Leenhardt : « Il ne faut pas avoir la mémoire courte… »

 

Comme Gaëtan Huard (lire ici), Lawrence Leenhardt est revenue longuement sur le départ de Grégory Sertic à Marseille, avec des arguments similaires à celui du consultant terrain de beIN Sports.

 

« Le Président Triaud l’a souligné, il pouvait aussi partir en juin, libre. Il est parti contre un bon chèque. En ce qui concerne son choix, c’est celui d’un joueur pro. Apparemment l’offre est très intéressante. Alors, ça déplait à beaucoup parce que c’est Marseille, mais bon, s’il avait été Paris ça n’aurait pas été non plus, à Lyon non plus… Et donc, où tu peux aller pour passer un palier ? A l’étranger, personne n’aurait rien dit, mais il n’avait peut-être pas non plus les offres pour y partir, il ne faut pas rêver. Évidemment que je trouve aberrant tout ce qui en a découlé et ce n’est pas fini. Ce serait dommage que Bordeaux, avec des supporters qui se distinguaient par un comportement, un certain respect… Après, si ce sont des sifflets, on s’en fout, mais j’aimerais bien que cela reste dans des proportions normales. Certes, il va à Marseille. En même temps, tout le monde hurlé au scandale parce que c’était Greg, l’enfant du club, formé au club… Mais de quel Greg on parle ? De celui qui l’an dernier devait dégager, était dans les joueurs pointés du doigt avec Lamine Sané et Henri Saivet ? Et après il est devenu l’enfant chéri du club… Il ne faut pas avoir la mémoire courte. Il faut remettre les choses à leur place. Greg est arrivé à 16 ans, il a vécu ici, il y a fait sa formation, il a vécu dans les bungalows… Il a tout vécu avec ce club, alors pourquoi ce ne serait pas sincère ?! Il était très fier d’être capitaine. Il y a eu des fois aussi où on lui a craché dessus, parfois injustement je trouve. Mais pourquoi mettre en doute ce qu’il était ? Après, il y a la vie, on travaille tous, on peut avoir une offre d’une entreprise concurrente, c’est la vie de tout le monde ! Il y a une offre, une fin de contrat, une carrière professionnelle à gérer, c’est du business quoi ! ».

 

Et pour la journaliste, il y a peut-être plusieurs raisons qui l’ont poussé à partir, comme peut-être le fait que peu de monde l’ait soutenu pendant sa grave blessure au genou.

 

« Je sais, pour en avoir parlé avec lui à l’époque, il avait mal vécu de ne pas avoir été beaucoup soutenu. Il s’était senti un peu isolé, il avait des nouvelles de personne… Ça s’était aussi mal passé avec le staff de l’époque. Il avait plus de rancœur contre le staff que les dirigeants. Et moi je n’oublie pas le mois de décembre de l’an dernier, ces histoires avec les supporters… On prend un petit peu de plomb dans la tête quand on peut être adulé, puis rejeté, puis adulé… Cela fait partie du métier, je ne vais pas pleurer pour eux, mais c’est vrai qu’on doit un peu relativiser. Et à l’instar de Benoit Trémoulinas, autre enfant du club, et d’autres comme Marouane, il faut admettre qu’il avait fait le tour. Et je dis ça sans remettre en doute son investissement et la réalité de ses performances. Si ses performances étaient jugées moins bonnes ces derniers temps, c’est peut-être aussi parce qu’il n’avait pas joué pendant un an, et pas parce qu’il n’avait plus la tête à Bordeaux… Il avait aussi besoin de voir ailleurs ! ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever