Le point défensif

Le résumé

Après des débuts brouillons de la part des deux équipes, Marseille monopolise le ballon pendant les premières minutes de la rencontre. Et dès la 5ème minute, Amalfitano, sur le côté droit, passe en retrait pour Cheyrou, seul dans l’axe… Mais la balle passe au dessus ! L’OM a la balle et Bordeaux continue de défendre pour essayer de contrer l’équipe évoluant à domicile. Cette dernière est d’ailleurs sans pitié puisqu’Nguemo reste au sol pendant près d’une minute, et l’OM continue d’attaquer… Depuis le début de la rencontre, c’est Valbuena qui démontrait une grosse envie, n’hésitant pas à faire quelques petites fautes de pute par ci, par là. 24ème minute, Piccirillo se laisse abuser par Cheyrou qui tombe facilement à l’entrée de la surface. Ayew s’élance et frappe le coup franc une minute plus tard, mais c’est au dessus. 27ème minute, immense chevauchée de Gouffran dans le couloir droit qui prend de vitesse tout le monde avant de remettre dans la surface : dégagé en corner. Sur ce corner, Sané est presque plaqué dans la surface par Diarra, mais l’arbitre ne siffle pas… 34ème minute un corner de Valbuena repoussé par la défense bordelaise, mais qui retombe sur le pied gauche de Cheyrou qui frappe instantanément : pas cadré, mais Ayew la pousse du bout du pied, étant à deux mètres du but, au dessus. Les cinq dernières minutes seront un peu plus débridées mais les deux équipes n’arrivent pas réellement à se créer d’occasion. La mi-temps est sifflée sur le score de 0 à 0.

 

Bordeaux est venu pour défendre et jouer en contre, cela ne fait aucun doute. Les Girondins ne semblent ni inquiétés ni anxieux, et défendent à merveille. Peut-être la meilleure manière d’aborder ce match ? Car derrière, Marseille ne semble pas imprenable et Bordeaux aura peut-être une petite occasion de la mettre au fond en seconde…

 

 

 

 

Ouf, on était sur Real-Barça, on a pu voir le but de Benzema au bout d’une vingtaine de secondes. Allez, on revient au match soporifique… Les bordelais reprennent un peu mieux la rencontre en se projetant vite vers l’avant. Henrique, blessé à l’arcade, rentre avec un beau bonnet ou plutôt un beau filet sur le crane. Du sang pour Henrique… Et du cinéma pour Nkoulou dans sa surface à la 53ème minute, qui simule un coup au visage de Bellion. Le cinéma continue… Pendant se temps, Bordeaux profite des espaces et rééquilibre la possession de balle, se montrant même entreprenant offensivement. 57ème minute, grosse faute de Valbuena sur Nguemo et le ballon file en profondeur pour Remy qui fixe le gardien et enroule : à côté ! Et Carrasso était facilement sur la trajectoire. Petite blague au passage de Florian Genton qui fait remarquer à Mbia qu’il se passe tellement peu de choses qu’il peut suivre le match à un œil (pour rappel, le milieu marseillais est touché à l’œil depuis le match de Ligue des Champions…). 72ème minute et Bordeaux domine complètement son sujet avec une large possession de balle et de beaux mouvements collectifs. Marseille semble complètement en manque d’inspiration et n’a vraisemblablement pas les jambes pour faire plus. 80ème minute, un bon travail sur le côté gauche avec un superbe centre en retrait à ras de terre de Maurice-Belay. Jussiê est à la réception mais sa frappe est très nettement au dessus, bien pressé par un défenseur marseillais. 85ème et nouvelle grosse occasion bordelaise avec un une-deux entre Modeste et Plasil… Le premier se présente face à Mandanda qui remporte le duel. Une minute plus tard et la seule façon pour l’OM à ce moment du match de se montrer dangereux : frappe de Cheyrou des 25 mètres ; Carrasso plonge pour la photo, en captant le ballon des deux mains. Dans la continuité deux mauvaises relances de Planus et Nguemo font que Marseille centre, pour la tête de Valbuena, une nouvelle fois très bien captée par Carrasso. Tout comme la tête molle de Lucho trente seconde plus tard, directement pour le portier bordelais. Ces fausses occasions font que Bordeaux se montre un peu plus maladroit dans la conservation de balle et la relance, mais ce sera sans incidence.

