Bordeaux sort de la zone rouge

Cette phrase là, vous l’entendez ou la lisez depuis des semaines maintenant : « Bordeaux n’a plus le choix, il faut prendre les trois points ce soir ». Oui, sauf qu’entre vouloir – quand ils veulent bien sur – et pouvoir, il y a un canyon entre les deux. C’est pourtant ce gouffre qu’il va falloir franchir en réussissant un résultat face à Evian, au Parc des Sports d’Annecy, pour sortir de la zone de relégation. Justement, face à Evian, Bordeaux n’a jamais perdu : peut-être le signe du renouveau ?! Nous ne croyons que ce que nous voyons… Quoi qu’il en soit, Francis Gillot a choisi de remettre son « équipe type » et de compter sur Sertic qui aura le droit à des infiltrations pour jouer : et non ! Contrairement au onze annoncé, c’est Abdou Traoré qui prendra la place du futur international croate. En face, le danger numéro 1 reste Kévin Bérigaud qui franchit un palier cette saison au poste d’avant-centre. L’autre attaquant, Paul Alo’o Efoulou, ne sera pas de la partie. La composition bordelaise de début du match :

 

 

 

 

Les carences bordelaises vont vite se révéler avec Wass, lancé à la limite du hors-jeu, qui se retrouve seul face à Carrasso (2ème minute). Heureusement, il est excentré et Carrasso ferme l’angle : frappe dans le petit filet. La réponse de Diabaté interviendra à la 7ème minute, lancé lui aussi à la limite du hors-jeu. Il tente un sombrero sur le gardien mais le manque et le ballon finit en sortie de but… Evian réagira par des frappes non cadrées de Berigaud (8ème), Wass (14ème) et Mensah (22ème). 23ème minute, des suites d’un beau mouvement collectif des bordelais, NMB centre pour Obraniak au deuxième poteau : demi-volée, et belle parade de Laquait ! 26ème minute, une mauvaise passe d’Obraniak lance la contre-attaque d’Evian… Barbosa est lancé dans le dos de la défense et centre dans l’axe pour Berigaud qui, bien qu’entouré de deux joueurs, coupe la trajectoire du ballon et trompe Carrasso ! Bordeaux, pourtant en surnombre, n’a pas du tout été efficace au niveau défensif sur cette action. Bordeaux réagira à la 33ème minute par un centre du droit de NMB qui trouve la tête de Diabaté : parade de Laquait… Obraniak est sur le second ballon mais sa reprise partira nettement au-dessus des buts d’Evian. 40ème minute, la tête de Diabaté est trop décroisée… 42ème minute, bonne passe en retrait de NMB pour Obraniak qui frappe instantanément : nouvelle parade de Laquait dit « Agassa bis » ! 43ème minute, montée de Sané qui prend l’axe et lance parfaitement Diabaté… L’attaquant bordelais, seul devant Laquait, choisit de mettre l’extérieur en force : mauvais choix, le ballon part n’importe où ! C’est sur cette dernière occasion vendangée que se clôturera la première période, avec un avantage contre le cours du jeu pour Evian.

 

 

Même s’ils ont eu nettement plus d’occasions qu’Evian, Bordeaux revient au vestiaire mené sur le score d’un but à zéro. Un but de Bérigaud inscrit sur une contre-attaque, et le seul tir cadré pour l’ETG. Bordeaux, par Obraniak par trois fois, s’est montré dangereux, même si l’International polonais est à l’origine du but d’Evian sur une mauvaise passe en retrait. Et puis Diabaté, qui fait briller une fois Laquait, pour se trouer complètement à la fin de la première période sur sa seconde occasion franche. Les deux équipes reviennent sur le terrain et il n’y a pas de changement côté bordelais.

