Paris tenu (en échec) !

 

 
Le résumé

Devant un peu moins de 30000 supporters, Bordeaux avait une nouvelle fois l’occasion de remporter sa première victoire à domicile, mais cette fois-ci contre le leader et favori de la saison 2011-2012. C’est bel et bien Bordeaux qui se montre le plus entreprenant dès le début de la rencontre et une nouvelle mauvaise relance de Tiéné. Un beau mouvement collectif, mais le dernier geste n’est pas au rendez-vous. Une minute plus tard, Nguemo perd un ballon au milieu de terrain et Sané en couverture met le ballon en corner. Erreur qui ne pardonne pas puisque sur ce dernier, Sissoko se voit tout heureux de reprendre le ballon de la tête et de le propulser au fond des filets. Paris mène 1 à 0. Bordeaux continue de pousser et de combiner, et Bordeaux a raison ! 13ème minute, Tremoulinas, encore une fois esseulé dans son couloir, a tout le temps d’ajuster son centre sur la tête de Gouffran qui, en pleine extension, bat Sirigu et égalise logiquement pour les Girondins ! Bordeaux continue de dominer mais ne concrétise pas, toujours au niveau du dernier geste. Cette magnifique frappe de Plasil des 25 mètres à la 31ème minute manque de nous contredire mais, bien que partant en pleine lucarne, c’est Sirigu qui se détend à merveille et l’envoie en corner. Trois minutes plus tard, suite à une nouvelle incursion de Maurice-Belay, la défense parisienne semble fatiguée… Mais ça peut repartir vite de l’autre côté alors les bordelais font attention… Et cela ne manque pas puisqu’une contre attaque de Pastore, qui donne le ballon à Néné, est repoussée des deux poings par Carrasso. Une minute avant la mi-temps, encore une bonne combinaison couloir gauche, mais le dernier centre est imprécis, ou manque d’attaquant à la retombée. Vraiment dommage.

 

A la mi-temps, on sent que Gillot a peut-être ENFIN trouvé son onze type, a peut-être trouvé la formule, avec du jeu, du risque, de bonnes choses, une équipe plus… sereine ! Paris s’en sort bien car ayant ouvert le score contre le cours du jeu, c’est bien Bordeaux qui méritait de mener… Paris semble fatigué, en manque d’inspiration… Bordeaux, de son côté, est allé chercher très haut son adversaire du soir et ce n’est pas une légende, les milieux offensifs parisiens ne défendent vraiment pas…

 

La seconde période va être purement à l’opposé de la première, malheureusement pour nous… 47ème minute, un corner de Néné pour Sissoko est repoussé par Sané. Carrasso se fait peur à la 53ème minute mais réussit à capter le ballon en deux temps. A la demi heure de la seconde période, le constat est simple : Bordeaux a reculé de près de 20 mètres par rapport à la première, et Paris a près de 70% de possession de balle. 69ème minute, Paris n’y arrive pas, et c’est Bordeaux qui semble reprendre du poil de la bête. Nouvelle grosse accélération de NMB qui provoque Camara, centre derrière les défenseurs et Sakho tacle pour dégager et manque de peu de tromper Sirigu. Quatre minutes plus tard, NMB obtient un excellent coup franc. Ben Khalfallah est le désigné. Sa frappe, puissante, est sur Sirigu qui dégage à son tour des deux poings. 86ème minute, Ben Khalfallah centre à la perfection pour Modeste dans la profondeur, mais l’attaquant bordelais ne semble pas y croire et sa tête est beaucoup trop décroisée. 88ème minute, et dernière grosse occasion pour Bordeaux. Bien provoqué par Modeste, Tremoulinas tire un coup franc à l’entrée de la surface : 50 cm à côté du poteau gauche de Sirigu ! La tribune s’était levée, on y était presque !

 

Au final, Bordeaux récolte un point à la fin des vendanges. Un très bon point face au leader, un tout petit point face à une équipe fatiguée et individualiste. Bordeaux n’avance pas, mais Bordeaux ne recule pas non plus. Deux semaines pour consolider les bonnes choses que nous avons vues ce soir, et pour ne pas oublier ces trois « bons » derniers matches ! Allez Bordeaux !

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso : une parade en première mi-temps, une sortie en deux temps en seconde, pas trop inquiété, sauf sur le but où tout va trop vite.

