A l’image de la saison

10385007_10203454492780077_1380338606_n

 

Le résumé

 

Un dernier match, pour du beurre… Ou pour un peu de fierté ? En conférence de presse d’avant match, les intervenant bordelais assuraient que tout le monde était concerné pour cette dernière rencontre. Certains même allant jusqu’à dire que s’ils n’étaient pas motivés, ils pourraient finir sur une rouste… Francis Gillot lui devrait faire avec une dizaine d’absents, dont deux blessés de toute dernière minute. D’autres, comme Rolan, sont déjà partis en en vacances et ont même atterrit en Uruguay pour ce dernier. Les actes en tout cas, ne collent pas avec les mots d’avant match. Là encore, c’est une habitude et c’est à l’image de notre saison. C’est un peu la même chanson pour Monaco qui a beaucoup de cadres indisponibles. De quoi nous laisser augurer quelque chose de bon ? Pas sur car là encore, la seconde équipe princière est au-dessus de la seconde bordelaise…

 

Les surprises au coup d’envoi de cette rencontre du côté de la composition de Francis Gillot concerne la titularisation de Younés Kaabouni, mais également le positionnement de Gregory Sertic dans l’axe de la défense, aux côtés de Marc Planus.

 

 

 

 

Le début de cette rencontre se révèle finalement assez animé. Cédric Carrasso est sollicité dès la quatrième minute de jeu, devant s’interposer sur une volée du monégasque Andrea Raggi. Idéalement placé au second poteau, il profite d’un excellent travail de Dimitar Berbatov le long de la ligne de corner, et parvient à centrer astucieusement. Bordeaux tente bien de réagir quatre minutes plus tard, mais Guillaume Hoarau est signalé dans une position de hors-jeu. L’attaquant réunionnais aura l’occasion de se rattraper quelques minutes plus tard. Bien servi par Julien Faubert, Younés Kaabouni délivre un centre parfait à destination de Guillaume Hoarau, qui reprend victorieusement ce ballon de la tête dans la surface de réparation. Flavio Roma ne la dévie pas suffisamment, et ne peut empêcher le but bordelais au quart d’heure de jeu. 1-0 pour Bordeaux.

 

Dès lors, l’intensité de cette rencontre, loin d’être exceptionnelle, retombe totalement. Monaco mettra timidement la pression dans la défense girondine à la 19ème minute, mais pas suffisant pour inquiéter Cédric Carrasso. Pas plus que la tentative d’Adbou Traoré à la 23ème minute, qui passe à quelques centimètres de la barre transversale de Flavio Roma. Mais les joueurs bordelais usent et abusent d’un jeu long qui ne s’avère pas toujours adapté. Pourtant, Younés Kaabouni parvient à contrôler une nouvelle transversale dans la course. Landry Nguemo hérite finalement du cuir dans la surface de réparation mais sa frappe n’inquiète pas Roma au premier poteau à la 27ème minute. Le jeune bordelais est dans tous les bons coups, mais se trouve malheureusement en position de hors-jeu à la réception d’un centre de Lucas Orban, dévié à deux reprises par Hoarau et Nicolas Maurice-Belay. Petit frisson à la demi-heure de jeu, pensant à l’égalisation monégasque par l’intermédiaire de Dimitar Berbatov, mais l’attaquant bulgare est finalement averti pour avoir dévié et marqué ce but de la main, ce que confirment les images.

 

La fin de cette première période sera principalement marquée par la sortie du gardien du club de la Principauté, Flavio Roma, pour sa dernière rencontre professionnelle. Un hommage lui est rendu par l’ensemble des joueurs, avant de recevoir divers cadeaux à la mi-temps de ce match.

 

 

 

 

La seconde période reprend sur un rythme similaire, comparable à une rencontre amicale, voire une opposition à l’entraînement. Ce ne sont pas les timides réactions monégasques de Valère Germain à la 49ème minute sur un centre de Carasco, ou encore la position de hors-jeu de Dimitar Berbatov dans la minute qui suit, qui troubleront la quiétude de Cédric Carrasso dans sa surface de réparation. Quinze minutes supplémentaires seront nécessaires aux joueurs de Claudio Ranieri pour enfin mettre en danger le portier bordelais. Mais ce dernier s’impose une nouvelle fois et repousse du pied une frappe de Berbatov. Le latéral droit Mariano doit également s’imposer pour dévier un centre tendu de Carasco dans la surface girondine. L’égalisation interviendra finalement à vingt minutes du terme de ce match, puisque Lucas Ocampos dévie parfaitement un corner au premier poteau et propulse le ballon au fond des filets d’une jolie tête. 1-1.

 

 

 

 

Le petit sursaut d’orgueil viendra finalement de l’entrée en jeu de Thomas Touré, virevoltant sur le front de l’attaque bordelaise. Sergio Romero doit s’employer une première fois dès la 72ème minute de jeu sur une frappe du jeune attaquant bordelais, bien servi en retrait. Rebelotte trois minutes plus tard, puisque Touré récupère un ballon à l’entrée de la surface, crochète et élimine ses adversaires, et place une belle frappe enroulée, que le gardien italo-argentin parvient tout de même à dévier en corner. L’autre entrant de cette rencontre côté bordelais, Maxime Poundjé, s’illustrera dans les minutes qui suivent, tout d’abord en plaçant une tête décroisée de peu à côté du cadre de Romero, puis en réalisant un bon centre en retrait dans la minute qui suit, à destination de Julien Faubert, dont la frappe est finalement contrée.

