[Bilan] Le joueur par joueur de la préparation


Ça y est, la préparation estivale des Girondins de Bordeaux est terminée. Après deux stages (Espagne et Bretagne) et six matches amicaux, plusieurs individualités se sont dégagées, mais également un plan tactique et un nouvel état d’esprit. Faisons le point au terme de ce mois où nos joueurs ont beaucoup donné physiquement afin d’être prêts, déjà, pour le samedi 13 août face à Saint-Étienne, pour la première journée de Ligue 1 2016-2017.

 

Jocelyn Gourvennec et Malcom

 

La nouvelle philosophie de jeu, la nouvelle mentalité

Il est toujours facile de dire à l’aube d’une nouvelle saison que l’on espère faire mieux que la précédente, mais il semblerait que cet esprit « revanchard » ait déjà gagné nos hommes. Sur le plan tactique, Jocelyn Gourvennec, sans jeu, « s’emmerde », comme il le confiait récemment. Ainsi, le 4-4-2 a forcément été un atout indéniable dans le choix de l’entraineur 2016-2017 pour la direction bordelaise. Plusieurs joueurs nous ont confié leurs difficultés à assimiler le 4-4-2 qui avait disparu des radars depuis beaucoup trop longtemps du côté de la Gironde, mais l’effectif s’y est fait petit à petit, même si tout n’est pas encore rodé. Un point de fixation a d’abord été aligné, que ce soit avec Kiese Thelin ou Crivelli lors des premières rencontres, avant de terminer par deux joueurs pouvant avoir les mêmes caractéristiques, qui redescendaient participer au jeu. En plus de ce nouveau système, l’on peut également noter la participer des latéraux au jeu offensif, la présence de deux milieux défensifs purs et qui se projettent vers l’avant, ou encore deux milieux offensifs de couloir. Cela dit, ce qui nous semble le plus intéressant à noter, est le pressing collectif souvent très bien exécuté à la perte de balle. Un travail incontestable qui nous fit parfois renverser la physionomie de certaines rencontres (Milan) ou qui nous ont fait mener au score (Lorient). Reste un point noir incontestable mais que le staff technique travaille depuis plusieurs semaines : les coups de pieds arrêtés défensifs où le marquage individuel cause de erreurs qui entrainent des buts, et les coups de pieds arrêtés offensifs où Bordeaux se montre encore trop peu décisif.

 

Jérôme Prior

 

Le joueur par joueur de la prépa

 

Les gardiens

Avec trois portiers professionnels cette saison, se posait forcément la question du statut de chacun. C’est Jérôme Prior qui entra en lice et fut incontestablement dans la continuité de la saison dernière. De très nombreux arrêts réflex de grande classe, et surtout répétés tout au long des rencontres disputées. Mais vint ou plutôt revint « Dieu », Cédric Carrasso, qui en l’espace d’une mi-temps, face à Lorient, démontra pour son premier match depuis plus de six mois qu’il n’avait rien perdu, si ce n‘est quelques kilos. Il confia après cette rencontre ne s’être jamais senti aussi bien depuis 34 ans, et ça s’est vu. Pourtant, à la surprise générale, ce fut Jérôme Prior qui garda les buts du dernier amical face à Osasuna. Paul Bernardoni ne disputa aucune minute de jeu mais à sa décharge, il ne revint qu’une semaine avant la dernière rencontre amicale. Cette année, Bordeaux dispose de trois gardiens de qualité. Reste à présent à ce qu’ils s’entendent.

 

Milan Gajic

 