 

Un Bordeaux très défensif, qui aurait peut-être pu inscrire le but victorieux en seconde période. Il y a le bonus offensif en rugby, Bordeaux a gagné le point du bonus défensif ce soir. Bravo, et on peut regarder la deuxième mi-temps du Classico Espagnol, sereinement.

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso : le portier bordelais a très bien négocié les ballons aériens, tout en assurant toutes ses relances balle au pied. De belles parades, spectaculaires, mais peu dangereuses, en seconde période.

Lamine Sané : impeccable tout le match, il a bénéficié d’une grande aide de Saivet au niveau défensif. Un tacle à retardement à la 92ème, inutile, et qui aurait pu être dangereux.

Marc Planus : s’est concentré sur son placement. Une relance courte correcte. Une relance longue moyenne voir mauvaise. Un match correct, sans plus.

Carlos Henrique : d’entrée, le défenseur brésilien s’est montré rugueux et a joué de son physique. Il sera l’attraction de la rencontre avec la pose d’un filet afin de tenir son bandage à l’arcade.

Benoit Tremoulinas : de belles montées une fois encore et de belles combinaisons à NMB. Un peu moins actif en seconde période, alors qu’il aurait pu nous amener un réel plus devant.

Landry Nguemo : un travail défensif perpétuel avec une grosse envie, démontrée sur chaque ballon. A su aussi conserver le ballon lorsqu’il le fallait, puis le redistribuer très proprement. Incontestablement le meilleur bordelais de la rencontre !

Jaroslav Plasil : un peu bas en première période, plus offensif en seconde. A même fini milieu offensif droit les dernières minutes, avec quelques relais intéressants.

Henri Saivet : a beaucoup travaillé… défensivement ! Le milieu bordelais a complètement bloqué les montées de Traoré et ne s’est que très peu montré devant. Mais quel travail !

Nicolas Maurice-Belay : a sans cesse essayé de combiner avec Tresh, souvent avec réussite. Azpilicueta n’a pas existé face à lui ce soir, notamment grâce à sa technique et ses feintes de centre. Dans la continuité encore et toujours, un des seuls joueurs capable d’effacer son adversaire et de créer.

Yoan Gouffran : gros pressing perpétuel lors de la première mi-temps. Une remontée de balle de tout le terrain pour un contre qui met dans le vent tout le monde, toujours en première période. Des choses intéressantes dans le jeu, mais aucun tir au but cela dit.

David Bellion : a beaucoup donné, s’est aussi montré précieux dos au but. L’attaquant bordelais a cela dit souvent été arrêté par de petites fautes ou simulations, l’empêchant de se montrer plus dangereux.

 

 

Vieira Jussiê était encore trop juste pour reprendre la compétition. Pas toujours sur ses appuis, il n’a malheureusement pas transformé ses occasions. Gregory Sertic a évolué au poste de milieu défensif, puis a alterné avec Plasil au poste de milieu droit. Quelques maladresses encore, mais c’est en bonne voie. Enfin, Anthony Modeste a eu une occasion franche face à Mandanda, bien repoussée par le portier marseillais. Dommage.

 

 

 

 

 

La feuille de match

17ème journée de Ligue 1

Samedi 10 Décembre 2011 à 21h00

Stade Vélodrome, Marseille

Marseille 0 – Bordeaux 0

Arbitre : M. Hervé Piccirillo

Cartons jaunes : Valbuena (36ème), Cheyrou (46ème), Azpilicueta (83ème) – Henrique (26ème), Plasil (43ème), Sané (90+2).

Marseille : Mandanda – Azpilicueta, Diawara, Nkoulou, Traoré – Cheyrou, Diarra (Kaboré, 67ème), Amalfitano (Lucho, 82ème), Valbuena, A.Ayew (J.Ayew, 60ème) – Remy.

Bordeaux : Carrasso – Sané, Planus, Henrique, Tremoulinas – Nguemo, Plasil ©, Saivet (Sertic, 64ème), Maurice-Belay – Gouffran (Modeste, 79ème), Bellion (Jussiê, 65ème).

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 7

Sané : 6

Planus : 6

Henrique : 6

Tremoulinas : 6

Nguemo : 8

Plasil : 6

Saivet : 6

Maurice-Belay : 7

Gouffran : 5

Bellion : 5

 

 

 

Crédit Photos : Om.net

 

MisterInfiny