 

Cependant, Thomas Touré manque l’occasion d’ouvrir son compteur but avec les professionnels à la 84ème minute de jeu, en ne réalisant pas le bon geste lors d’un face à face avec Romero, à la conclusion d’un centre de Nicolas Maurice-Belay. Le jeune bordelais avait pourtant fait le plus difficile… La tête de Julien Faubert quelques minutes plus tard n’aura pas plus de réussite. Au contraire de celle de Cédric Carrasso, secondé par sa barre transversale sur une dernière tentative monégasque. Valère Germain trouve parfaitement Carasco dans la surface girondine, mais sa frappe heurte la barre et ne rentre pas. Ouf ! Enfin, si on s’inquiétait encore du résultat de cette rencontre… Heureusement, cette saison se termine enfin !

 

 

 

Les joueurs :

 

Assez peu sollicité, Cédric Carrasso, suppléé par sa transversale, a répondu présent quand la situation le réclamait. Il ne peut malheureusement rien sur le but encaissé. Mais on ne peut pas tout lui demander.

 

L’axe central de la défense girondine était inédit ce soir avec la présence de Gregory Sertic. Pourtant, le capitaine bordelais s’est adapté au poste avec une grande facilité, profitant de sa vision du jeu pour anticiper, et contrecarrer les offensives menées notamment par Dimitar Berbatov. Son jeu long fut également précieux pour trouver les couloirs bordelais. A ses côtés, Marc Planus semblait plus en retrait, et ne parvenant pas à démontrer toute sa sérénité, son assurance. A l’image de ses sorties précédentes, Lucas Orban n’a pas brillé par ses performances. Une prestation quelconque du latéral gauche argentin, qui peine à s’imposer en cette fin de saison. De l’autre côté, Mariano aura été une véritable plaque tournante du jeu bordelais, touchant le plus de ballons sur la pelouse, toutes équipes confondues, avec pas moins de soixante-seize ballons touchés. Peu surprenant de constater en effet que le jeu bordelais penchait de manière significative dans le couloir du défenseur brésilien.

 

 

 

 

Amputé de Gregory Sertic devant la défense, le travail à la récupération s’en est ressenti, avec le retour notamment de Landry Nguemo. Le camerounais et Abdou Traoré ont récupéré assez peu de ballons, et n’ont pas fait la différence sur les nombreux ballons touchés. Ils ont également manqué de précision sur leurs tentatives offensives. Dans le couloir droit, Julien Faubert n’a pas ménagé ses efforts ce soir. Souvent sollicité, il n’a malheureusement pas ou peu été servi dans des conditions acceptables, la faute à un jeu long inadapté ou imprécis. De l’autre côté, nous ne pourrons parlé de la performance de Nicolas Maurice-Belay, totalement invisible durant les 90 minutes de cette rencontre. A sa décharge, le jeu se trouvait principalement à l’opposé du terrain. Pas suffisant toutefois pour l’excuser…

 

Pour sa première titularisation en Ligue 1, Younés Kaabouni avait la lourde tâche de soutenir l’unique attaquant bordelais de la soirée. Nous retiendrons principalement le positif de sa performance, récompensée par cette passe décisive sur un centre parfait amenant le but bordelais. Omniprésent dans les bons coups en première période, il a fini par s’effacer, ainsi que ses nombreuses imprécisions, dont on ne tiendra pas rigueur. Un tir, un but. Voilà le bilan de la soirée concernant Guillaume Hoarau. Il n’y a malheureusement rien d’autre à dire, si ce n’est, bon retour à la Réunion…

 

 

 

 

Finalement, la seconde satisfaction de la soirée concerne Thomas Touré, entré à vingt minutes du terme de cette rencontre. Le jeune attaquant bordelais a apporté un peu de sa fougue, n’hésitant pas à prendre sa chance à plusieurs reprises. Ses tentatives auraient d’ailleurs mérité un meilleur sort, mais Thomas gâche la plus simple d’entre elles, après avoir fait le plus difficile. Dommage, mais prometteur…

 

 

Les statistiques :

Monaco-Bordeaux

Possession : 46% –54%

Tirs : 15 – 11

Tirs cadrés : 4 – 4

Passes réussies : 79% – 83%

Hors-jeux : 3 – 4

Corners : 9 – 10

Centres : 20 – 21

Fautes : 12 – 5

Cartons jaunes : 1 – 0

 

 

La feuille de match

Samedi 17 mai 2014 à 21 heures

38ème journée de Ligue 1 2013-2014

Stade Louis II, Monaco

7896 spectateurs

Arbitre : M. Tony Chapron

Monaco 1-1 Bordeaux

Buts : Hoarau (15ème), Ocampos (69ème)

Cartons jaunes : Berbatov (30ème)

Cartons rouges : Néant

Monaco : Roma (Romero, 43ème) – Raggi (Wolf, 61ème), Carvalho, Abdennour, Elderson – Dirar (Ocampos, 69ème), Pi, Obbadi – Carrasco, Berbatov, Germain.

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Planus, Sertic ©, Orban – Nguemo, Traoré, Kaabouni (Poundjé, 70ème), Maurice-Belay – Hoarau (Touré, 70ème).

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 5

Mariano : 5

Orban : 4

Sertic : 7

Planus : 4

Traoré : 5

Nguemo : 4

Maurice-Belay : 4

Faubert : 6

Kaabouni : 7

Hoarau : 6

 

 

 

Crédits photo : Nice Matin, AFP, BeIn Sport