Les latéraux

Maxime Poundjé est le latéral gauche qui s’est le plus montré. Comme à chaque changement d’entraineur, les cartes sont redistribuées et « Max » a su vraiment tirer son épingle du jeu pendant cette préparation. Pas trop inquiété défensivement (si ce n’est sur ce positionnement bizarre et ce but encaissé face à Angers, sur coup de pied arrêté), il a su se montrer disponible offensivement et bien combiner avec ses partenaires de devant. Comme à chaque début de saison, il démarre tambours battants. Reste à durer maintenant. C’est Diego Contento qui est censé le concurrencer. L’allemand est vraisemblablement reparti sur des bases pas forcément réjouissantes. Assez dur sur l’homme, parfois à la limite comme lors de son entrée face à Bilbao, il se blessa fin août à l’entrainement et ne participa pas à la rencontre face à Lorient. Clairement, au niveau de l’apport offensif, ce fut moins que ce concurrent au poste. A droite, Jocelyn Gourvennec décida que Frédéric Guilbert évoluerait latéral cette année. C’est d’ailleurs lui qui démarra face à Pau, preuve de la volonté de son entraineur de l’aligner en premier lieu dans la hiérarchie. Finalement, comme la saison dernière, il dépanna souvent dans l’axe, puis finit par, semble-t-il, se laisser dépasser par Milan Gajic à son poste. Le serbe a commencé contre Pau sans prendre de risques, revenant sans cesse derrière ou jouant latéralement. Petit à petit, il prit confiance en se montrant disponible devant et devint même passeur décisif. C’est lui qu’aligna son entrainement d’entrée sur les dernières rencontres. Enfin, Youssouf Sabaly est arrivé en Bretagne, juste avant la rencontre face à Lorient, qu’il ne disputa pas. Mais il profita de cette dernière rencontre amicale face à Osasuna pour s’offre une heure de jeu. Une entrée plutôt intéressante.

 

Nicolas Pallois et Grégory Sertic

 

Les défenseurs centraux

De retour après une saison blanche (ou plutôt noire), Grégory Sertic devrait être l’un des deux défenseurs centraux titulaires cette saison. Le milieu de terrain de formation a encore dû dépanner devant les blessures de Pablo Castro et les indisponibilités pour cause de départ de Lamine Sané. Il s’est montré plutôt à son aise au contraire des divers commentaires laissés ici et là, et bénéficie d’un atout de taille : sa relance courte et entre les lignes, ou encore sa qualité de passe dans les transversales. Démarrant plusieurs rencontres capitaine, il l’est également appelé par Vada lors de son anniversaire. Il devrait être le vice-capitaine de l’équipe, derrière Plasil. A ses côtés, l’indiscutable Nicolas Pallois. Bien remis de sa blessure, puissant, coriace, difficile à passer, il nous rappelle à quel point il nous a manqués dans ce secteur la saison dernière.

Comme expliqué précédemment, Pablo Castro est toujours en phase de reprise, Lamine Sané est désormais parti, et Frédéric Guilbert a dépanné une fois encore à ce poste qui lui va si bien. Enfin, Théo Pellenard a disputé quelques minutes à ce poste, avant de finalement dépanner à son ancien poste de milieu gauche quelques rencontres.

 

Jérémy Toulalan

 

Les milieux défensifs-relayeurs

Jérémy Toulalan est incontestablement LA plus-value dans ce secteur. Infatigable, jouant juste, accrocheur, expérimenté… Le joueur parfait, le vrai 6 que les Girondins attendaient. Il est enfin capable de se projeter vers l’avant et apporter le surnombre en coulissant avec son homologue milieu défensif. Il y eut aussi Younes Kaabouni, étincelant et meilleur bordelais lors du premier match contre Pau. Puis il disparut, sur choix du coach et avec une légère blessure, avant de rentrer de temps à autre mais par exemple au poste de milieu gauche, comme contre Milan. Et puis le retour de Jaroslav Plasil ne l’a pas aidé non plus. Dès une semaine de prépa physique, le tchèque est aligné au milieu de terrain, ce qui démontre une fois encore tout le coffre qu’il peut avoir à un âge où l’on dit qu’un footballeur est fini. Il reprit même le brassard de capitaine qu’il devrait arborer cette saison. La doublette Toulalan-Plasil va faire des étincelles… A ce poste, Valentin Vada a quelque peu été perturbé par sa non-prolongation de contrat au départ sa la prépa, puis il monta en puissance et l’on comprit que sa situation allait se débloquer. Conscient qu’il ne sera que le troisième à ce poste dans 4-4-2 de Gourvennec, il tentera de gratter du temps de jeu mais pas d’affolement, il est encore jeune et poursuivra sa progression. Et puis le talent, il l’a… Ce lob du milieu de terrain face à Lorient en témoigne. Enfin, Mauro Arambarri n’a jamais été aligné titulaire. Le jeune uruguayen nous a cela dit semblé nettement plus « acclimaté », moins brouillon, et a certainement pris la mesure et assimilé la manière de jouer en France. Lui aussi est destiné à être l’avenir de Bordeaux et va progresser cette saison.

