« On va souffrir »

 

 

Limite, ça sent le Prozac

On ne peut pas dire qu’ils soient optimistes quant à notre venue sur leurs terres. Ils savent bien sur que nous sommes encore invaincus cette saison en championnat, et que l’on restait sur 17 matches sans défaite avant cette fameuse rencontre d’Europa Ligue. « Si on bloque pas ces couloirs on est morts » pour ronan29. « Faut les bouger ! Un match difficile à parier, ce sera soit une bonne prestation, soit une très mauvaise avec un quart d’heure de jeu », se basant surement sur les dernières confrontations ce Johnny merguez. « A moins d’une ouverture du score prématurée, ça sent le bon gros match de merde ou les CPA seront plus que jamais déterminants » pour Dunphy. « On va souffrir » pour Jr29, ou encore pour Kensington « Compte tenu de la médiocrité de l’équipe brestoise, un nul serait en effet un bel exploit ». Dernière phrase confirmée par Ultrapourtour29 « Un nul serait déjà pas trop mal », rajoutant ensuite : « On va souffrir, mais on peut toujours miser sur la chatte ! ». La chatte de qui ?

 

 

 

 

 

 

60 millions de sélectionneurs

Beaucoup de tacticiens dans leurs rangs de supporters. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils nous connaissent, et bien. Mieux encore, le match de milieu de semaine en EL a certainement connu un pic d’audience grâce à la Bretagne ! Big Brother is watching You ! The Diver ne voit pas de dispositifs à cinq défenseurs « Je ne pense pas que les Girondins joueront à cinq derrière comme pour Lyon, ils vont vouloir jouer l’offensive, à nous de les contrer et de trouver enfin de la réussite dans la finition. Par contre, nous, il va falloir qu’on soit irréprochable derrière sinon ça risque de faire mal ; la saison passée Bordeaux nous avait explosé en 2ème mi-temps ». Gare à tes fesses, Paul Baysse ! Johnny merguez, lui, veut nous copier : « Faudra les prendre à leur propre jeu, quitte à défendre parfois à 8 ». Eh, oh, copyright ! C’est fou tout de même comme l’on peut être critiqué pour ce système, mais combien rêvent de nous copier et nous envient… Dunphy a une autre vision des choses : « Je pense qu’au contraire c’est le genre d’équipe qui laisse venir et qui aspire l’équipe adverse pour qu’elle s’expose aux contres, et bien sur, contre ce genre d’équipe, il vaut mieux éviter d’avoir à courir après le score ». Spectateurs pour la plupart du match face à Newcastle, on s’est fait une petite frayeur quant à l’analyse de Petit_NICOLAS : « S’ils jouent comme ce soir, surtout en première mi-temps, je pense qu’il y a moyen de faire quelque chose dimanche. C’était très faible en défense, surtout sur le côté droit (Saivet). Je ne suis pas certain que le gardien adverse ait eu un arrêt digne de ce nom à effectuer ! Je suis peut-être optimiste mais ça peut le faire je pense. Avec les supporters derrière, Ayité va nous en planter au moins un non ? ». Alors, nous ne commenterons pas l’analyse du match (un autre supporter brestois contredira tout juste après), mais bon, là, s’en est trop : un but de Ayité ! Et puis quoi encore ? Un triplé de Bellion ? Restons sérieux. Nous, au moins, nos joueurs de ce type, on n’hésite pas à les laisser à disposition de la CFA, et de ne prendre que 16 joueurs ! Et toc ! Voici donc une analyse un peu plus juste et honnête : « J’ai vu le match contre Newcastle, le score ne reflète pas la physionomie du match. Bordeaux joue très bien, notamment au milieu de terrain, on va souffrir. C’est athlétique et technique. Les CPA sont dangereux. La seule faiblesse que j’ai pu voir est Mariano : BB ou Lesoimier ont une chance de passer de ce côté là. Sinon, ça va être bien raide… ». Ce qui est sympa, c’est d’avoir vu Mariano ce soir là. Ce ne sera pour eux qu’une meilleure surprise. Quant au fait que ce soit raide, tu sais, au Brésil, les femmes, c’est pas toutes des femmes…

 

 

 

 

 

 

Le parapluie, c’est bien aussi

Et puis, la conversation a légèrement déviée. C’est le moment de la petite analyse climatique. Tremble Catherine Laborde ! Loop avait déjà annoncé la couleur du ciel en préambule de cette conversation : « Pour moi, la solution c’est de compter sur la pluie et le vent. Chauvin devra miser là-dessus pour sauver sa tête ». Soudain, mieux que des stats, les chiffrent surgissent : « Je ne suis pas miss météo mais voilà ce qui est prévu Dimanche 14h : 9,3 mm de précipitation, des rafales de vent jusqu’à 31 nœuds avec un vent qui viendra de la RDK (cf : il s’agit d’une tribune du stade…) ! Et il fera 15° comme d’habitude! ». C’est assez bien résumé, ce temps ? C’est un peu donc ce qu’il faut chaque jour, de chaque année, en Bretagne. Tombe le couperet de gaminovitch, de nouvelles stats : « Bordeaux 205 jours de pluie, 764mm – Brest 189 jours de pluie, 960mm ». Il pleut donc plus sur Bordeaux en nombre de jours… Mais il reste un Valbuena de hauteur de différence en quantité. Mais le plus calé niveau météo, c’est Guytan. Habitant Bordeaux depuis deux ans, et supporters de Brest, forcément, il a tous les ingrédients ! La pluie « nous on a l’habitude. Un bordelais 3 gouttes de flotte et il sait plus où se foutre. Enfin d’ailleurs, faut que je pense à arriver tôt au stade pour être sous le toit de la RdK ». Rectification. Les bordelais savent exactement où se foutent lorsqu’il pleut ! Sur la rocade !!!! Bande de cons, ces bordelais. Guytan rajoutant : « Là-bas, quand il pleut, c’est de la grosse flotte et ça dure rarement toute une journée comme ici. Mais oui, quand il fait un temps de merde (sachant que le temps de merde est souvent assez relatif là-bas), t’as l’impression que la ville s’est dépeuplée ». C’est à vrai dire une particularité du Sud de la France, en fait. Pour boucler la boucle, icna finira par : « Un brestois, trois gouttes de Bordeaux et il sait où se foutre… lui ! ». Ça, c’est poétique ! Oui, car on aurait pu finir par ça aussi : « Diabaté dans les airs est très dangereux, sur les coup de pieds arrêtés ».

 

 

Verdict sur les coups de 15h45, dimanche !

 

 

Allez Bordeaux !