 

 

Bordeaux revient avec de bien meilleures intentions, immédiatement dans ce match. 47ème, Obraniak lance Diabaté mais le malien est trop court et est devancé par la sortie de Laquait qui intervient en deux temps. 53ème, Henrique donnera des frissons à son équipe et aux supporters. Une passe latérale pour Carrasso complètement manquée, récupérée par Bénézet. Le joueur, seul face Carrasso, pousse le ballon dans le but mais Henrique se rattrape et sauve le ballon sur sa ligne. Il faudra ensuite attendre la 68ème minute pour revoir nos bordelais dangereux. Côté droit, Saivet attend le dédoublement de Mariano et le sert. Le centre du brésilien est pour la tête de Jussiê au premier poteau et fait briller une fois encore Laquait ! Heureusement, Diabaté a suivi et s’y reprend à deux fois pour pousser le ballon au fond des filets ! Bordeaux égalise ! Evian créera une nouvelle frayeur à notre capitaine à la 72ème minute des suites d’une déviation de Sougou, qui passe devant les buts bordelais… Mais Bordeaux est toujours là : deux minutes plus tard, Diabaté est une nouvelle fois lancé mais s’excentre… sa frappe finira dans le petit filet de Laquait. 80ème minute : Poundjé commet l’irréparable. Le jeune latéral, rentré en jeu, veut intervenir et anticipe avec un pied beaucoup trop haut sur Koné… Les deux joueurs sont au sol mais l’arbitre n’est pas dupe et voit que le joueur bordelais reste uniquement au sol pour éviter de récolter le rouge. Peine perdue, il est logiquement exclu ! Bordeaux se met encore dans une situation compliquée alors qu’il dominait la rencontre. Gillot va alors sortir Diabaté pour faire rentrer Planus et évoluer avec une défense à cinq, avec NMB en arrière latéral gauche. Comme souvent, c’est l’équipe réduit à dix qui se procurera l’occasion la plus franche : Jussiê est fauché à l’entrée de la surface par ce que l’on peut considérer comme le dernier défenseur d’Evian… Mais l’arbitre ne bronche pas. Ce sera le dernier fait notable de la rencontre et les quatre minutes de temps additionnel ne serviront à rien pour les deux équipes.

 

 

 

 

Bordeaux aura pour une fois montré un panel un peu plus complet que lors de ses dernières sorties. Le problème défensif était presque réglé mais le but de Berigaud redonnera le doute aux supporters. Au niveau offensif, Bordeaux s’est créé énormément d’occasions franches mais n’a pu en convertir qu’une seule. « Il y a des chantiers partout ». Ça, c’est certain. La saison continue d’être longue mais avec six points – en huit journées – Bordeaux se positionne à la 16ème place à la fin du huitième acte.

Nous ne savons pas comment vous avez trouvé l’arbitrage ce soir également, mais il était très moyen, et cela pouvait partir dans tous les sens. Enfin, ce soir encore, même avec cet arbitrage, nous aurions dû l’emporter…

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso ne peut rien sur le but. Il râle, cela dit, envers sa défense : quoi de plus logique tant les quatre ont été bousculés par seulement deux joueurs. Le reste de la rencontre, il effectuera de bonnes sorties et sera aussi sauvé par Henrique, qui avait donné lui-même cette occasion à Evian en seconde période.

Filho Mariano est encore une fois pris dans son dos sur le but d’Evian. Trop statique, ne sentant pas le coup venir : pourtant, c’est la même chose pour lui depuis le début de saison. Bon, il se rattrapera en seconde période avec un débordement gagnant qui amène l’égalisation bordelaise. Lucas Orban n’est pas encore acclimaté à notre championnat, c’est certain. De mauvaises passes, de l’incompréhension avec ses coéquipiers et notamment Lamine Sané. Beaucoup de déchet ce soir et bien qu’il ait tenté par sa présence d’apporter devant, il n’a jamais été servi dans l’élan ; uniquement en étant arrêté. Ce n’est certainement pas pour rien que Francis Gillot a décidé de le sortir. Carlos Henrique n’était pas vraiment dans son assiette. En témoigne cette occasion de but qu’il offre à ses adversaires en seconde période avec une mauvaise passe pour son capitaine. Heureusement, il se rattrape en sauvant le ballon sur sa ligne. Lamine Sané a probablement été le plus rassurant de la défense ce soir. Volontaire, il a clairement démontré l’envie de se faire respecter et s’est imposé la plupart du temps dans ses duels. Il aurait même pu être passeur décisif en fin de première période si Diabaté n’avait pas remis ses pieds carrés.

