Premier acte réussi

Le résumé

Ce match, beaucoup d’entre vous s’en foutent. Et lorsque l’on sait que le même match a lieu cinq jours plus tard, en finale de la Coupe de France ; on comprend pourquoi. Il ne s’agit pas réellement d’un match test pour les deux équipes, non, car celles-ci se connaissent bien. Il s’agit peut-être en revanche de prendre l’ascendant psychologique sur son adversaire avec une victoire. Encore que… Car Bordeaux, privé de quelques cadres, a décidé de faire en partie tourner, laissant ainsi leur chance à Marange, Maurice-Belay, Traoré, Poko, ou encore Ben Khalfallah. A moins que pour certains, ce soit aussi une soirée d’adieux ? De l’autre côté, c’est presque l’équipe type. Quoi qu’il en soit, les conditions climatiques seront parfaites… Oui, vous avez vu ? Il fait de nouveau soleil. Du moins sur Bordeaux. Bon, il y a bien sur cette fameuse 7ème place qui serait positive pour le club au niveau financier. Mais comme nous ne sommes pas maitre de notre destin, même en cas de victoire… La composition bordelaise :

 

 

 

 

 

 

Bordeaux semble jouer relâché dans ces premières minutes, avec un pressing assez haut. Et va être récompensé dès la 4ème minute. Une-deux dans le rond central, Maurice-Belay remet instantanément dans la profondeur pour Diabaté – qui a l’intelligence de s’aligner avec la défense – qui se présente seul face à Durand. L’attaquant bordelais le crochète et se laisse tomber… Pénalty ! Une très légère faute, et on a l’impression que Diabaté joue surtout bien le coup. L’attaquant bordelais se présente pour le frapper et, avec de la nonchalance, trompe le portier d’Evian à l’aide du poteau ! Bordeaux mène 1-0 ! Ben Khalfallah est lui aussi en forme et multiplie les centres. Pied gauche à la 8ème pour la tête de Diabaté trop décroisée. Cambo (10ème) et Sorlin (15ème) ne réussissent pas à créer le danger malgré leurs frappes. La première action construite de l’ETG interviendra à la demi heure de jeu et est finie par une frappe sur Carrasso de Khlifa, sans danger au final. 34ème minute, Traoré n’est pas attaqué dans sa moitié de terrain et le remonte… Passé la ligne médiane, il adresse un centre parfait dans la profondeur pour Diabaté qui efface une nouvelle fois Durand dans la surface, et met son plat du pied gauche : Bordeaux et Diabaté doublent la mise ! 39ème minute, on peut voir une virgule de Maurice-Belay côté gauche, une énergie incroyable de Ben Khalfallah côté droit, et une volée de Poko plein axe ; on se demande où est l’imposture ?! 40ème, Marange y va aussi de son débordement dans son couloir et centre parfaitement en retrait pour Saivet qui décroise trop sa frappe… Timide réaction d’Evian après un débordement de Khlifa qui met en retrait pour la reprise de Berigaud à côté. Et puis, alors qu’on se dirige tranquillement vers la mi-temps, Khlifa dévie un ballon de la tête en profondeur pour Barbosa qui semble pousser trop loin son ballon… Carrasso vient au contact et le touche… Pénalty ! Le gardien bordelais discute devant l’arbitre avec le milieu d’Evian, mais on ne comprend toujours pas pourquoi… Il le fauche bien et est bien fautif sur ce pénalty sifflé. Sagbo s’occupe prend ses responsabilités et le transforme ! La mi-temps est sifflée sur cette réduction du score.

 

 

Bordeaux mène logiquement à la pause, mais n’a qu’un seul but d’avance. Dommage, car Evian n’a que très peu existé, grâce à un très bon pressing bordelais, mais aussi grâce à des couloirs très actifs. Sans oublier la précision dans la dernière passe qui était au rendez-vous, et un Diabaté impressionnant dans tous les domaines.

 

La seconde période sera assez calme. Elle commence par un manqué de Diabaté plein axe. Ce même Diabaté met sa tête sur un centre de Mariano, malheureusement trop décroisée (51ème). 62ème, Maurice-Belay se joue de trois joueurs avant de frapper du gauche : juste au dessus. 70ème, grosse occasion bordelaise. Traoré passe dans l’axe, Maurice-Belay talonne intelligemment pour Diabaté dans la profondeur… Il efface une nouvelle fois Durand et frappe… sur la barre ! L’arbitre signale finalement un hors-jeu, heureusement… Même si au vu du ralenti, il n’y avait rien. L’assistant était masqué par Ben Khalfallah. Dans la continuité, contre attaque d’Evian et frappe de Cambon, trop croisée. 74ème, contrôle orienté parfait de Maurice-Belay qui lance Saivet côté gauche. Intelligemment, il remet dans l’axe pour Ben Khalfallah lancé : sa frappe finit largement au dessus. Dommage. 82ème et dernière occasion bordelaise. Côté gauche, Maurice-Belay accélère et centre parfaitement pour Saivet dans l’axe : l’attaquant bordelais manque son plat du pied de volée… à côté. La fin de match sera complètement dominée et surtout gérée par notre équipe, faisant tourner le ballon.

 

« Contrat rempli », oui, pour la septième place. Grâce aux défaites de Montpellier et Lorient. On ne cesse de se répéter mais sans cette victoire en Coupe de France, ce sera une saison complètement ratée. Et, devant le départ annoncé de certains cadres, Bordeaux n’aura que très peu de moyens de vraiment se renforcer et d’attirer de bons joueurs.

