L’après-match. Bordeaux s’est fait peur, mais se qualifie au bout du suspense

Éliminé de la Coupe de la Ligue, il restait une encore une chance à Bordeaux de se qualifier pour l’Europe (autre qu’une cinquième place en championnat) : remporter la Coupe de France. Pour cela, les Girondins devaient passer outre l’obstacle dijonnais, venu jouer les trouble-fêtes au Matmut Atlantique. Remaniement et ‘turn-over’ étaient eux aussi au rendez-vous de cette rencontre, pour le coup pas très attractive.

 


Le fil de la rencontre

 

29ème minute : Malgré la forte domination bordelaise, la première grosse occasion est dijonnaise. Après un coup franc mal dégagé, Marié frappe et met à contribution Carrasso.

32ème minute : Belle percée de Vada bien aidé par Poundjé. Le joueur argentin arme sa frappe qui passe au ras de l’équerre dijonaise.

32ème minute : Sur le corner qui suit, le ballon revient sur Vada qui frappe ras de terre. Le gardien adverse se détend et sort cette belle frappe.

41ème minute : Bien lancé en profondeur par Plasil, Rolan rate un face à face tout seul devant le gardien.

47ème minute : Admirablement servi dans la surface dans une bonne position, Vada se précipite et croise trop sa frappe.

53ème minute : BUT ! Plasil adresse un centre mal dégagé par Bouka Moutou. Malcom surgit et catapulte le ballon dans le but adverse. 1-0.

67ème minute : Bahamboula combine bien et enchaîne par une frappe en bout de course, qui n’inquiète pas Carrasso.

79ème minute : Contre-attaque emmenée par Vada, qui décale Kamano sur le côté. Le guinéen crochète et sert Plasil en retrait mais le capitaine frappe au-dessus.

82ème minute : BUT ! Bahamboula sert Abdelhamid qui s’écarte et qui laisse frapper Diony. Le nouvel entrant marque sur sa première frappe. 1-1.

90ème minute : BUT ! Sur la dernière action du match, Ménez récupère, déborde et centre pour Laborde qui marque dans le but vide. 2-1.

 

Ultra-dominateurs sur l’ensemble de la rencontre, les bordelais encaissent l’égalisation à dix minutes du terme, sur la seule occasions franche dijonnaise. Heureusement pour eux (et pour nous), Gaëtan Laborde aka « Zorro » est arrivé pour donner cette qualification dans les arrêts de jeu. En oubliant cette mésaventure, l’équipe a été assez sérieuse sur tout le match mais n’a pas réussi à tuer ce dernier. Et pour cause, cela démontre une nouvelle fois que l’équipe est en cruel manque de réussite et d’efficacité devant le but pour se rendre la tâche plus facile. Analysons joueur par joueur, les détails de cette rencontre.

 

 

Les joueurs

 

Pour son grand retour à la compétition, Cédric Carrasso a sorti de bons arrêts assez rassurants. Tout d’abord, sur une frappe lourde de Marié (30’), puis sur une frappe plus molle de Bahamboula (67’). Il s’incline en fin de match devant Diony (83’) où il semble gêné au départ du ballon. Un match de reprise correct, avec des sensations retrouvées.

 

Sur choix du coach, le latéral Maxime Poundjé n’a joué qu’une seule mi-temps. Pourtant il avait paru assez en jambes, et tranchant dans ses débordements (3’ 10’). Il n’avait pas non plus commis de bévues défensives. Remplacé par Pellenard (46’). Sur l’autre aile, Milan Gajic a aussi fait une belle prestation. Important dans les relances, il a adressé de bons centres par moments (1’ 54’). Il enchaîne les bonnes performances, et s’assure peut être une place de titulaire pour la saison prochaine. En défense centrale, le patron c’est toujours Igor Lewczuk. Jamais inquiété du match, il a très bien défendu. Il a été impressionnant dans ses duels et dans ses retours défensifs (87’), sans faire d’erreurs. Par contre, Nicolas Pallois en a fait, lui. Et une nouvelle fois dans le secteur de la relance. Que ce soit long ou court, il n’en a réussi aucune (4’ 37’ 39’). C’est un peu mieux en défense, où il a récupéré quelques ballons (38’ 64’).