 

Malcom

 

Les milieux offensifs

L’on commence par Malcom, qui a le plus joué. Le brésilien confirme son acclimatation rapide et se montre buteur et passeur, mais surtout comme l’un de nos atouts offensifs incontestable. Technique, provocateur, il joue de plus en plus juste et cette saison 2016-2017 sera celle de son explosion au plus haut niveau français. Adam Ounas n’a disputé que la rencontre face à Pau en seconde période, avant de se blesser et de ne revenir que face à Osasuna. On attend pour lui aussi la confirmation mais l’on ne se fait pas de souci de ce côté-là. Il a surtout agité les gazettes après des sollicitations de plusieurs clubs étrangers, mais a choisi intelligemment la continuité en prolongeant son contrat de deux saisons, alors que son premier contrat professionnel démarrait… en juin ! Il sera une valeur sure et un atout offensif de taille pour notre équipe. Abdou Traoré, oui, a lui aussi joué milieu offensif la plupart du temps, et plus précisément au poste de milieu droit. Ce ne fut pas sans nous rappeler la position de Poko la saison dernière, cantonné à verrouiller le couloir droit. Mais pas que… L’international malien s’est montré assez juste et volontaire, participant aussi au jeu offensif bordelais. Une alternative à moindre coût, qui ne fait pas de vagues. François Kamano est arrivé en fin de préparation et il est assez compliqué de réellement le juger, tant de nombreuses choses ont changé rapidement pour lui. Mais l’on sent clairement un provocateur avec une bonne pointe de vitesse, et une technique qui pourrait être déroutante. « Un plus pas forcément prévu » comme l’a décrit Jean-Louis Triaud. Enfin, on l’attendait partant, on le disait même indésirable de son coach, mais sur le terrain ce fut tout l’inverse. Thomas Touré commença sa prépa par une passe décisive à Pau, puis fut souvent aligné titulaire d’entrée. L’international ivoirien est volontaire, n’en fait pas trop, provoque, et semble tenir sur la durée. Malgré la concurrence, s’il se montre aussi régulier, il pourrait avoir plus sa chance que prévu cette saison. Il conclut sa prépa’ par une passe dé’ contre Osasuna.

 

Gaetan Laborde

 

Les attaquants

On attendait beaucoup de Gaëtan Laborde et malgré une petite blessure, il se retrouva passeur et buteur lors de cette prépa. Rien de surprenant, il suffisait seulement de lui laisse sa chance. Le jeune bordelais sera un joker de luxe, et plus si affinités… Déroutant, capable d’effacer ses vis-à-vis, de jouer juste, d’être décisif par la passe ou la frappe, il s’avère être très complet. Enzo Crivelli a inscrit un doublé contre Bilbao, mais c’est finalement Isaac Kiese Thelin qui a été choisi pour occuper ce rôle de point d’appui dans l’attaque bordelaise. Comme il nous le confiait en début de saison, l’international suédois sait qu’il a beaucoup à prouver et s’il ne s’est pas montré décisif lors des rencontres amicales, il a clairement montré de belles choses et méritait mieux. Wait & See mais plus le choix pour lui, cela doit être sa saison. Diego Rolan est revenu plus tard que les autres des suites de la Copa America, même s’il fut rapidement éliminé avec l’Uruguay. Il marqua contre Lorient et donna un joli visage sur le plan offensif lors de cette même rencontre. Avec des incessantes rumeurs de départ, il faudra attendre une fois encore la dernière journée du mercato pour qu’il livre toutes ses qualités. Enfin, Jérémy Ménez n’a pas pu réellement s’exprimer. La faute à Didier Ndong qui lui a probablement infligé plusieurs jours d’arrêt. Mais sur cette même action, l’on vit l’ancien attaquant milanais effacer trois joueurs lorientais en deux mouvements, et cela témoigne des qualités qui nous feront du bien cette saison. Enfin, Kévin Soni n’a pas pu s’exprimer, si ce n’est quelques minutes face à Pau, puis il se blessa. Il fut ensuite victime des choix de Jocelyn Gourvennec, qui ne compte pas sur lui pour cet exercice.