A. Delperier : « J’ai grandi en supportant les Girondins de Bordeaux »


 
Présent sur de nombreux médias sportifs comme Yahoo ou encore l’Acess365, Alexandre Delperier est un touche à tout. Il était aussi présent lundi dernier pour la bonne cause, et le concert au Zénith de Lille pour l’association de Rio Mavuba, où il était le présentateur en compagnie de Karine Ferri. Entre émissions en direct, présentation du show long de quatre heures, ce mordu de sport a pris quelques minutes pour nous répondre, lui qui est aussi un supporter des Girondins de Bordeaux. Interview.

 

 

Vous avez regardé le match dimanche soir face à Bordeaux ? Qu’en avez-vous pensé ?

Bien sûr, j’ai regardé, oui. J’ai pensé que Bordeaux s’en sortait très bien. Mais j’ai pensé aussi que Bordeaux s’accrochait. J’ai pensé que l’arbitrage n’a pas été à la hauteur, comme trop souvent en ce moment. Mais j’ai trouvé Bordeaux opportuniste. Marseille produit du jeu mais on se rend de plus en plus compte que parfois ça ne suffit pas. Quand on voit une équipe comme Monaco, même si ce n’est pas ma référence ou mon exemple, ils sont devant encore aujourd’hui et encore qualifiés en Ligue des Champions. Il faut se poser les bonnes questions. Le système de jeu de Marcelo Bielsa, je l’adore, mais est-ce qu’il a les bons joueurs pour le faire sur une saison ? Ce n’est pas évident. Après, évidemment, il y a les blessés donc il faut s’adapter aux différents paramètres. Je suis un peu déçu pour Marseille, je suis très heureux pour les Girondins de Bordeaux.

 

Comment jugez-vous la première saison de Willy Sagnol, même si elle n’est pas terminée ?

Je connais bien Willy Sagnol parce que je l’ai eu comme sélectionneur de l’équipe de France Espoirs que je commente. Non pas que je joue mais bien que je commente (rires). On sait que c’est un garçon qui ne lâche rien, c’est un compétiteur. C’est comme souvent d’ailleurs ces grands champions français qui ont évolué à l’étranger, et lui notamment au Bayern, c’est des gens qui ont une profonde hantise de la défaite, qui sont des perfectionnistes. Ça permet parfois de faire la différence sur des matches qu’on aurait probablement perdus, ou qui auraient pu se solder par des matches nuls. Avec quelqu’un comme Willy Sagnol, on arrive à arracher une victoire. C’est ces petites choses qui font la différence et qui font la différence entre les champions, les grands champions, et les immenses champions.

 

Il semble déjà accepté et bien accepté par sa direction, avec pour meilleure preuve cette rectification au mercato dernier avec la venue d’Isaac Kiese Thelin et Clément Chantôme. Habituellement, on n’arrive pas à dépenser aussi facilement, surtout à cette période…

Nicolas de Tavernost et Jean-Louis Triaud connaissent très bien le football et le marché du football. Ils savent s’entourer de gens. Parfois, il y a plus ou moins de succès, plus ou moins de réussite. Après c’est une mayonnaise, un amalgame, ce n’est jamais très simple. Mais je pense que Willy correspond parfaitement à la philosophie des dirigeants bordelais, comme Laurent Blanc d’ailleurs. Vous avez malgré tout une certaine autonomie – pas dans le sens péjoratif du terme – dans le sens où on vous responsabilise, après il faut pouvoir l’assumer. Et pour cela il faut des adultes avec une grande maturité, ce qui n’est pas forcément toujours facile à trouver dans le football.

 

 

Alexandre Delperier

Alexandre était le co-animateur d’Une Nuit à Makala 4, au Zénith de Lille

 

 

On arrive bientôt à cette fin de saison. On souffle le chaud, le froid, mais finalement on arrive quand même à gagner et moins perdre. Même si l’on ne produit pas forcément de jeu, chose qui était annoncée…

Je pense qu’il faut du temps pour construire ou reconstruire une équipe, pour qu’un coach s’adapte, pour qu’un coach comprenne comment il va pouvoir travailler. Willy Sagnol est dans cette optique-là. Il a envie de s’inscrire dans la durée. Alors, la durée dans le football ça peut être deux ou trois ans, hein. Mais il a des dirigeants qui lui font confiance, et je pense qu’ils ont raison. On va voir ce qu’il va se passer cet été mais je trouve que toutes les recrues récentes ou de l’année dernière sont des joueurs de qualité sur lesquels il va savoir s’appuyer. Maintenant, j’espère pour les Girondins de Bordeaux que ce n’est que le début.

 

Cet été, c’est la rumeur Gourcuff aussi… Vous y croyez ?

Pour moi, c’était d’abord un poisson d’avril. Après, pour le club comme pour lui ça pourrait être une solution.

 

Vous concernant enfin, toujours supporter du club au scapulaire ?

Je suis de quelqu’un plutôt fidèle, que ce soit en amitié, dans le travail. J’ai toujours aimé ce club, j’ai grandi en supportant les Girondins de Bordeaux. Donc je ne vois pas pourquoi je changerai. Après, quand il y a des choses qui ne vont pas, il faut savoir le dire aussi mais ça c’est mon métier. Mais oui évidemment, et j’ai hâte de venir supporter les Girondins de Bordeaux dans le Nouveau Stade, que je n’ai pas encore visité mais qui a l’air très beau.

 

 

Merci à Alexandre qui a nous a gentiment répondu malgré un emploi du temps très serré ce jour-là (en direct sur son média, et présentateur de la soirée avec Karine Ferri).

Bonne continuation, et à bientôt !

 

Vous aimerez peut être aussi...