L’après-match. Au Matmut Atlantique, la « Metz » a été vite dite…


Cette rencontre face à Metz était l’occasion rêvée pour se relancer après deux revers face à Nice (2-1 en championnat) et Angers (2-1 en Coupe de France). Qui plus est dans son arène du Matmut, où l’équipe est invaincue depuis quatre journées (3 victoires et un nul). Face à une équipe messine qui n’y arrive pas à l’extérieur et qui comptabilise le deuxième plus gros total de buts encaissés de Ligue 1, les Girondins doivent impérativement s’imposer pour repasser devant l’OM. Bienvenue dans notre après-match.

 

 

Les buts

 

13ème minute : BUT ! Sur la première action placée bordelaise, Kamano trouve Vada à l’entrée de la surface. Le milieu de terrain temporise et décale Malcom esseulé sur le coté droit. Ce dernier contrôle et frappe pied gauche pour trouver le petit filet messin. 1-0.

49ème minute : BUT ! Malcom provoque et obtient un penalty pour une faute dans la surface. Vada se charge de le tirer et le transforme. 2-0.

53ème minute : BUT ! Laborde presse haut et récupère le ballon à l’entrée de la surface messine. Il transmet dans le rythme à Vada qui n’a plus qu’à tromper Didlillon. 3-0.

 

Après une première mi-temps maîtrisée mais sans grand réalisme, Bordeaux a su enfoncer le clou au retour des vestiaires. Seul bémol de cette
rencontre, les joueurs ont ensuite baissé grandement de régime de la 55ème à la 80ème (les dix dernières minutes étant animées par les remplaçants). Un détail fort dommageable mais qui n’enlève en rien la bonne et rassurante victoire de l’équipe. Place à l’analyse joueur par joueur.

 

 

 

Les joueurs

 

Cédric Carrasso (9/10) : Quel match solide du portier girondin ! Au vu du score, on pourrait penser qu’il a vécu un match très tranquille. Que nneni. Il s’est grandement employé à garder sa cage inviolée, en repoussant le face à face de Diabaté (8’), les frappes d’Nguette (39’ 75’), le coup-franc d’Assou-Ekoto (60’), et la reprise du tibia de Mollet -sans aucun jeu de mots- (65’).

Youssouf Sabaly (7/10) : Très offensif durant tout le match (centres 7’ 35’ et frappe sur le poteau 29’), il s’est tout aussi bien comporté en défense avec des bons jaillissements (5’) et des relances intéressantes (48’). Un match complet en général.

Diego Contento (7/10) : En parlant d’exemplarité dans les deux cotés du terrain, le latéral allemand n’est pas mal non plus. Méconnaissable depuis ce début d’année, il continue sur sa lancée. Cela en devient même bluffant, quand on voit sa hargne dans l’impact (38’ 40’) et son envie de projection vers l’avant (raid et frappe en bout de course 56’). Il est aussi capable d’être absent sur certaines actions, comme ce contrôle complètement raté (16’), mais il ne retombe pas dans ses travers.

Nicolas Pallois (6/10) : Rencontre beaucoup plus tranquille que face à Angers pour le défenseur central d’origine. Mis à part quelques relances hasardeuse (28’ 49’), sa copie demeure assez propre et sérieuse (19 récupérations, plus haut total de l’équipe).

Igor Lewczuk (6/10) : Même constat pour le défenseur polonais qui a retrouvé de la sérénité. Il s’est fait quelques fois prendre de vitesse, puisque Carrasso a eu certaines interventions à faire, mais son travail reste correct dans ce match. Et surtout sans fioritures, car il comptabilise seulement sept pertes de balle.

Jérémy Toulalan (9/10) : On prend les mêmes et on recommence. Une nouvelle fois l’un des hommes forts de ce match, l’expérimenté trentenaire est un exemple de combativité et de rigueur sur le terrain. Il a récupéré un nombre de ballons incalculable et sa technique lui permet de transmettre le ballon proprement à ses partenaires après cet effort. Il assume pleinement son rôle de capitaine en étant la véritable plaque tournante du collectif (72 ballons touchés, plus haut total de l’équipe). Chapeau l’artiste. Il écope d’un carton jaune (11’).