Belle activité pour Landry Nguemo qui a beaucoup donné et était omniprésent au milieu de terrain. Pas d’erreur notable sur cette rencontre dans l’axe et une envie de jouer et défendre retrouvée… Abdou Traoré ne devait pas débuter mais c’est finalement une place de titulaire pour lui ce soir. Jouant la plupart du temps à une touche de balle, il n’a pas apporté grand-chose mais a fait le nombre au milieu de terrain. Habituez-vous, avec tous ces absents, il sera souvent là… Oui, Ludovic Obraniak donne une mauvaise passe en retrait qui amène ensuite le but de l’ETG. Mais il est l’auteur aussi en première période de deux belles frappes repoussées brillamment par Laquait. Bon, il y a aussi ses coups de pieds arrêtés, tous manqués tout au long de la période. A l’inverse, il y a son jeu à une touche de balle et des mésententes de ses coéquipiers pour ne pas l’aider. On attend plus, bien sûr, mais il lui manque aussi ce brun de chance qui fait la différence. Nicolas Maurice-Belay est notre meilleur joueur. Le problème, c’est qu’un « meilleur joueur » qui n’est pas décisif, aussi bien au niveau de la passe que du but, c’est un problème… Il est en tout cas ce soir à l’origine de beaucoup d’occasions bordelaises. Qu’il continue ! Henri Saivet est complètement passé au travers de sa première période. Manque de précision dans ses passes, peu disponible, beaucoup de déchet. Il est finalement l’avant dernier passeur sur le but bordelais, mais ce n’est pas assez ! Tantôt milieu droit, tantôt attaquant en retrait, c’était un peu du grand n’importe quoi…

Devant, Cheick Diabaté a eu deux occasions en première période. Une tête très bien sortie par Laquait où il fait le maximum, mais une occasion encore plus franche face au même Laquait, complètement vendangée avant le coup de sifflet du premier acte. Puis, en seconde, il s’y reprend à deux fois pour marquer mais le résultat est là. On voit aussi beaucoup cette saison des déviations de la poitrine plutôt que de la tête… Une nouvelle mode ?

 

Vieira Jussiê a mine de rien apporté dans son rôle d’attaquant pur. Une tête qui fait briller Laquait, trompé juste après par Diabaté. Puis quelques prises de balle qui auraient pu s’avérer payantes comme se fauchage à l’entrée de la surface non sifflé en fin de match. Maxime Poundjé aura certainement vécu l’une de ses plus mauvaises semaines. Relançant Lorient le week-end dernier, il a bien failli récidiver en se faisant expulser logiquement en seconde période. A noter aussi cette portée de balle plein axe qui se finit par une frappe complètement ratée, alors que la passe aurait été plus judicieuse. Une semaine, vraiment, mais alors vraiment à oublier. Enfin, Marc Planus est venu consolider la défense en fin de match pour conserver le point du match nul : mission réussie.

 

 

 

 

La feuille de match

Samedi 28 Septembre 2013 à 20 heures

8ème journée de Ligue 1 2013-2014

Arbitre : M. Mikael Lesage

Parc des Sports (Annecy)

9846 spectateurs

Evian 1 – 1 Bordeaux

Buts : Berigaud (25ème) – Diabaté (69ème)

Cartons jaunes : Bénézet (48ème), Barbosa (57ème), Bertoglio (94ème) – Sané (40ème), Maurice-Belay (73ème), Nguemo (78ème)

Cartons rouges : Poundjé (81ème)

Evian : Laquait – Angoula, Wass, Sabaly, Mongongu, Mensah (Bertoglio, 46ème), Koné, Barbosa (Nsikulu, 83ème), Sorlin ©, Bérigaud (Sougou, 70ème), Benezet.

Bordeaux : Carrasso © – Mariano, Henrique, Sané, Orban (Poundjé, 64ème) – Nguemo, Traoré (Jussiê, 64ème), Obraniak, Maurice-Belay – Saivet, Diabaté (Planus, 85ème).

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 5

Mariano : 5

Henrique : 4

Sané : 7

Orban : 3

Nguemo : 6

Traoré : 4

Obraniak : 5

Maurice-Belay : 6

Saivet : 4

Diabaté : 6

 

 

 

 

Les stats de la rencontre

Evian – Bordeaux :

Possession : 45% – 55%

Tirs : 13 – 17

Tris cadrés : 3 – 7

Passes réussies : 66% – 70%

Hors-jeu : 2 – 4

Corners : 6 – 8

Centres : 13 – 23

Fautes : 22 – 17

Cartons jaunes : 3 – 3

Cartons rouges : 0 – 1

 

 

Photos : UEFA, Evian, Le Figaro