Laborde : « Tout faire pour m’imposer à Bordeaux »

Nous l’avons connu en CFA aux Girondins. Nous avons ensuite appris à apprécier son football lors des matches de Gambardella, où il était associé la plupart du temps à Théo Pellenard dans le couloir gauche. Son choix de grappiller du temps de jeu ailleurs pour revenir plus fort aux Girondins de Bordeaux est certainement le meilleur exemple de sa soif de réussir, au plus vite, et au plus haut niveau. Pari gagnant. Car après plusieurs évènements contraires en début de saison comme un changement de club ou un entraineur qui ne lui a pas donné la chance, le mental a réussi à hisser Gaëtan en tête de liste des supporters du club parisien, mais aussi des supporters bordelais. Au même titre qu’Emiliano Sala, Gaëtan Laborde attise la curiosité des bordelais qui ne le connaissent que par les vidéos de ses exploits, mais qui ont clairement vu en lui un sens du but incontestable. Et si c’était lui, cet attaquant que Bordeaux attend depuis si longtemps ? Quoi qu’il en soit, il s’en donne les moyens, et fera assurément partie du groupe professionnel la saison prochaine. Mais avant, il a un super challenge à relever avec le Red Star, avec qui il compte 12 réalisations en 19 rencontres ; la possibilité de jouer la montée en Ligue 2. Interview.

 

 

C’est une décision très étonnante de demander à partir pour obtenir du temps de jeu, alors que tu aurais pu continuer ton évolution à Bordeaux. Tu as senti, malgré ton jeune âge, qu’il fallait que tu partes pour progresser plus vite ?

Oui, cette décision a été prise avec mon agent, et avec bien sur l’accord de Bordeaux. C’était une décision peut-être risquée, mais je pense qui était nécessaire. Après trois ans passés avec la CFA, j’ai voulu voir le niveau au-dessus pour passer un cap dans ma carrière, et au niveau de mon jeu.

 

Comment as-tu vécu ce changement de club en tout début de saison entre Fréjus et le Red Star ? Cela n’a pas dû être évident, car tu avais commencé à prendre tes marques…

C’est vrai que ce n’a pas été facile. J’étais presque installé à Fréjus ! Je m’entrainais avec le groupe et pour des problèmes d’ordre contractuel, j’ai dû repartir à Bordeaux. Et c’est à ce moment là que le Red Star s’est manifesté…

 

Tu te blesses d’ailleurs très rapidement après ton arrivée en région parisienne. As-tu pensé que le sort s’acharnait sur toi ?

A vrai dire, je me suis blessé à Fréjus… J’en ai alors profité pour me soigner à Bordeaux, et je suis parti au Red Star un peu blessé. Mais c’est vrai, cette période a été très difficile pour moi, ce n’est vraiment pas l’idéal pour commencer un début de saison. Je suis sur que ça me servira pour le futur.

 

D’autant que les semaines/mois qui ont suivi ont été particulièrement difficiles, puisqu’en plus de cette blessure, tu ne parvenais pas à convaincre ton entraîneur, Laurent Fournier. Comment l’as-tu vécu ?

Oui, le coach ne m’a jamais laissé ma chance. Ça a vraiment été une période noire pour moi. Je faisais de bons entrainements, je me donnais à fond, j’essayais de prouver tous les jours, mais en vain. C’est quelque chose qui m’a rendu plus fort, et qui peut m’arriver encore dans le futur. C’est le football. Il ne faut jamais cesser de travailler car le travail paye toujours, un jour ou l’autre.

 

 

La joie de Gaëtan lors de la dernière rencontre avec le Red Star, où il fut passeur et buteur

 

 

Et puis, le changement d’entraîneur suite aux mauvais résultats du club audonien t’a offert une seconde chance, que tu n’as pas hésité à saisir. Tu contribues pleinement à la remontée au classement du Red Star, désormais en quatrième position, à quatre points du podium. Est-ce que tu crois à une montée en ligue 2 ?

