[Officiel] Bernardoni, la jeunesse pour remplacer Carrasso

 

Nom : Bernardoni

Nom : Paul

Nationalité : Française
Age : 18 ans
Date de naissance : 18 avril 1997
Lieu de naissance : Évry
Taille : 1m90
Poids : 78 kg
Poste : Gardien

 

 

Paul Bernardoni - 04.09.2015 - France / Etats Unis - Tournoi U19 -Serbie Photo : Aleksandar Djorovic / Icon Sport *** Local Caption ***

Photo : Aleksandar Djorovic / Icon Sport

 

 

 

Une ascension fulgurante

 

Encore un jeune issu du vivier de la Région Parisienne. Paul a découvert le football dans le club de Seine et Marne de Lieusaint, puis de Linas Montlhery avant de rejoindre le centre de formation de l’ESTAC, à l’âge de 15 ans, en juillet 2013. Passé par toutes les sélections de jeunes (U17, U18 et U19), le jeune gardien impressionne par sa maturité. Alors qu’il n’a pas encore 16 ans, il est appelé pour la première fois avec les U17 nationaux pour disputer les éliminatoires de l’Euro 2013 en Israël. Il intègre l’équipe réserve, qui évolue en CFA 2, le 5 avril 2014, face à la réserve Messine, réalisant plusieurs parades. Mais si son entraineur est satisfait de sa prestation, lui ne l’est pas en raison du but encaissé. Une réaction à l’image de l’exigence dont le jeune Paul fait déjà preuve. Déjà l’objet de sollicitations, le club de l’Aube ne tarde pas et il signe son premier contrat professionnel, de 3 ans, le 6 juillet 2014, à seulement 17 ans, devenant le plus jeune professionnel du club Troyen. Olivier Tingry, l’entraineur des gardiens du club Troyen, loue d’ailleurs la grande maturité de son poulain, en plus de ses qualités techniques et physique. En dépit de sa grande taille (1m90), il est très réactif et agile sur sa ligne. L’entraîneur de l’équipe professionnelle ne tarde pas à le faire venir s’entrainer avec les professionnels, charmé par le joueur et le personnage. Conscient de son potentiel, le club lui fait signer une prolongation de contrat de 2 ans lors en juillet 2015, le liant ainsi au club jusqu’en juin 2019.

 

 

 

Un portier d’avenir, déjà très courtisé

 

Il effectue ses grands débuts en professionnel le 6 mars 2015 face à Clermont, gardant sa cage inviolée, sans aucune pression. La saison suivante, avec l’accession de Troyes, il découvre la Ligue 1 et débute en tant que titulaire face à Ajaccio du fait de la blessure du numéro 1, Denis Petric. Il ronge ensuite son frein sur le banc avant de devenir titulaire lors de la 11ème journée pour un déplacement à Bordeaux. Dès lors, il ne quitte plus la cage Troyenne, enchainant les arrêts de grande classe dans une équipe à la dérive. Il fait son meilleur match face à Lille, lors de la 14ème journée, préservant le match nul, et livrant, selon Furlan, une prestation de grande classe. Fin décembre 2015, les sollicitations arrivent pour le jeune portier Troyen. Et comme souvent c’est du côté de la Premier League que ça s’affole. La rumeur fait notamment état d’un intérêt de Watford, dont le club aurait refusé une offre de 4M, mais surtout de Chelsea qui souhaiterait l’acheter pour ensuite le prêter. Mais c’est finalement l’ancien numéro 1 du club Troyen, Denis Petric, relégué sur le banc, qui est transféré à Angers. Tout laisseait donc à penser que Paul finirait la saison dans l’Aube. Mais la blessure grave de Cédric Carrasso a changé la donne et le club Girondin a fait le forcing pour débaucher le jeune portier lors de ce mercato hivernal.

 

 

Paul Bernardoni4

 

 

Des négociations éclairs pour combler le vide laissé par Carrasso

 

En proie à l’absence jusqu’à la fin de la saison de son portier numéro 1, Bordeaux se devait de lui trouver un remplaçant. Sirigu aurait pu être celui-là ou encore Ochoa mais c’est finalement un très jeune gardien en devenir qui a été choisi. L’arrivée de Bernardoni peut surprendre au vue de son jeune âge, mais c’est sans doute sa grande maturité qui a séduit le club Aquitain et peut-être même que l’ancien Girondin, Jean-Marc Furlan, a pu rassurer les Girondins sur le joueur. Si son physique peut faire penser à un illustre gardien Girondin, Ulrich Ramé, ce n’est sans doute pas la seule ressemblance entre les deux hommes. Discret comme l’était Ulrich, Paul surnommé Paulo, est également un bosseur et surtout un bon gars, humble et bien éduqué. Que de chemin parcouru pour ce jeune arrivé à 15 ans à Troyes, gêné par sa grande taille, notamment au niveau de ses appuis. Devenu numéro 1 en cours de saison avec son club Troyen, on peut légitimement se demander s’il vient en tant que doublure de Jérôme Prior, qui a moins d’expérience que lui, et qui n’a pas rassuré les supporters Girondins lors de sa prestation à Lille. Va-t-on se diriger vers une concurrence entre les deux gardiens ou Sagnol désignera-t-il un numéro 1 et un numéro 2 ?

 

Bienvenue Paulo !