 

Pour faire souffler Toulalan, le coach bordelais a fait confiance à Mauro Arambarri. Titulaire pour la première fois cette saison, le jeune joueur a bien saisi sa chance. Sa conservation et sa qualité de passe ont fait du bien à l’entre-jeu bordelais. Il a même tiré deux fois au but (23’ 77’), preuve de sa confiance actuelle. Jaroslav Plasil a quant à lui joué en demi-teinte. Intéressant dans son utilisation de balle, il a souvent trouvé ses partenaires dans les intervalles et en profondeur (38’ et face à face de Rolan 42’). Il s’est un peu effacé au fil du match, avant de manquer de justesse en fin de match, à l’image de ses pertes de balle (67’) et de ses tentatives largement au-dessus du but (79’). Valentin Vada est, une fois de plus, notre MVP de ce match. Il est le bordelais le plus dangereux, de par ses deux belles frappes à la suite (33’ 35’), une autre trop croisée (47’) et une capacité de projection plus que bénéfique à son équipe. Il est sur une très bonne vague, espérons que cela continue ainsi. Remplacé par Ménez (85’).

 

En attaque, François Kamano a été le plus discret des trois mousquetaires de devant. Sa vitesse a servi lors de contre-attaques (79’) et son abnégation est essentielle pour effectuer un bon pressing (15’). L’autre ailier était le brésilien Malcom. L’homme en forme du moment a une nouvelle fois scoré ce soir (53’), et c’est assez mérité sur l’ensemble de sa rencontre. Il a pas mal apporté offensivement, de par ses appels et sa capacité de percussion toujours aussi efficace. En pointe, on retrouve Diego Rolan. Lui aussi s’est montré sur courant alternatif. On l’a vu en fin de première période, mais ce n’est pas mélioratif pour sa prestation, car il loupe un énorme face à face (43’). A coté de cela, il a souvent bien combiné et a temporisé à des moments importants. Remplacé par Laborde (75’).

 

Au niveau des remplaçants, Théo Pellenard confirme aussi ses bonnes sorties et la confiance de l’entraîneur. Il a très souvent bien relancé et bien défendu. Enfin, le duo des entrants est décisif sur cette rencontre. Jérémy Ménez, sur l’un de ses premiers ballons, déborde et ajuste un centre magnifique pour Gaëtan Laborde qui peut marquer dans le but vide. Bravo à eux et aussi à Monsieur Gourvennec, qui est à l’origine de ce coaching très gagnant.

 

 

La feuille de match

Bordeaux-Dijon
Mercredi 31 janvier 2017 à 18 heures
Stade Matmut Atlantique, Bordeaux
16èmes de finale de Coupe de France 2016-2017
5 738 spectateurs
Arbitre : LESAGE Mikael
Buts : Bordeaux : Malcom (53’), Laborde (90’) et Dijon : Diony (83’)
Cartons jaunes : Dijon : Marié (53’)
Cartons rouges : aucun
Bordeaux : Carrasso – Gajic, Lewczuk, Pallois, Poundjé (Pellenard 46’)- Vada (Ménez 82’), Plasil, Arambarri – Malcom (Laborde 75’), Rolan, Kamano.
Les remplaçants : Prior, Pellenard, Romil, Ménez, Laborde, Ounas.

Dijon : Leroy, Rosier, Bouka Moutou, Loties (Rufli 32’), Abdelhamid – Sammaritano, Amalfitano, Marié (Belmonte 65’), Bahamboula – Bela, Rivière (Diony 75’).
Les remplaçants : Tavares, Martin, Lees-Melou, Diony, Belmonte, Rufli, Allain.

 

 

Les notes Girondins4Ever

Carrasso : 6
Gajic : 7
Pallois : 6
Lewczuk : 7
Poundjé : 6 et Pellenard : 7
Arambarri : 7
Plasil : 6
Vada : 8
Malcom : 7
Rolan : 4
Kamano : 5

 

Bordelais du match G4E : Vada

Screens G4E, Images extraites du twitter de CDF et Image en Une AFP

Thomas

J’ai intégré l’équipe du site en juillet 2015. Étudiant en biologie-écologie du côté de Montpellier, je suis originaire du Sud et plus particulièrement de Narbonne. Étant un fan inconditionné des Girondins depuis mon plus jeune âge, même à distance, c’est un honneur de partager ma passion sur la toile et en votre compagnie. Sur Girondins4ever, je m’occupe notamment des après matches, et aide à la rédaction quotidienne des brèves lorsque le temps me le permet.