Ce changement de coach a été un tournant cette saison car Séb (Sébastien Robert, le directeur technique et entraineur, ndlr) m’a directement donné ma chance et sa confiance. Le groupe m’a bien aidé, et j’ai su la saisir. Maintenant, je suis un titulaire dans cette équipe qui tourne très bien. Je réalise de bonnes performances et j’espère que cela va continuer. Nous sommes à quatre points de la montée, il reste six matches à jouer. Comme je l’ai dit, nous avons six finales à disputer. Il faudra faire une très grosse fin de saison pour monter en Ligue 2, et je sais que l’on en est capable.

 

Des bonnes performances, oui, et on a pu voir ton évolution entre les U19, la Gambardella, la CFA et aujourd’hui ton éclosion au Red Star. Quel a été le déclic ?

Je pense que mon premier but en National a été le déclic cette saison. Et puis, avoir beaucoup de temps de jeu, avoir la confiance du groupe et du coach, tant d’éléments qui expliquent ma progression.

 

Tu totalises désormais douze réalisations, dont certaines sont de magnifiques inspirations, à l’image de ce retourné acrobatique. Quel est ton positionnement sur le terrain, puisque nous t’avons vu évoluer à différents postes excentrés ? Te considères-tu bien plus comme un attaquant ?

Je joue la plupart du temps ‘attaquant gauche’. Il arrive aussi que je me retrouve dans l’axe ou à droite. En fait, je peux jouer aux trois postes. Mais, bien sur, je me considère comme un attaquant.

 

Tu n’es plus le seul bordelais depuis quelques mois puisque Rodrigo Castro vous a rejoint…

J’étais très content de sa venue. Je m’entends très bien avec lui, c’est un joueur que j’apprécie beaucoup. Je l’ai aidé du mieux que je pouvais, et le groupe l’a très bien intégré aussi. Cela fait pas mal d’années maintenant que l’on joue ensemble, donc c’est vrai que sur le terrain, on s’entend bien.

 

 

 

Ses bonnes performances lui ont également permis de figurer dans le groupe France

 

 

 

Te prépares-tu d’ores et déjà à ton retour en Gironde ? Tu as d’ailleurs un contrat élite avec les Girondins jusqu’en 2017. Qu’est-ce que cela signifie réellement, pour ceux qui n’en connaissent pas la nature ?

Pour le moment, je pense à cette fin de saison avec le Red Star parce qu’on a une fin de saison très excitante à jouer. Le contrat Élite comporte deux années en tant que stagiaire, et trois années en tant que professionnel. L’année prochaine, je commencerai donc ma première année professionnelle.

 

Il y a de fortes chances que l’attaque bordelaise, la saison prochaine justement, soit remodelée. Penses-tu que ce sera le moment – en parallèle de la volonté de faire jouer les jeunes – ou estimes-tu qu’il te faut encore un prêt pour t’aguerrir ?

Ce qui est sur, c’est que je vais tout faire pour m’imposer à Bordeaux et ce, dès la saison prochaine. Après, il y aura une discussion avec le coach, en fonction aussi des opportunités qui se présentent. Mais une saison pour jouer les 3/4 des matches avec la CFA, ça ne m’intéresse pas. Enfin, ce n’est pas le moment de parler de tout ça, j’ai d’abord une saison à finir, et bien finir.

 

On va finir alors sur ce qui doit être un excellent souvenir et ce premier trophée (la Gambardella, ndlr, où il est d’ailleurs le seul buteur de la rencontre) avec les Girondins au Stade de France, en mai dernier…

C’était un moment incroyable pour moi. Gagner un premier trophée avec on club formateur, c’était un rêve qui se réalisait. Ça m’a donné l’envie d’en gagner encore beaucoup d’autres, avec les Girondins de Bordeaux !

 

 

 

Merci à Gaëtan pour sa disponibilité et sa gentillesse. Nous lui souhaitons de finir sa saison avec encore de nombreux buts et une montée en Ligue 2 ! Ce sera le meilleur moyen de dire au revoir et merci au club parisien, pour ensuite dire un grand bonjour au monde professionnel aux Girondins de Bordeaux.


Merci à Béa également ;)