qui font que les deux équipes se ressemblent trait pour trait. Et bien sûr, un résultat est « obligatoire » ce soir pour les deux équipes, diminuées par les suspensions et les blessures. Se dirigerait-on vers un match nul ? Francis Gillot a en tout cas mis son équipe type avec un Jussiê « en forme », et un Planus remplaçant d’Henrique. En face, la défense est tout droit tirée de Monsieur Bricolage ; de quoi laisser de beaux espaces et de l’inexpérience, profitables – on l’espère – à notre équipe. La compo :

 

 

13ème : Corner d’Obraniak pour la tête au second poteau de Diabaté ; trop décroisée, à côté.

15ème : Gomis se retourne bien et frappe du gauche : Carrasso la met au-dessus.

20ème : Sané enrhumé dans la surface, frappe de Grenier avec un rebond : captée par Carrasso.

31ème : Déviation de Diabaté pour Saivet qui fixe et enroule fort : juste au-dessus.

35ème : Corner direct de Sertic au premier : poteau !

36ème : Perte de balle d’Nguemo qui ouvre la voie à Benzia : sa frappe file au-dessus.

37ème : Coup franc de Sertic dans le mur.

 

Mi-temps. Match équilibré. Pas trop d’occasions. L’arbitre principal s’est blessé et est remplacé par le quatrième arbitre, Jean-Charles Cailleux. Ce dernier fera une deuxième période en déambulateur.

 

46ème : Frappe de Lacazette excentré, repoussée par Carrasso. Derrière, Mariano perd le ballon et permet à Benzia de frapper : frappe écrasée.

52ème : Faute imaginaire pour Lyon sur Gomis. Coup franc de Grenier repoussé par Carrasso.

62ème : Centre du droit de Saivet côté gauche, au deuxième poteau. Obraniak est à la réception et glisse le ballon entre les jambes du portier lyonnais : But.

63ème : Centre du gauche de Saivet déposé sur la tête de Diabaté qui décroise trop et finit juste à côté du poteau.

67ème : Deuxième carton jaune pour Lacazette : Rouge !

76ème : Mauvaise relance de Sarr pour Diabaté qui prend l’espace et, dans la surface, réalise un passement derrière la jambe d’appui et s’écroule… Il n’y avait pas pénalty. Le corner derrière ne donnera rien.

91ème : Frappe de Fekir qui est relancé par des mauvais dégagements de Sané et Planus. Frappe déviée par Carrasso mais Briand surgit et profite d’un glissement de Mariano qui ne peut sauver sur sa ligne. Lyon égalise.

 

Deux points de perdus. Face à une équipe lyonnaise fatiguée depuis la 60ème minute, et à 10 depuis la 67ème, Bordeaux a voulu faire tourner et ne pas enfoncer le clou. Seulement, on le sait depuis des années, Bordeaux ne sait pas gérer. Et sur un manque d’engagement de la défense dans les arrêts de jeu, Lyon, au bout de ses forces, en a profité.

 

Nous ne sommes même pas parvenus à battre cette pauvre équipe lyonnaise. La saison continue d’être éprouvante et longue. Francis Gillot n’a pas fait de coaching et a donné la consigne de faire tourner. Ne connait-il pas suffisamment son équipe pour savoir que nous allons nous mettre nous-même en danger jusqu’à la fin ?

 

Ce soir, nous sommes aussi abattus que pour une défaite.

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso : De beaux arrêts, et lui était encore présent à la 91ème minute. Capitaine exemplaire.

Filho Mariano : Il est beaucoup resté dans une position défensive. Il ne peut pas sauver ce ballon sur sa ligne, glissant juste avant…

Marc Planus : Très précieux tout au long de la rencontre, avec d’excellentes interventions, il manque clairement d’agressivité sur la dernière occasion lyonnaise et laisse filer et frapper Fékir.

Ludovic Sané : Moyen en première mi-temps, il s’est montré solide en seconde, jusqu’au but. Mauvais dégagement de la tête, et arrêt complet de défendre… Il se permet de prendre un siège et de regarder ses adversaires marquer.

Lucas Orban : Très solide et ne commettant pas de bévue, il a semblé intégré et impliqué sur cette rencontre. Plusieurs montées aussi pour la construction et des centres au final de Saivet.

Landry Nguemo : Un ballon perdu dans l’axe en première période. Beaucoup de coups donnés. Souvent pressé par ses adversaires qui l’ont poussé à la faute.

Grégory Sertic : Bonne combativité. De bons coups de pieds arrêtés, dont un poteau sur corner. Mais aucune réelle influence sur le jeu.

Ludovic Obraniak : Pas grand-chose à signaler pour lui qui s’est montré extrêmement discret. Il est présent cela dit pour inscrire le but bordelais. Mais trop peu d’activité devant.

Henri Saivet : Offensivement excellent. Il a montré à son adversaire du soir que l’expérience ne venait pas du jour au lendemain. De très bons centres, de la combativité, et également de bons retours défensifs. L’homme du match côté bordelais, passeur décisif.

Cheick Diabaté : Deux têtes trop décroisées. Un rush stoppé alors qu’il devait frapper. De bonnes déviations aériennes cela dit. Mais pas décisif.

Vieira Jussiê : Capable du meilleur comme du pire, mais surtout régulier dans le néant. Fantomatique dans ce rôle de numéro 10, comme dans celui de second attaquant, en fait. Quelques prises de balle intéressantes mais trop peu pour que ce soit une prestation correcte.

 

 

 

 

La feuille de match

Dimanche 20 Octobre 2013 à 21heures

10ème journée de Ligue 1 2013-2014

Stade Gerland (Lyon)

36 774 spectateurs

Arbitre : M. Nicolas Rainville

Lyon 1 – 1 Bordeaux

Buts : Briand (91ème) – Obraniak (62ème)

Cartons jaunes : Bisevac (38ème), Lacazette (40ème) – Diabaté (38ème), Nguemo (64ème)

Cartons rouges : Lacazette (67ème)

Lyon : Lopes – Zeffane, Bisevac, Sarr, Dabo – Fofana, Grenier ©, Malbranque (Briand, 73ème), Lacazette, Benzia (Fékir, 73ème) – Gomis (Pléa, 80ème).

Bordeaux : Carrasso © – Mariano, Planus, Sané, Orban – Nguemo, Sertic, Obraniak, Saivet – Jussiê, Diabaté.

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 7

Mariano : 6

Planus : 5

Sané : 4

Orban : 7

Nguemo : 4

Sertic : 5

Obraniak : 6

Saivet : 8

Jussiê : 3

Diabaté : 4

 

 

 

 

Les statistiques

Lyon – Bordeaux

Possession : 53 % – 47 %

Tirs : 17 – 9

Tirs cadrés : 7 – 1

Passes réussies : 86% – 84%

Hors-jeu : 2 – 2

Corners : 5 – 5

Centres : 26 – 22

Fautes : 16 – 16

Cartons jaunes : 2 – 2

Cartons rouges : 1 – 0

 

 

Crédit Photos : Metro, L’Equipe, Foot01, olweb, Le Figaro