 

Allez, ce soir, ce fut le dernier match de la saison 2012-2013. Oublions cette saison moyenne et concentrons-nous sur la prochaine, qui passe forcément par une victoire en Coupe de France. Bravo à Bordeaux d’avoir fait le boulot ce soir ! Et si le sérieux de ce soir est renouvelé vendredi, avec notre expérience de ce genre de rencontres, cela devrait le faire ! Allez Bordeaux !

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso n’a pas eu grand-chose à faire lors de la rencontre. Il se met d’ailleurs mal tout seul dans les arrêts de jeu de la première période en percutant Barbosa, provoquant ainsi un pénalty.

Mariano n’a pas triché ce soir. Finale ou pas finale dans cinq jours, il a joué tous les coups à fond. De nombreux centres intéressants, des percées et combinaisons intelligentes. Un des meilleurs joueurs cette saison, incontestablement. Florian Marange a été très rigoureux et appliqué. Il est même monté à plusieurs reprises pour adresser de bons centres. Intéressant, pour peut-être une dernière à Chaban (une proposition de contrat lui a été faite cet hiver… Nous verrons sa réponse prochainement). Marc Planus a été tranchant dans ses interventions avec comme d’habitude ce fameux tacle glissé. D’ailleurs, celui qui lui vaut un carton jaune est sur le ballon mais il retient la jambe de Khlifa en l’exécutant. Lamine Sané a connu, comme lors des derniers matches, dix minutes de tension. Avant finalement d’être impeccable le reste de la rencontre et de montrer sa solidité. Bon, en interview d’après match sur GTV, ça ne respire par l’intelligence, mais on lui demande d’être bon sur le terrain, et ça a été le cas.

André Poko était au four et au moulin ce soir. Une belle énergie encore déployée avec un peu plus d’application dans la relance. Petit à petit, il s’affirme au milieu de terrain. Abdou Traoré, c’est encore Francis Gillot qui en parle le mieux en conférence de presse d’après match : « Traoré a montré des choses intéressantes ce soir et sur la fin, mais on l’a pas vu le reste de la saison ». Il est tout de même, comme le dit aussi le coach Girondins, une solution supplémentaire à l’approche de la finale. Passeur décisif ce soir, il nous a ébloui aussi par sa technique. Un poste plus bas sur le terrain (où il a souvent évolué lorsqu’il était en CFA) qui lui convient parfaitement. Fahid Ben Khalfallah a effectué un très bon début de match. Un bon pressing, de nombreux centres et appels, une bonne disponibilité. Il s’est ensuite un peu fait oublier, jusqu’à cette frappe largement au dessus des buts de Durand. Il sera sifflé à sa sortie : ce soir, c’était un peu sévère. Nicolas Maurice-Belay avait retrouvé, ce soir, son niveau de la saison dernière. Techniquement au dessus du lot, il effectue une superbe passe sur le pénalty de Diabaté. Puis des incursions et des contrôles orientés tranchants. Vraiment, un bon match.

Devant, Henri Saivet a été maladroit. Il manque deux grosses occasions. La première en glissant, la deuxième en manquant son intérieur du pied de volée. Et puis enfin, Cheick Diabaté. Véritable révélation de la fin de saison, il marque ce soir un doublé. Le premier sur pénalty, le deuxième après avoir effacé également Durand, d’un plat du pied gauche. Et il aurait dû y en avoir un troisième si la barre transversale n’avait pas été sur son chemin, et si l’arbitre assistant avait fait correctement son travail en ne signalant pas un hors-jeu. « Un joueur atypique » comme le souligne Gillot « mais qui a énormément progressé. Au milieu il lâche plus vite le ballon, et techniquement il est meilleur. Il finit aussi les actions ». Tout est dit.

Les entrées de Ludovic Obraniak et Grégory Sertic n’ont pour seul intérêt d’être relatées que cela protègera Diabaté d’une éventuelle blessure pour les dix dernières minutes.

 

 

 

 

La feuille de match

Dimanche 26 Mai 2013 à 21 heures

38ème journée de Ligue 1

Stade Jacques Chaban-Delmas, Bordeaux

15179 spectateurs

Arbitre : M. Antony Gautier

Bordeaux 2 – 1 Evian

Buts : Diabaté (5ème, 34ème) – Sagbo (45ème + 2)

Cartons jaunes : Planus (19ème), Carrasso (45ème) – Durand (5ème), Cambon (12ème)

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Planus, Sané, Marange – Poko, Traoré, Ben Khalfallah (Sertic, 78ème), Maurice-Belay, Saivet – Diabaté (Obraniak, 77ème).

Evian : Durand – Betao, Wass, Cambon, Djadjedje, Rabiu, Barbosa (Nsikulu, 73ème), Sorlin, Berigaud (Tie Bi, 44ème), Sagbo (Ehret, 56ème), Khlifa.

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 4

Mariano : 7

Planus : 6

Sané : 7

Marange : 6

Poko : 6

Traoré : 7

Ben Khalfallah : 6

Maurice-Belay : 7

Saivet : 4

Diabaté : 8

 

 

 

 

Les stats du match

Bordeaux – Evian

Possession : 57% – 43%

Tirs : 15 – 9

Tirs cadrés : 2 – 3

Passes réussies : 84% – 80%

Hors-jeu : 3 – 0

Corners : 3 – 2

Centres : 23 – 12

Fautes : 13 – 11

Cartons jaunes : 2 – 2

 

 

 

 

Les stats bordelaises d’après match

A venir

 

 

 

Crédit Photos : site officiel d’Evian