Martin : « Nicolas de Tavernost, depuis que j’ai pris mes fonctions, m’a appelé une fois »

 

Stéphane Martin est revenu sur son appréhension de ses nouvelles fonctions, celles de Président des Girondins de Bordeaux.

« Ce n’est pas vraiment comparable au monde où j’évoluais avant. Par certains côtés ça peut l’être, en particulier sur la première semaine de découverte où il y a eu une très grande variété de contacts, d’échanges. On a de nombreux partenaires, des élus. J’essaye de rencontrer au maximum les employés du club, même si je n’ai pas pu les rencontrer tous en entretien individuel. Je les ai rencontrés physiquement mais pas autant que je l’aurais voulu. Ce fut une semaine intense de découverte et d’échanges ».

 

« Honnêtement, ce n’est que du bonheur. Avoir des critiques, ça ne fait aucune doute, sinon il fallait faire autre chose (sourire). Pour moi, c’est d’abord un plaisir, un challenge très excitant. C’est un monde particulier, oui, et comme je l’ai déjà dit, je n’interfère pas ou extrêmement peu au niveau de l’équipe pro, donc les contacts sont Jocelyn Gourvennec et Ulrich Ramé pour le sportif. Et quand on discute avec eux, ce n’est pas très éloigné des discussions que l’on peut avoir dans le monde de l’entreprise. C’est un sport ‘professionnel’ et ce dernier mot prend tout son sens quand on discute avec Ulrich ou Jocelyn ».

 

Enfin, souvenez-vous. lors de la présentation du nouveau Président, Jean-Louis Triaud avait expliqué que ‘Ce n’est pas parce qu’il est salarié qu’il est compétent. C’est parce qu’il est compétent qu’il est salarié’. A son tour, et avec un peu plus de recul, Stéphane Martin lui répondit en retour.

« Ce que dit Jean-Louis Triaud a du sens, on peut même rajouter que ce n’est pas parce qu’il était bénévole qu’il était incompétent. Nicolas de Tavernost, depuis que j’ai pris mes fonctions, m’a appelé une fois, après le match contre Monaco, afin de discuter du match ».

 

France 3 Aquitaine

Retranscription Girondins4Ever