[Interview] Lukas Lerager : « Tout donner pour mes nouvelles couleurs »

 
Lukas Lerager est la seconde recrue du mercato d’été, après Benoit Costil. Ce milieu de terrain, suivi par la cellule de recrutement des Girondins de Bordeaux depuis de nombreux mois, aurait déjà pu rejoindre le club au scapulaire l’hiver dernier, si Zulte Waregem n’avait pas mis son veto. Et pour cause, par son abattage, sa capacité à enchaîner les efforts, le danois fit une saison pleine en Belgique, sa meilleure depuis le début de sa carrière professionnelle selon ses dires. Arrivant dans un club de plus haut standing, le nouvel international depuis une semaine (1 sélection) va se frotter à une concurrence qui ne lui fait pas peur, loin de là. Engagé pour quatre saisons, à seulement 23 ans, il représente clairement l’avenir. Avec un statut d’international, il ne reprendra pas comme la majorité du groupe le 26 juin prochain, mais bien le 4 juillet. Interview.

 

Photo Raphaël Perry

 

Quelles ont été tes premières impressions en arrivant au Haillan ?

Quand je suis arrivé ici, tout était vraiment au top. Le terrain d’entrainement était au top, tout à l’intérieur aussi, le Château est incroyable. J’ai rencontré le Président. Toutes les personnes que j’ai croisées étaient très amicales, et aidantes.

 

Tu n’es resté qu’une saison à Zulte, pour 39 matches et 5 buts. Est-ce que ce fut la meilleure saison de ta carrière ?

En fait, c’est même 44 matches et 6 buts (sourire). Mais ouais, c’était vraiment ma meilleure saison. Une saison où je commence à marquer des buts, et où j’ai gagné en confiance tout au long de l’année. Je me rappellerai de notre aventure en Coupe (Zulte Waregem a remporté la deuxième Coupe de Belgique de son histoire à Bruxelles en battant Ostende aux tirs au but : 4-2), et nous avons vraiment bien joué lors des trente premiers matches.

 

Les Girondins t’avaient déjà contacté l’hiver dernier. Que s’est-il passé exactement ?

Oui, les Girondins me voulaient déjà à ce moment-là, et ils avaient même d’ailleurs fait une offre à Zulte Waregem (lire ICI). Mais mon club ne voulait pas me vendre. Alors, quand les Girondins sont revenus cet été, j’étais forcément content (sourire)…

 

BELGA PHOTO JASPER JACOBS

 

Bordeaux ne devait pas être le seul club intéressé ?

Oui, mais j’ai choisi Bordeaux parce qu’ils étaient le premier club à m’avoir montré de l’intérêt. Le premier club qui s’est vraiment intéressé à moi. Mais j’ai aussi choisi Bordeaux parce qu’il y a beaucoup de qualités et que c’est un club que j’apprécie. Ils ont aussi un bon plan pour moi, et c’est quelque chose d’important.

 

Justement, lors de ta conférence de presse, tu parlais d’un projet (au niveau du club) qui te correspondait. Tu en as parlé avec Jocelyn Gourvennec ?

J’ai parlé avec Jocelyn Gourvennec, et beaucoup de personnes qui connaissent le club. Et franchement, je n’ai entendu que de bons mots à ce sujet, et que le coach était un bon entraîneur.

 

Tu arrives dans un club où il y a beaucoup de concurrence à ton poste. Connais-tu tes nouveaux coéquipiers (Valentin Vada, Jaroslav Plasil, Younousse Sankharé, Jérémy Toulalan) ?

Je connais beaucoup de mes nouveaux coéquipiers, notamment par leurs noms, mais aussi par rapport à la manière dont ils jouent. Et il y a aura une bonne concurrence pour être dans le onze de départ. Mais c’est une très bonne chose pour garder tout le monde dans la meilleure forme possible. Et, cela doit être comme ça dans un grand club.

 

Tu as mentionné tes qualités en conférence de presse (lire ICI), mais dans quel domaine estimes-tu pouvoir encore progresser ?

Être meilleur dans la dernière passe pour mes coéquipiers, mieux frapper en dehors des 16 mètres… Et un milieu de terrain peut toujours se montrer meilleur dans les petites zones, les petits espaces. Mais tu sais, un footballeur peut toujours s’améliorer pour être encore meilleur.

 

 

Tu as récemment honoré aussi ta première sélection en équipe nationale…

Je pense que lorsque l’on est footballeur, l’équipe nationale, c’est la chose la plus belle et la plus fantastique… Représenter son pays, cela signifie beaucoup pour moi. Cela me donne encore plus d’énergie et de motivation pour le futur (sourire).

 

Ta femme, Michelle, semble être très présente. Est-elle importante dans ta carrière ?

C’est ma petite amie (rires). Mais elle compte beaucoup pour moi. Elle souhaite déménager avec moi, pour que je ne pense et ne me consacre qu’au football. Elle abandonne beaucoup de choses pour ma vie, et je la remercie pour ça. Elle est vraiment d’un grand soutien.

 

 

Terminons par un petit mot aux supporters, tes nouveaux supporters ?

Oui, je suis vraiment impatient de rencontrer tous les grands supporters des Girondins de Bordeaux. Et ils peuvent être sûrs que je vais tout donner pour les couleurs marine et blanche (sourire).

 

Un très grand merci à Lukas d’avoir pris le temps de nous répondre, alors qu’il est en vacances du côté de l’Espagne. A très bientôt ! 

Vous pouvez d’ailleurs suivre Lukas sur Instagram => ICI