Le dernier cadeau de l’année pour Troyes ?

Les Girondins ont semble-t-il oublié que c’était la période des fêtes. Les supporters Marine et Blanc méritent clairement de bien meilleurs résultats, et surtout, de bien meilleures prestations de la part de leurs joueurs favoris. Les hommes de Francis Gillot n’ont plus gagné le moindre match depuis leur succès à domicile contre l’OM et ça commence à faire long maintenant… Sané et consorts enchaînent les matches nuls (4) et les copies peu reluisantes depuis plus d’un mois. Il est donc temps de réagir contre Troyes, samedi (20h). Pour la venue de l’équipe champenoise, on est en droit d’attendre un vrai match. Qui plus est, la formation de Jean-Marc Furlan est une équipe qui peu correspondre aux Girondins. Avant-dernière, l’équipe troyenne est une formation joueuse qui laisse des espaces et prends beaucoup de buts en fin de match. Etant donné que Bordeaux est incapable de faire le jeu et de faire la différence face aux formations dites regroupées, on peut espérer un bien meilleur sort contre une telle équipe.

 

Historiquement aussi, Troyes est une équipe qui sied bien à Bordeaux. En treize confrontations, les Troyens ne l’ont emporté qu’à une seule reprise à Lescure – le 17 novembre 2001 et une victoire obtenue sur le score de 3 buts à 2 -, Bordeaux à huit reprises pour 4 nuls. Bordeaux devra pourtant se méfier d’une équipe qui manque surtout de réussite, notamment à domicile. En effet, les Troyens jouent bien, se créent des occasions, mais malheureusement pour eux, la réussite n’est pas là depuis le début de la saison.

 

 

Pour le moment, rien ne sourit à Obaddi et les siens

 

 

Le football se jouerait sur 80 minutes finalement…

 

Il faut souligner que ses résultats sont (encore) moins reluisants à l’extérieur pour l’ESTAC. Avec un seul point pris sur 24 possibles, l’équipe troyenne est bien la pire de L1 en ce qui concerne les résultats obtenus hors de ses bases. Mais avec Bordeaux en face, peut-être que Furlan et Cie arriveront à remporter une victoire grâce à un but inscrit à la 91ème minute, hein… Pour un match qui oppose deux des pires formations de L1 sur les dernières minutes, les (télé)spectateurs pourraient mater le match qu’à partir de la 85ème que l’on y verrait que du feu. Turtle ne s’y trompe et le rappelle avec humour : « Bordeaux a pris un but à la 92e contre Nice et Ajaccio, à la 93ème contre Lille et à la 87ème contre Sochaux, à chaque fois à domicile et à chaque fois après avoir mené au score, soit 8 points de perdus au total. Connaissant l’Estac, ça sert a rien d’arriver a l’heure, tout se jouera a la fin. » C’est une statistique incroyable mais Bordeaux et l’Estac ont respectivement encaissé 24 et 20% de l’ensemble de leurs buts lors des derniers quarts d’heure des matches. Surprenant…

 

 

Bordeaux saura-t-il combler l’absence d’Obra cette fois-ci ?

 

 

Obraniak , un seul être vous manque…

 

Un joueur fait défaut et fera d’ailleurs défaut jusqu’après la trêve en Gironde, c’est Ludo Obraniak. En effet, depuis que l’ancien lillois n’est plus là Bordeaux ne gagne plus. Le football est un sport collectif, certes. Mais en foot plus que dans tout autre sport collectif, les qualités individuelles de certains joueurs peuvent et font (souvent) la différence. Les centres et les coups de pieds arrêtés du n°4 des Gigis manquent, c’est une certitude. Mais pas seulement. C’est plus que sa précision qui manque. Sa vista, son intelligence, son implication, tout manque à ses coéquipiers depuis sa blessure, et ça les supporters troyens ne le savent que trop bien. Faisant référence à une info l’équipe à ce sujet, nikosss51 se satisfait logiquement de cette absence : « Très bonne nouvelle pour nous quand on sait la qualité du joueur et son importance dans le collectif girondins. » Pepe 51 partage cette opinion : « Leur série de nuls est surement due en partie a son absence. »

 

 

Optimisme de rigueur

 

Se basant sur la blessure d’Obra, la méforme des Girondins ou autre, les Champenois sont plutôt optimistes et attendent pas mal de ce match. Paristroyes en fait parti : « Il ne faudra pas se laisser endormir par un possible faux rythme, ne pas se découvrir en défense, essayer de déborder par les ailes et ne pas laisser Plasil trop manoeuvrer. Tout cela n’est pas facile, mais Bordeaux n’est pas au mieux en ce moment. A nous d’en profiter. » Joeylemalin est plus nuancé mais y croit aussi : « Une chose est sure, Bordeaux est prenable en ce moment compte tenu de l’état de forme globale de l’équipe. Reste à savoir si l’Estac saura poursuivre sur sa lancée, et là je reste assez circonspect quand même… »

 

 

L’ESTAC tentera de remporter sa première victoire à l’extérieur contre Bordeaux

 

 

Une chose est sûre, Bordeaux est le favori évident de ce match. Pourtant les supporters de cette équipe très mal classée gardent la foi. Sur un petit sondage organisé par le forum, près de la moitié des votants imaginent une victoire de leur formation, ce qui surprend au plus haut point Djuk. « Quand je regarde les votes, franchement je me dis qu’il n’y a pas plus chauvin que nous sérieux … Lol » C’est vrai que quand on regarde les classsements, les statistiques et l’historique, les feux sont plus qu’au rouge pour l’ESTAC. Après, sait-on jamais…

 

Dans la lignée de cette remarque, Alex 78 et d’autres pensent que c’est cuit pour ce match, et pour le maintien tout court. « Statistiquement, on est cuits… Sauf peut-être l’exemple d’Ajaccio l’an dernier. L’espoir peut venir du fait que le championnat est coupé en deux et qu’il risque d’y avoir un gros écart de points entre la 1ère et la 2ème partie. De ce fait, le maintien peut se jouer à moins de 40 points. Mais il n’y a rien à espérer évidemment sans une très bonne 2ème partie de championnat. »

 

Seven le rejoint là-dessus : « Quel que soit l’écart, les résultats des autres, on ne se maintiendra pas sans faire un parcours digne d’un candidat au titre. On ne se maintiendra pas en continuant d’encaisser plus de 2 buts par match en moyenne. On ne se maintiendra pas en ne gagnant qu’un match toutes les 9 journées. On ne se maintiendra pas avec l’infirmerie pleine à craquer depuis le début de saison. Bref, on ne se maintiendra pas. »

 

 

Bordeaux n’aura que faire du maintien ou de la descente possible de son adversaire et devra gagner samedi. Tout autre résultat que les trois points contre l’ESTAC fera sans doute passer de mauvaises fêtes à Francis, ses hommes et aux supporters. Victoire impérative !

 

Allez Bordeaux !!!

 

 

Vous aimerez peut être aussi...