Benoit Tremoulinas : esseulé toute la première période dans son couloir, il en a fait voir de toutes les couleurs à ses adversaires du soir avec de très nombreuses montées. A l’origine de très bons centres, et est passeur décisif. Un peu moins en vue en seconde, comme pour le reste de l’équipe.

Mathieu Chalmé : a participé devant, mais, souvent pris de vitesse au niveau du repli défensif. Heureusement que le bloc équipe répondait présent et que Paris n’était pas au top. Au final, une bonne partie cela dit, que très peu inquiété.

Marc Planus : très peu en vu en première, et c’est généralement bon signe. A souvent été le premier passeur pour le couloir gauche, amenant le danger. Un bon tacle dans la surface sur Néné au début de la seconde, où il fut beaucoup plus en vue. Sa spécialité ? Faire jouer à merveille son partenaire de la défense centrale.

Lamine Sané : deux grosses interventions réussies lors de duels en première période, avec une belle solidité et intelligence de jeu en seconde. On ne l’a pas reconnu ! Vraiment une excellente performance…

Landry Nguemo : très précieux dans la récupération, il a aussi été intelligent dans la relance. Canalise quand il faut, accélère quand il faut ; un travail propre. Bien aidé par Plasil aussi, il peut se permettre d’aller un peu plus de l’avant.

Jaroslav Plasil : a distribué calmement le ballon, sans se précipiter, et s’est sacrifié pour le collectif au niveau défensif avec un bon pressing, et de nombreuses récupérations de balle. Moins d’impact offensif comme on aurait pu le prévoir, mais peut-être plus dans un bon rôle, apportant à l’équipe.

Nicolas Maurice-Belay : véritable pile qui ne se décharge pas, détonateur à répétition des occasions sur le coté gauche, il était dans un excellent soir et a réussi tout ce qu’il a tenté. Dommage qu’il n’ait pas tenté une dernière passe ou une frappe, c’était dedans à coup sur !

Fahid Ben Khalfallah : n’a eu de cesse de courir et de provoquer, tentant même un grand pont en première période. Un bon coup franc, un bon centre pour Modeste, on aimerait qu’il retrouve sur la durée ce niveau de jeu !

Yoan Gouffran : a pris de la confiance, semble plus serein et a donc moins de gâchis. A disparu en seconde période avant d’être remplacé par Saivet, ayant apparemment mal au ventre.

Cheick Diabaté : point d’appui comme il l’avoue lui même à Paga, il s’est souvent retrouvé esseulé. L’attaquant bordelais a donc servi d’appui aérien, afin de dévier les ballons ou, la plupart du temps, contrôler, puis distribuer, rarement vers l’avant. Une partie décevante, mais il avait vraisemblablement des consignes.

 

Anthony Modeste : est entré et s’est créé une belle occasion ; une tête trop décroisée. A provoqué aussi le coup franc de Tremoulinas à deux minutes de la fin du temps réglementaire.

Henri Saivet : n’a pas eu trop de ballons pour s’exprimer.

Grégory Sertic : un carton jaune, et un ballon de peu perdu. RAS.

 

 

 

 

La feuille de match

13ème journée de Ligue 1

Dimanche 6 Novembre 2011 à 21h00

Stade Jacques Chaban-Delmas – Bordeaux

29496 spectateurs

Bordeaux 1 –  Paris 1

Arbitre : M. Stéphane Lannoy

Buts : Goufran (13ème) – Sissoko (10ème)

Cartons jaunes : Sertic (90ème +2) – Sissoko (6ème), Pastore (34ème), Sakho (72ème) .

Bordeaux : Carrasso – Tremoulinas, Chalmé, Ciani, Sané – Nguemo, Plasil ©, Maurice-Belay, Ben Khalfallah (Sertic, 88ème) – Gouffran (Saivet, 81ème), Diabaté (Modeste, 82ème).

Paris : Sirigu – Tiéné, Ceara, Sakho, Camara – Sissoko, Bodmer, Pastore, Menez (Jallet, 78ème), Néné (Bahebeck, 79ème) – Gameiro.

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 5

Tremoulinas : 8

Chalmé : 5

Planus : 7

Sané : 8

Nguemo : 7

Plasil : 7

Maurice-Belay : 8

Ben Khalfallah : 6

Gouffran : 6

Diabaté : 4

 

 

Photos : Le Parisien et Girondins.com

 

MisterInfiny

Vous aimerez peut être aussi...