Bilan 11-12 : Ferreira Filho Mariano



Un vrai latéral brésilien ?

Mais qui est ce Mariano ?! Telle était la question que se posaient pas mal de supporters Marine et Blanc à son arrivée. Venu de Fluminense, Ferreira Filho Mariano de son vrai nom était présenté comme un VERITABLE latéral brésilien. Un défenseur (ailier ?) droit très offensif, privilégiant – comme tous ses compatriotes – le panache offensif plutôt que le sérieux des basses besogneuses. Si certains craignaient de tomber une nouvelle fois sur un brésilien surcoté, du style Paulo Miranda ou Christian, ils ont dû être déçus. Contrairement à ses sombres homologues, Mariano s’est tout de suite adapté à sa nouvelle équipe, bien aidé par le changement tactique opéré par Francis Gilot début 2012. Pas ou peu d’oublis dans ses œuvres défensives, une bonne participation offensive, et un gros QI foot lui permettant à la fois de bloquer son adversaire direct, mais aussi de soulager son compatriote de l’axe-droit, Henrique, dont les prestations s’en sont tout de suite faites ressentir.

 

 

Gillot change son système pour lui

C’est une évidence, Francis Gillot compte sur lui pour être le pendant de « Tresh » côté droit. Le coach girondin souhaitait faire des ailes girondines la force de l’équipe, un peu à l’image de l’époque Blanc. C’est à cet effet qu’il a évincé le 4-4-2 un peu trop fébrile de la première partie de saison, pour un 3-5-2, ou plutôt un 5-3-2, à l’arrivée du latéral carioca. Objectif : renforcer l’assise défensive bordelaise, et bien sûr, permettre à Mariano de s’acclimater plus rapidement à la Ligue 1. Bien lui en a pris, puisqu’en même temps que Bordeaux enchaînait les bons résultats en janvier-février, Mariano s’adapte et fait ses preuves match après match. Rapide, technique, mais aussi très bon défenseur, le nouveau latéral droit bordelais semble bien loin du stéréotype du défenseur brésilien.

 

 


 

 

 

Pas encore à son meilleur niveau

Henrique l’a révélé à plusieurs reprises cette saison, son ami et compatriote n’est pas encore à Bordeaux celui qu’il était à Fluminense. Toute proportion gardée, Mariano affichait des prestations dans la pure lignée de ses prestigieux compatriotes Dani Alves, Cafu et autres Maicon. Des performances ultra-offensives, où l’on pense avant tout à faire la passe des’, voire à marquer, plutôt qu’à défendre sur son vis-à-vis direct. Preuve qu’à Bordeaux il reste encore bridé offensivement, Mariano n’a pas fait une seule passe décisive en 21 rencontres toutes compétitions confondues. Bien sûr, il a pas mal tenté de participer à la construction des actions offensives ou de créer le décalage en apportant le surnombre sur son aile, mais il n’est pas encore le dragster entrevu dans le championnat brésilien. Sans doute, sera-ce pour la saison 2012-2013…

 

 

Sa note Girondins4ever

L’ensemble des notes attribuées par les rédacteurs G4E lui fait une moyenne honorable de 5,6/10. Une note moyenne révélatrice de sa solide arrivée. Sans fioriture. Son apport a clairement permis de renforcer une arrière-garde chancelante en première partie de saison. Bordeaux termine même l’exercice 2011-2012 à la 5ème place des meilleures défenses du championnat avec 41 buts encaissés. Et ça, Mariano est loin d’y être étranger. Dur sur l’homme, bon dans le repli et dôté d’une grande l’intelligence de jeu, il n’a que très peu été pris à défaut par les attaquants adverses. Il a bien essayé d’apporter toute sa hargne et ses qualités techniques en contre-attaque, mais Mariano n’a pas connu la même réussite dans ce domaine. Ni but, ni passe décisive, mais de l’envie de et de l’abnégation. A confirmer l’année prochaine.

 

 

 

 

 

Les stats

Ligue 1

19 matches joués, dont 19 en tant que titulaire

1710 minutes de jeu

2 cartons jaunes (1 contre Toulouse et 1 à Sainté)

4 tirs cadrés

0 passe décisive

9 fautes commises

20 fautes subies

 

Coupe de France

2 matches joués, dont 2 en tant que titulaire

 

Coupe de la Ligue

Néant

Vous aimerez peut être aussi...