Valentin Vada (9/10) : On peut dire que le petit jeunot suit les traces de son prédécesseur dans l’impact dans le jeu. A des postes différents, le jeune argentin fait un bien fou au jeu bordelais. Il est auteur de deux buts et d’une passe décisive sur ce match, il est donc impliqué dans la totalité des buts girondins. Son jeu léché transpire de justesse et de précision. Il fait désormais partie prenante de la stratégie du coach. Il est remplacé par Plasil (80’).

Younousse Sankharé (6/10) : Forcément quand tes deux compères au milieu de terrain rayonnent comme pas possible, c’est difficile d’exister de ton coté. Mais l’ancien lillois a été lui aussi important dans les projections et le jeu vers l’avant. Il est la véritable rampe de lancement du jeu rapide girondin. Même défensivement, il s’est démené pour récupérer le plus haut possible (8’ 54’) et lancer ses fusées devant. Il écope d’un carton jaune (7’).

François Kamano (6/10) : Il n’est pas décisif ce soir, mais il n’aura pas démérité. Il glisse tout d’abord un bon ballon pour Vada dans l’intervalle, qui bute sur Didlillon (20’). Il a ensuite la malchance de voir sa frappe exploser la transversale des buts messins (28’). La prochaine fois sera la bonne. En attendant, l’état d’esprit est toujours aussi bon. Remplacé par Ounas (74′).

Gaëtan Laborde (7/10): Lui non plus, il n’a pas chaumé sur le front de l’attaque. Il décoche dans un premier temps une reprise magnifiquement du gauche, que détourne Didlillon de très belle manière (17’). Son pressing incessant durant tout le match paye sur le troisième but, car c’est lui qui récupère haut et qui se transforme en passeur décisif pour Vada (54’). Remplacé par Rolan (84′).

Malcom (8/10) : Il est l’un des acteurs majeurs du très beau spectacle offert par les Girondins. Il marque le premier but, d’une belle frappe bout du pied gauche qui ne laisse aucune chance au gardien messin (13’). Il nous a offert toute la palette de sa technique ensuite, ce qui lui a permis de conserver de précieux ballons (31’ 40’). La pépite brésilienne a beaucoup provoqué dans cette rencontre, ce qui a bouleversé la défense adverse et notamment à la 49’ où il provoque le penalty. Enfin, son amour d’enroulé pied gauche (90’) et tout proche de finir aux fonds des filets, mais la transversale a empêché le Matmut Atlantique de vibrer une quatrième fois.

 

Au niveau des remplaçants, ils ont tous apporté quelques choses en entrant dans cette rencontre à un quart d’heure du terme. Preuve une nouvelle fois que ce groupe est soudé et concerné (bravo Jocelyn). Adam Ounas a bien percuté, et notamment sur l’action où Malcom trouve la transversale (90′). Jaroslav Plasil s’est bien démené en multipliant les relais dans les intervalles. Et Diego Rolan a réussi à se créer une occasions, qui se termine dans le petit filet de Didlillon (89′).

 

 

La feuille de match

 

Bordeaux-Metz

Samedi 8 avril 2017 à 20h
Stade Matmut Atlantique
32ème journée de Ligue 1
19 835 spectateurs
Arbitre : Sébastien DESIAGE
Buts : Bordeaux : Malcom (13’), Vada (49’ 54’)
Cartons jaunes : Bordeaux : Sankahré (8’) et Toulalan (11’) et Metz : Cohade (31’), Mollet (90’)
Cartons rouges : Metz : Assou-Ekoto (90+4)
Bordeaux : Carrasso – Sabaly, Lewczuk, Pallois, Contento – Vada (Plasil 80’), Toulalan ©, Sankharé – Malcom, Laborde (Rolan 84’), Kamano (Ounas 75’).
Remplaçants : Prior, Gajic, Jovanovic, Ounas, Plasil, Ménez, Rolan.

Metz : Didillon – Balliu, Diagne, Falette, Assou Ekoto – Madjeck, Doukouré © – Jouffre (Lejeune 72’), Cohade (Mollet 58’), Nguette (Mathis 88’) – Diabaté.
Remplaçants : Kawashima, Rivierez, Signorino, Milan, Lejeune, Mollet, Mathis.

 

 

Les stats d’après match

 

Bordeaux-Metz
Possession : 50%-50%
Tirs : 17-10
Tirs cadrés : 6-4
Hors-jeux : 0-5
Corners : 4-2
Centres : 17-18
Fautes : 9-13

 

Stats LFP, screens G4E